Tir au but et titre en jeu

Autres informations / 24.10.2013

Tir au but et titre en jeu

Le Grand Steeple-Chase d’Enghien (Gr2) 2013 est d’un bon niveau et de la préparatoire, le Prix de la Gascogne (L), il ne manque que Kotkieglote?(Poliglote), que l’on verra lors des 48 h de l’Obstacle. Tombé le 1er octobre, à la butte en terre, Tir au But (Trempolino) allait très facilement et d’après son entraîneur, Guy Cherel, il aurait pu finir dans les trois premiers. Le cheval de Saint Voir est en forme et n’a pas souffert de sa mésaventure à Enghien. Il sera donc prêt à défendre son titre dans le Grand Steeple-Chase local. La distance et le terrain assoupli seront en sa faveur. Précisons que c’est Morgan Delage qui sera en selle sur Tir au But. Il avait notamment gagné le Prix Romati (L) 2012 avec le fils de Trempolino.

Troisième du Gras Savoye Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) 2012, Cokydal (Cadoudal) représentera également l’entraînement de Guy Cherel. Peu confirmé à Enghien, il n’a pas convaincu depuis son retour en compétition. Sur sa classe, il mérite cependant d’être suivi.

PYTHAGORE MONTE EN PUISSANCE

Véritable spécialiste du plateau de Soisy, Pythagore (Kahyasi) a remporté cinq courses sur cette piste, dont les deux dernières éditions du Prix Romati, sur 4.500m. L’an dernier, il n’avait pu s’illustrer dans le Grand Steeple. Dès lors, il subsiste toujours le doute sur sa tenue, mais dans la précédente édition de ce Gr2, Pythagore n’avait tout simplement pas fait sa valeur. Sa deuxième place dans le Prix de la Gascogne est prometteuse et même s’il devra rendre du poids, il est incontournable.

Vainqueur de la "Gascogne", Polipa (Poliglote) est lui aussi un aficionado d’Enghien. Il y a enlevé cinq compétitions et participera au Grand Steeple pour la première fois. Logiquement, il devrait faire l’arrivée, car il a peu d’éléments contre lui.

Troisième de la précédente édition de la course, Al Bucq (Goldneyev) nous a déçus dans la préparatoire. Il n’a pas eu son coup de reins sur le plat, mais avec l’allongement de la distance, il devrait faire sa valeur. Auteur d’une ligne droite plaisante dans le Prix de la Gascogne, Madox (Trempolino) va encore prendre une place, car il garde de beaux restes.

SAINDOR, AVEC L’INTERROGATION DE LA DISTANCE

Au cours de sa carrière, Saindor (Saint des Saints) n’a jamais dépassé 4.300m. Très souvent, il mène et use ses rivaux au train. Sur de courtes distances, c’est faisable, mais sur 5.000m, cela sera plus compliqué. Cependant, si l’on fait abstraction de la distance, il a tout à fait la classe pour gagner. D’autant qu’il vient de battre Chegei Has (Kahyasi), deuxième du Prix de la Gascogne depuis, tout en faisant une faute en fin de parcours.

Jean-Paul Gallorini présentera, lui, Katkovana (Westerner) et Chegei Has. La première n’a fini que huitième de la préparatoire, sans avoir une course dure, après une bonne rentrée. Avec 63 kilos, elle est la petite surprise tout indiquée. Quant à la seconde, elle a prouvé dernièrement qu’elle pouvait bien faire face aux meilleurs d’Enghien.