Communiqué  de l'association des entraîneurs propriétaires

Autres informations / 13.05.2015

Communiqué de l'association des entraîneurs propriétaires

COMMUNIQUÉ  DE L'ASSOCIATION DES ENTRAÎNEURS PROPRIÉTAIRES

" Après avoir pris connaissance du compte-rendu et du procès verbal du Comité de France Galop du 30 mars 2015, et plus particulièrement du paragraphe concernant la réduction des surfaces sur le centre d'entraînement de Maisons-Laffitte, l'Association des entraîneurs propriétaires tient à faire quelques précisions à ce sujet.

Au cours de la réunion du 4 mars 2015, les entraîneurs de Maisons-Laffitte ont clairement exprimé à une très large majorité leur opposition à une éventuelle fermeture ou gel de quelque surface que cela soit. Ils ont indiqué que depuis 2009, de gros efforts financiers avaient été acceptés par les professionnels et leurs propriétaires, mais que France Galop n'avait pas fait les efforts de gestion promis en 2009 lors des réunions organisées avec les entraîneurs à cette époque. Ce tableau le montre :

Produits du centre d'entraînement        462 K€ 807 K€ (+ 74,68 %) (cotisations pistes, galops, etc.)

Total charges centre d'entraînement   3.282 K€ 3.441 K€ (+ 4,84 %)

Ils ont aussi indiqué que Maisons-Laffitte représentait 19,5 % des partants premium en obstacle, 22,7 % des partants dans les événements d'obstacle, 11,4 % des partants dans les événements de plat et qu'un cheval entraîné à Maisons-Laffitte courait 8,4 fois par an, soit environ deux fois plus que la moyenne sur tous les autres centres d'entraînement.

Ils ont proposé que pour se libérer des contraintes liées aux baux ruraux, France Galop devait proposer aux occupants des écuries de pouvoir les acheter ; cela ayant l'avantage de réduire notablement les frais d'entretien du patrimoine. Les entraîneurs ont également proposé que soit mis en vente l'immeuble de l'avenue Moskova, ce qui engendrerait une recette importante et réduirait de façon conséquente les frais d'entretien. Ils ont également indiqué que si France Galop avait l'intention de maintenir le centre d'entraînement, la solution ne pouvait être d'en réduire les surfaces ; cela n'encouragerait pas de nouveaux entraîneurs à venir s'installer à Maisons-Laffitte.

Les entraîneurs ont proposé aux dirigeants de France Galop de mettre en œuvre ces mesures et de prévoir une clause de revoyure dans deux ans afin de faire le point à ce moment-là.

Or, le gel de la piste en gazon de Fromainville conduirait au transfert sur l'hippodrome d'environ 2.400 galops par an et particulièrement en début et en fin d'année, période de haute activité pour l'obstacle. Il est bien évident que la piste de l'hippodrome ne saurait supporter une telle charge supplémentaire. D'autre part, les économies réalisées ne seraient que d'environ 50 à 100 K€, avec le risque de voir partir vers d'autres centre d'entraînement de nombreux chevaux et de décourager ceux qui auraient eu l'intention de venir s'y installer.

La direction de France Galop propose actuellement aux entraîneurs d'acheter leur établissement. L'un de ces établissements a même déjà été vendu. Il serait dès lors inadmissible de proposer aux entraîneurs de s'endetter sur du long terme et parallèlement de réduire considérablement l'outil de travail en gelant une piste en gazon. Les entraîneurs de Maisons-Laffitte ne sauraient accepter une réduction de leur outil de travail sans que toutes les possibilités d'amélioration de la gestion du centre d'entraînement n'aient été explorées auparavant. Ils sont bien entendu prêts à collaborer avec la direction du site pour chercher dans la concertation des pistes d'amélioration de productivité afin de réduire sensiblement les coûts du centre d'entraînement de Maisons-Laffitte. "