à la découverte d’hugo palmer

Autres informations / 05.10.2014

à la découverte d’hugo palmer

Aktabantay (Oasis Dream) sera dimanche au départ du Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1). Il est le premier partant à ce niveau de son jeune entraîneur britannique, Hugo Palmer. Le poulain lui avait déjà permis de remporter un premier Gr3 à l’occasion des Solario Stakes. C’est l’occasion de découvrir ce professionnel, installé à Newmarket depuis mars 2011 seulement.

Jour de Galop. – VOUS AVEZ DECLARE, AVEC LA VICTOIRE D’AKTABANTAY DANS LES SOLARIO STAKES, QUE LE POULAIN N’AVAIT PAS MONTRE LA MEME ACCELERATION QU’A LA MAISON. POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI POUR LUI LE QATAR PRIX JEAN-LUC LAGARDERE PLUTOT QUE LES DEWHURST STAKES, PAR EXEMPLE ?

Hugo Palmer. – Aktabantay est en très grande forme, et c’est une des raisons pour lesquelles nous avons choisi de le courir dimanche. On ne peut jamais savoir combien de temps un cheval reste à son pic de forme. Il est vraiment au top en ce moment. Dans deux ou trois semaines, pour les Dewhurst Stakes, on ne sait pas comment il sera. Il peut rester aussi bien, comme il peut ne pas l’être. Il n’a pas apprécié le terrain le jour des "Solario". C’était trop souple pour lui. Il est quand même passé de la dernière à la première place, et sur un hippodrome comme Sandown, surtout en terrain souple, ce n’est pas facile à faire. Il n’a gagné que d’une tête mais sa performance est meilleure qu’il n’y paraît, car vraiment, il n’était pas à l’aise sur cette piste. À Longchamp, il va trouver une piste plus rapide qu’elle ne le sera certainement dans deux semaines pour les "Dewhurst". Je n’exclus pas complètement de courir les Dewhurst Stakes. Un cheval comme Beethoven a réussi le doublé. Nous verrons comment cela se passe dimanche.

ON VOUS SENT TRES CONFIANT... L’ETES-VOUS VRAIMENT ?

Je pense qu’il va aimer le terrain et le profil de Longchamp. Nous devrions voir, je l’espère, le coup de reins qu’il est capable de donner dans de telles circonstances. Je pense qu’il va très bien courir. Dire que je suis confiant, alors que c’est mon premier partant de Gr1, est difficile, mais disons que j’ai beaucoup d’espoirs. J’ai confiance en mon cheval. Il donnera le meilleur de lui-même.

PARLEZ-NOUS UN PEU DE VOUS...

Je me suis installé en mars 2011, cela fait donc la quatrième année que j’entraîne. Je suis né et j’ai grandi en Écosse. J’ai travaillé un moment avec Hughie Morrison et la première fois que je me suis déplacé à Longchamp pour un week-end de l'“Arc”, c’était en 2005, quand nous sommes venus avec Alcazar, qui avait terminé deuxième du Qatar Prix du Cadran. Ensuite, je suis allé en Australie chez Gai Waterhouse, avant de revenir m’installer à Newmarket.

COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS A LA VEILLE DE SELLER VOTRE PREMIER PARTANT DANS UN GR1, UN JOUR D’ARC ?

Pour moi, le week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe fait partie des rendez-vous les plus importants de l’année, comme Royal Ascot, la Breeders’ Cup ou le Carnaval du Melbourne Cup. C’est à la fois mon rêve et mon ambition de participer à de tels meetings. Et j’espère qu’Aktabantay sera le premier d’une longue série de gagnants de Gr1 !

AIMEZ-VOUS LES COURSES FRANÇAISES ?

Ma première victoire de Stakes a eu lieu en France : c’était avec Making Eyes (Dansili), qui a gagné le Prix Jacques de Brémond à Vichy, en 2012. Du coup, j’ai une relation et des souvenirs particuliers avec les courses françaises. Vos allocations sont aussi très intéressantes.