3 questions aux candidats au comité du syndicat des éleveurs : aliette forien

Autres informations / 12.03.2015

3 questions aux candidats au comité du syndicat des éleveurs : aliette forien

ÉLECTION DU COMITÉ DU SYNDICAT DES ÉLEVEURS

3 QUESTIONS AUX CANDIDATS AU COMITÉ DU SYNDICAT DES ÉLEVEURS

JDG a envoyé trois questions aux candidats au Comité du Syndicat des éleveurs. Les candidats sont libres d'y répondre. Nous nous sommes engagés à publier leurs textes au fur et à mesure de leur réception, sans intervenir ni sur le fond ni sur la forme. C'est-à-dire en toute objectivité, dans le but de stimuler le débat démocratique et le taux de participation à l'élection.

ALIETTE FORIEN

1. pourquoi avez-vous décidé d'être candidate au Comité du Syndicat des éleveurs ? Quelle est votre motivation ? Quel est le sens de votre candidature ?

Après plusieurs mandats,  je souhaite continuer à mettre mon expérience d'éleveur au service de la profession tout en souhaitant que des têtes nouvelles soient élues et enrichissent notre Syndicat d'opinions et de visions différentes. C'est quand les temps sont difficiles que l'utilité de notre Syndicat est encore plus évidente et la motivation de ses membres encore plus importante.

2. Si vous êtes élue, quelle sera la première proposition que vous soumettrez au vote du Comité du Syndicat ?

Si je suis élue, ma proposition serait en réalité un souhait très profond, celui de voir à nouveau tous les éleveurs rassemblés pour défendre notre métier. Pour moi il n'y a pas de "petits" ou de "gros" éleveurs mais seulement des hommes et des femmes animés par la même passion, qui travaillent durement, qui font des sacrifices financiers et qui devraient tous en retirer des bénéfices à la hauteur de leur investissement et de leurs compétences. L'union fait la force, tous les éleveurs sont respectables, les éleveurs sans sol, les éleveurs vendeurs, les éleveurs propriétaires, étalonniers, etc. Alors pour ce nouveau mandat, repartons unis et essayons de ramener à nous ceux qui ont cru pouvoir faire évoluer les choses du dehors. Le Syndicat des éleveurs n'en sera que plus fort et efficace.

3. Les encouragements ont évolué au cours des dernières années (deux taux seulement pour la prime propriétaires, un pour les 2, 3, 4ans, un pour les 5ans et plus, et une baisse des primes aux "Fr" assimilés). doivent-ils à nouveau évoluer dans un sens ou dans un autre ? Et si votre réponse est oui, quelle évolution proposeriez-vous ?

Les encouragements à l'élevage ont certes évolué au cours de ces dernières années, mais restent encore trop confus auprès d'un grand nombre de professionnels, et le fait de les modifier encore n'améliorera pas les choses. C'est un sujet très sensible qui a en partie causé la fronde que nous avons connue, alors laissons-nous un peu de temps pour mesurer l'effet que ces nouveaux taux ont sur la politique d'élevage dans les haras. Nous sommes le seul pays européen à bénéficier de telles primes (propriétaires ou éleveurs). C'est un énorme avantage qui nous permet de ne pas être entièrement dépendants de la vente de notre production, mais qui ne doit tout de même pas dicter totalement nos investissements. La France a été et redevient un très beau pays d'élevage, avec de plus en plus de haras prestigieux et des étalons très performants et recherchés. On a maintenant vraiment le choix de faire saillir nos meilleures juments en France, comme de choisir un étalon où que ce soit, si on estime qu'il convient mieux à notre poulinière. Le monde du pur-sang est totalement international et tout protectionnisme exagéré ne peut être que nuisible à l'élevage français.