Sixième conférence mondiale du pur-sang arabe de course : le festival du cheikh mansour poursuit son action en faveur des apprentis et des femmes jockeys

Autres informations / 02.06.2015

Sixième conférence mondiale du pur-sang arabe de course : le festival du cheikh mansour poursuit son action en faveur des apprentis et des femmes jockeys

Varsovie a accueilli du 26 au 31 mai la conférence mondiale du pur-sang arabe de course, sous le patronage de Son Altesse le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan. Plus de quatre cent personnes venant de quatre-vingts pays différents ont pris part à ces quatre journées, organisées par Lara Sawaya, directrice du Festival international de courses de chevaux arabes du cheikh Mansour et présidente de la Fédération internationale des écoles d’apprentis jockeys, ainsi que des courses réservées aux femmes et aux apprentis au sein de l’Ifahr. La journée de dimanche fut consacrée aux courses hippiques sur l’hippodrome de Varsovie, avec les étapes du Cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan Cup et du H.H. Sheikha Fatima Bint Mubarak Ladies World Championship (Ifahr).

A.G. DE L’IFHRA : CREATION D’UN FONDS POUR LES APPRENTIS

L’Ifhra (Fédération internationale des écoles de courses) tenait son Assemblée générale vendredi dernier, lors de la conférence mondiale du pur-sang arabe de course. Cette fédération a vu le jour en 2014, par la volonté de Son Altesse le cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan. Elle est présidée par Lara Sawaya. La création d’un fonds dédié à la formation de futurs jockeys a été annoncée, ainsi que l’accueil dans la fédération de quatorze nouveaux membres. Le fonds, d’un montant de 100.000 dollars, devrait permettre à un groupe de dix à vingt apprentis-jockeys de passer deux mois chez un formateur réputé. Les quatorze nouveaux membres de la Fédération sont les pays suivants : Argentine, Brésil, Chine, Danemark, France, Hongkong, Hongrie, Maroc, Oman, Portugal, Pologne, Turquie, Slovaquie et Suède. Enfin, Pat Buckley a été nommé vice-président de la fédération, à la suite du décès de Susanna Santensson.

LE TRANSFERT D’EMBRYONS AU COEUR DES DEBATS

La première session a été consacrée au transfert d’embryons et au rôle des handicapeurs. En ce qui concerne le transfert d’embryons, la majorité des intervenants se sont montrés en faveur d’une régulation du nombre de poulains par an et par jument. En Pologne, une jument ne peut produire qu’un poulain par transfert d’embryon et un de façon naturelle par an. Mais cette mesure présente ses limites : produire plusieurs produits par an permet de juger de la qualité de la poulinière bien plus vite. Certains intervenants ont aussi insisté sur l’utilité de la technique pour des juments ayant des problèmes de santé. Catherine Labarthe, qui a élevé Djainka des Forges, est allée dans ce sens, estimant que pour une jument âgée, le transfert d’embryon était une technique avantageuse, mais qui devait être mieux régulée.

LES AUTRES THEMES ABORDES LORS DE LA CONFERENCE

Au cours de ces journées de réflexion et d’échanges, la place des courses de pur-sang arabes dans les médias hippiques fut abordée. Sur ce point, les médias français semblent en avance sur leurs homologues étrangers. En Grande-Bretagne, les partants des courses de pur-sang arabes ne sont pas systématiquement publiés par les principaux médias hippiques. L’hétérogénéité des règles qui régissent l’activité hippique à travers le monde, la place des femmes dans cet univers ainsi que la question de la régulation du poids des jockeys furent également débattus. Par le biais du H.H. Sheikha Fatima Bint Mubarak Ladies World Championship, les courses de pur-sang arabes donnent l’occasion à de nombreuses cavalières de prendre part à des épreuves à travers le monde. Ce circuit bénéficie d’une large couverture médiatique. L’Italie, et la ville de Rome en particulier, vont accueillir la 7e édition de la conférence mondiale du pur-sang arabe de course en 2016.