L’espagne à pau en 2015 ? 30 % des partants et 2 nouveaux entraîneurs pérennes

Autres informations / 14.01.2015

L’espagne à pau en 2015 ? 30 % des partants et 2 nouveaux entraîneurs pérennes

La crise que traverse le turf espagnol a des répercussions sur les épreuves plates à Pau. Depuis le 1er janvier, six réunions se sont tenues sur l’hippodrome du Pont-Long. Deux cent cinquante-huit partants ont pris part aux courses plates paloises, dont soixante-dix-sept venus d’Espagne, ce qui fait 30 % du total des partants. Les chevaux entraînés en Es- pagne se sont imposés à cinq reprises. Mais contrairement aux meetings de Pau précédents, il y a de nouveaux entraîneurs qui se déplacent depuis Madrid ou San Sebastian. Enrique León, le premier entraîneur de Noozhoh Canarias (Caradak), a quitté la capitale espagnole pour Pau avec dix- sept chevaux. Un choix définitif, puisqu’il ne regagnera pas l’Espagne à la fin du meeting palois. Même chose pour Tiago Martins, l’ex-mentor de Dikta del Mar (Diktat), lauréate du Critérium de Vitesse (L). Installé à San Sebastian, Oscar Anaya, fidèle du meeting de Dos Hermanas (Séville), a finalement pris la direction de Pau à plusieurs reprises, du fait de l’annulation du meeting andalou. Quant à Barbara Valenti, valeur sûre des entraîneurs ibériques, elle a fait ses valises en direction de La Teste-de-Buch, expliquant : « Mes propriétaires n’ont pas douté au moment de faire les documents pour partir dans le Sud-Ouest. Ils sont fatigués d’être trompés, d’attendre qu’il y ait des courses en Espagne et que le changement de gestionnaires se fasse de façon ordonnée. » La fuite des talents espagnols se poursuit donc et cela vient gonfler les champs de partants à Pau. Mais ce n’est qu’un début. Il n’y a pas eu de course de galop en Es- pagne depuis la clôture de la saison à Madrid, le 30 novembre, du fait du conflit entre la Fomento (France Galop espagnol) et l’Association des hippodromes. Notre confrère Jaime Salvador nous a dit : « J’ai peur qu’il n’y ait pas de galop à Dos Hermanas cet hiver et ce pourrait être aussi la même chose à Madrid en mars. » Le conflit a déjà eu des conséquences désastreuses, mais en plus, aucune information n’est fournie par l’hippodrome de Madrid.

Seule la Fomento explique ses actions. Le meeting hivernal de Dos Hermanas se déroule finalement avec des trotteurs, venus à la rescousse du galop. Mais à Madrid, lors de la réouverture prévue le 1er mars, il n’y aura pas d’autres solutions que de courir au galop... Il faudra pour cela que le conflit soit réglé, ou que l’hippodrome de Madrid ait cessé sa vive lutte avec la Fomento pour détruire cette dernière. Auquel cas, de nombreux professionnels se retrouveront contraints à l’exil en France, voire même à stopper leur activité d’entraîneur, de jockey, de cavalier d’entraînement...

VILASECA, UNE LUEUR D’ESPOIR POUR LE TURF ESPAGNOL

Situé en Catalogne, le petit hippodrome de Vilaseca organise une réunion annuelle et elle se tiendra le 18 janvier prochain. Trois épreuves auront lieu sur une piste en sable. Les engagements ont été enregistrés ce lundi et pas moins de quarante-cinq chevaux ont été inscrits par des entraîneurs venant de toute l’Espagne.

Une manière de dire, pour les professionnels, qu’ils souhaitent courir, quoi qu’il arrive. Pourquoi Vilaseca peut-il organiser des courses et pas les autres ? En fait, Vilaseca continue d’être sous la régulation de la Fomento, à l’inverse de tous les autres hippodromes, qui ne veulent plus de cet organisme pour les gérer.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.