Et si nous repartions du bon pied ?

Autres informations / 24.01.2014

Et si nous repartions du bon pied ?

« L'heure de la raison a sonné. Depuis quelques mois, seuls les contestataires ont pris la parole, pour exprimer très fort, trop fort, leurs illégitimes revendications. Il est temps de resserrer les rangs, pour ne pas mettre en péril l'objet de notre passion. Avec France Galop, nous sommes dotés d'une structure démocratiquement élue. À tous les niveaux de cette structure, les conseils et commissions, dans lesquels toutes les sensibilités et syndicats sont représentés, travaillent dans l'intérêt de tous, et pour que vivent les courses.

Contrairement aux affirmations d'un groupuscule d'anonymes, les décisions prises par France Galop ont d'abord été largement débattues dans les différentes instances représentatives, avant d'être proposées au Conseil d'administration.

C'est ainsi que la modification du taux des primes propriétaires a été adoptée à une très large majorité lors d'une réunion du Conseil du plat. Crise oblige, le Conseil du plat a jugé raisonnable de maintenir l'enveloppe initialement prévue pour 2013, en adaptant les taux que vous connaissez. C'est également à une très large majorité (unanimité moins

une voix), qu'il a été décidé, à enveloppe constante, de l'augmentation de 7 % de l'indemnité de transport des chevaux. La contestation par certains du plafonnement de ces indemnités à hauteur de 3.000 euros ne touche pourtant que 2 % des chevaux, ces derniers devenant de véritables professionnels du voyage ! La mesure prise par France Galop pour indemniser les transports est donc un avantage significatif pour l'énorme majorité des propriétaires, et de plus, elle replace à égalité les chevaux des différentes régions, je veux dire aussi bien de la région parisienne que des autres régions de France. Est-il inconvenant de vouloir l'égalité entre les régions ?

Nous avons devant nous des sujets autrement plus importants à débattre sur l'avenir des courses. Ne dépensons pas notre énergie dans des luttes pour le pouvoir, luttes qui conduisent à des affrontements et à des divisions préjudiciables à tous.

Concentrons nous plutôt sur ce qui pourrait rendre les courses plus attractives, attirons public, parieurs et propriétaires, c'est là que se trouve notre salut !

Là est notre véritable combat. »

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.