Castration chimique : illegale et detectable

Autres informations / 23.10.2014

Castration chimique : illegale et detectable

La castration chimique des chevaux, qui peut avoir des conséquences irréversibles, a longtemps fait débat. Deux vaccins permettent de castrer "temporairement" des chevaux, mais les contrôles anti-dopage permettent désormais de détecter les équidés ayant été traités avec ce vaccin. Le docteur Paul- Marie Gadot, responsable du département licences, livrets et contrôle à France Galop, nous a expliqué : « Deux vaccins peuvent être utilisés pour la castration chimique des mâles et des femelles. Au départ, il leur a été trouvé des avantages, car ils permettent d’éviter une intervention chirurgicale chez l’animal, et d’avoir des mâles ou des femelles non-influencés par un comportement sexuel. Mais il s’est avéré que c’était une fausse bonne idée. Beaucoup de difficultés ont été rencontrées, inhérentes au produit lui-même. Dans certains cas, les effets se sont avérés irréversibles : 15 % des cas chez les mâles, et dans des taux inconnus chez les femelles. »

DES PROBLEMES EN VUE DE L’ELEVAGE

La fondation des courses hippiques est l’amélioration de la race, et donc l’élevage. La castration chimique posait donc problème par rapport à d’éventuelles carrières de reproducteurs. « Cela pose un problème pour la qualification aux courses, certaines étant fermées aux hongres comme le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ou le Prix d’Amérique, cela pose problème pour les ventes, ou pour les "réclamer". Il n’est pas possible de détecter à l’œil nu un cheval chimiquement castré. Il n’est également pas possible de faire courir des chevaux réalisant des performances qu’ils n’auraient pas réalisées sans cela. De plus, les chevaux de course sont castrés pour de bonnes raisons. »

CONTRE-ATTAQUE

« Les seuls vaccins autorisés sont ceux pour lutter contre les maladies infectieuses, a ajouté le Dr Gadot. Ce n’est clairement pas le cas avec la castration chimique, et il s’agit donc de substances prohibées interdites par le Code des courses. Quatre-vingts à 90 % des pays ont signé la partie de l’Article 6 le stipulant. Cela ne concerne donc pas que la France, mais aussi le Royaume-Uni ou l’Allemagne par exemple. Un moyen de détecter la castration chimique a été mis au point : une étude a permis de définir comment détecter les anticorps des vaccins pour la castration chimique. » Les professionnels des courses ont été prévenus de cette technique de dépistage. La castration chimique est interdite dans la très grande majorité des pays de courses hippiques. « Notre but n’est pas de coincer des gens : nous avons lancé il y a plus d’un an une vaste campagne d’information auprès des vétérinaires et des entraîneurs, pour indiquer que nous étions en mesure de détecter la castration chimique. Nous avons publié la technique de dépistage, qui s’effectue à chaque contrôle anti-dopage. »

UN USAGE POUR LES CHEVAUX DE LOISIRS

La castration chimique va donc contre le principe de base de l’amélioration des races de chevaux. Il est donc logique qu’elle soit interdite dans les courses. Concernant les chevaux de sport, la FEI ne s’est pas encore vraiment prononcée sur le sujet. Les vaccins pour rendre temporairement stérile un cheval n’ont guère d’utilité que chez les chevaux de loisirs, non voués à la reproduction, et permettant d’éviter une opération.