L’association des jockeys prend la parole suite à la suspension de stéphane pasquier

Autres informations / 05.08.2013

L’association des jockeys prend la parole suite à la suspension de stéphane pasquier

« Chers collègues,

Un des nôtres vient d’être sanctionné par les commissaires de France Galop suite à un prélèvement positif à une substance prohibée.

J’en profite pour rappeler aux jockeys qui se verraient informés d’un prélèvement positif que l’association est aussi là pour les aider à gérer ces problèmes qu’ils ne doivent pas affronter seuls et dans la honte.

Le jockey a interjeté appel de cette lourde mise à pied et il ne m’appartient pas de porter une appréciation juridique sur une affaire en cours.

Néanmoins à la lecture de la décision complète, je suis dans l’obligation de faire part à tous les jockeys de ma grande inquiétude sur les conséquences de cette sanction et sur les risques encourus lors d’un prélèvement biologique positif. Le jockey en question, pour établir son innocence, a fait analyser ses cheveux par deux laboratoires, offrant ainsi à la science six mois de sa vie en détail. Les résultats de ces tests ainsi que les neuf prélèvements consécutifs négatifs pratiqués par France Galop ont conduit les médecins experts de la commission médicale à conclure qu’il n’était manifestement pas consommateur et qu’il était probable qu’il ait été contaminé.

Malgré ces éléments, les commissaires ont infligé une mise à pied de trois mois au motif qu’il aurait du se « prémunir contre tout risque de contamination ».

Il est impossible pour un jockey comme pour tout être humain de se prémunir contre un tel risque. Comment connaître les mœurs de tous les gens qui nous entourent ? Aujourd’hui en tant que président de l’association de Jockeys et en leur nom à tous, je souhaite que les commissaires de France Galop répondent à notre principale inquiétude :

Comment se défendre contre des actes de malveillance ou plus simplement contre un mensonge si la seule présence de traces d’une substance prohibée, quelle qu’en soit l’origine, est à elle seule constitutive d’une faute grave et d’une sanction aux conséquences souvent dévastatrices ?

Le nouveau barème des sanctions que nous devons évoquer dans un futur proche avec les commissaires prévoit une augmentation des sanctions mais nous n’accepterons une nécessaire sévérité que si le système juridictionnel nous prouve sa capacité à personnaliser les peines et parfois aussi à acquitter un innocent.

Dans cette attente, j’ai décidé de convoquer le comité directeur de notre association afin d’examiner les règles applicables et d’envisager toutes les actions possibles afin de défendre les droits et intérêts des jockeys.

Nous soutenons aujourd’hui Stéphane Pasquier et la solidarité que nous nous devons d’exprimer à son égard vous concernera peut-être demain. »

Communiqué du Président Jacques Ricou

Association générale & Syndicat des Jockeys de Galop en France Siège : 43, Avenue de Saint-Germain 78600 MAISONS-LAFFITTE