3 questions aux candidats au comite du syndicat des eleveurs : patrick burel

Autres informations / 28.02.2015

3 questions aux candidats au comite du syndicat des eleveurs : patrick burel

La semaine dernière, JDG a envoyé trois questions aux candidats au Comité du Syndicat des éleveurs. Les candidats sont libres d’y répondre. Nous nous sommes engagés à publier leurs textes au fur et à mesure de leur réception, sans intervenir ni sur le fond ni sur la forme. C’est-à-dire en toute objectivité, dans le but de stimuler le débat démocratique et le taux de participation à l’élection

PATRICK BUREL

Question 1. – POURQUOI AVEZ-VOUS DÉCIDÉ D’ÊTRE CANDIDAT AU COMITÉ DU SYNDICAT DES ÉLEVEURS ? QUELLE EST VOTRE MOTIVATION ? QUEL EST LE SENS DE VOTRE CANDIDATURE ?

Patrick Burel. – M’appuyant sur les différents aspects de mon expérience professionnelle et ma connaissance du domaine des courses depuis un demi-siècle, je donne trois objectifs à ma candidature : le rassemblement de tous les éleveurs, la lucidité devant les mesures à prendre et la détermination à les mettre en oeuvre.

Question 2. – SI VOUS ÊTES ÉLU, QUELLE SERA LA PREMIÈRE PROPOSITION QUE VOUS SOUMETTREZ AU VOTE DU COMITÉ DU SYNDICAT ?

La première proposition que je soumettrai au Comité, c’est d’engager les contacts nécessaires pour rassembler l’ensemble des éleveurs de chevaux de courses en France (y compris trotteurs, AQPS, etc.).

Question 3. – LES ENCOURAGEMENTS ONT ÉVOLUÉ AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES (DEUX TAUX SEULEMENT POUR LA PRIME PROPRIÉTAIRES, UN POUR LES 2, 3, 4ANS, UN POUR LES 5ANS ET PLUS, ET UNE BAISSE DES PRIMES AUX "FR" ASSIMILÉS). DOIVENT-ILS À NOUVEAU ÉVOLUER DANS UN SENS OU DANS UN AUTRE ? ET SI VOTRE RÉPONSE EST OUI, QUELLE ÉVOLUTION PROPOSERIEZ-VOUS ?

Améliorer la politique de primes propriétaires en les concentrant sur les chevaux de 2, 3, 4ans en plat, ce qui inciterait les propriétaires à renouveler plus rapidement leurs effectifs, sachant qu’ils auraient un meilleur ratio de couverture de leurs frais, ce qui aiderait les éleveurs à vendre leur production et une autre catégorie de 5 ans et plus. Poursuivre la baisse des primes aux "FR" assimilés pour inciter à l’installation en France, même temporairement, de nouveaux étalons de standard international, comme commencé en 2015.