Bondi beach sur tapis vert

Autres informations / 13.09.2015

Bondi beach sur tapis vert

LADBROKES ST. LEGER STAKES (GR1)

BONDI BEACH SUR TAPIS VERT

Bondi Beach (Galileo) a décroché le St. Leger de Doncaster dans le bureau des commissaires. Le pensionnaire d'Aidan O'Brien a passé le poteau en deuxième position, à une tête de simple verse (Duke of Marmalade), arrivée première, avec l'animateur fields of atheny (Galileo) en troisième position. Une enquête a vite été ouverte par les commissaires de Doncaster. Simple Verse a longtemps été enfermée à la corde derrière Fields of Atheny et storm the stars (Sea the Stars), alors que Bondi Beach évoluait à son extérieur. Simple Verse est entrée en contact avec Bondi Beach. La pouliche s'est montrée lutteuse et, lorsqu'elle a eu le passage, elle est venue entre Fields of Atheny et Bondi Beach. Elle est à nouveau entrée en contact avec ce dernier en penchant sur sa droite juste après un coup de cravache, à moins de deux cents mètres du but. Bondi Beach a commis un petit écart, avant de se ressaisir et de regagner du terrain sur Simple Verse en fin de parcours, n'échouant pour finir qu'à une toute petite encolure. Finalement, après avoir entendu Colm O'Donoghue, jockey de Bondi Beach, et Andrea Atzeni, jockey de Simple Verse, l'arrivée a été modifiée. Bondi Beach hérite de la victoire sur tapis vert, Simple Verse est deuxième. Nul doute que ce changement fera longtemps débat en Angleterre. Fields of Atheny est troisième à un peu plus d'une longueur, reprenant un nez à Storm the Stars qui a plafonné en fin de parcours après être venu tôt et avoir un instant fait illusion pour un meilleur classement. vengeur masqué (Monsun), le pensionnaire de Mikel Delzangles, est cinquième à neuf longueurs de Storm the Stars, étant vite battu.

La joie dans le clan Coolmore

C'est en direct de Leopardstown qu'Aidan O'Brien a suivi le St. Leger de Doncaster. L'entraîneur décroche pour la quatrième fois ce classique anglais, après les succès de milan (Sadler's Wells), scorpion (Montjeu) et Leading Light (Montjeu). Aidan O'Brien a expliqué : " Ce n'est jamais une belle manière de gagner une course et je suis désolé pour l'entourage de l'autre cheval. Cela m'a semblé confus dans la ligne droite. Je n'ai pas pu bien voir, mais c'était confus, et Bondi Beach a, il me semble, refait du terrain en fin de parcours. Je suis évidemment très heureux et Colm O'Donoghue lui a donné une très belle course. Il avait été très malheureux à York [dans les Great Voltigeur Stakes, ndlr], où il avait été tamponné deux fois et poussé. Mais c'est ainsi. Certains jours vous sont favorables, d'autres non... " La rétrogradation de Simple Verse fait en effet polémique

également par rapport aux Great Voltigeur Stakes où Storm the Stars battait Bondi Beach. En effet, les observateurs s'opposant à la rétrogradation de la pouliche ont  souligné  que  le  mouvement  dans  ce St. Leger n'était absolument rien par rapport à ce qu'il s'était passé dans les Great Voltigeur Stakes, où il n'y avait eu aucun changement à l'arrivée après enquête. La règle anglaise peut continuer à faire débat : Simple Verse était-elle la meilleure ce samedi dans cette course et s'est-elle fait "voler" sa victoire ou Bondi Beach aurait-il dû gagner ? À chacun de se faire son idée.

Le choc dans le clan Qatar Racing

La décision des commissaires a créé une onde de choc dans le clan de Simple Verse, qui avait été supplémentée dans ce St. Leger. Qatar Racing semblait tenir là son tout premier classique anglais et, bien qu'Andrea Atzeni se soit battu comme un beau diable, en piste comme dans la salle des commissaires, rien n'y a fait. C'est en larmes qu'Andrea Atzeni a remporté la course suivante à Doncaster, tandis que l'entraîneur Ralph Beckett se disait stupéfait. C'est aussi un nouveau coup dur pour lui : au mois d'août, à Arlington, sa pensionnaire Secret Gesture a été rétrogradée de la première à la troisième place dans les Beverly D. Stakes (Gr1). L'affaire est en appel. Deux rétrogradations au niveau Gr1 en moins d'un mois, voilà réellement un coup dur pour cet entraîneur.

Ralph Beckett a déclaré : " Je suis stupéfait avant tout parce qu'il n'y a aucune constance dans cette règle [de rétrogradation dans les courses anglaises, ndlr]. Clairement, et peu importe l'angle de vue, vous voyez que les deux chevaux s'appuient l'un sur l'autre. Comment peut-on dire que c'est entièrement de sa faute si cela survient ? Une seule chose est certaine : nous allons faire appel. "