« ne pas agir serait accepter la baisse des enjeux, le déclin du galop et donc à court terme la baisse des allocations »

Autres informations / 05.08.2015

« ne pas agir serait accepter la baisse des enjeux, le déclin du galop et donc à court terme la baisse des allocations »

 « Il faut d’abord expliquer que le seul

objectif de cette mesure est l’optimisation des partants dans les courses

premium. Le principal levier pour y parvenir, c’est la diminution des courses

P.M.H. qui concernent des chevaux susceptibles de courir en premium. Dès le

mois de mai 2014, en tant que président du Conseil du plat, j’avais alerté sur

la baisse des effectifs des chevaux à l’entraînement,  et prévenu qu’il faudrait adapter le nombre

des courses aux effectifs à l’entraînement. Entre 2009 et 2012, le galop a

connu une baisse de 0,5 partant par course. Entre 2013 et 2014, cette baisse a

encore été de 0,5. Nous sommes passés d’une moyenne de 12,5 partants par course

en 2009 à 11,5 partants en 2014. France Galop est en train d’interroger tous

les comités et les conseils régionaux, et ils doivent rendre leurs réflexions

pour le 1er septembre. Celles-ci seront ensuite étudiées par le Conseil du

plat. Les dossiers seront finalisés pour octobre, au moment de la constitution

des programmes. »

Loïc

Malivet, président du Syndicat des éleveurs, président du Conseil du plat