Comment godolphin est en train de pulvériser le record de victoires en angleterre

Autres informations / 24.10.2015

Comment godolphin est en train de pulvériser le record de victoires en angleterre

Habillage spécial Franco

 

RAIMONDISSIMO !

COMMENT

GODOLPHIN EST EN TRAIN DE PULVÉRISER LE RECORD DE VICTOIRES EN ANGLETERRE

Encadré (avec photo)

Italien et citoyen du monde, Franco Raimondi est l’un des plus célèbres journalistes

hippiques en activité. Grand voyageur et curieux de tout, il offre à plusieurs

gazettes de renom international ses connaissances encyclopédiques et ses analyses

décalées. Il vous donne rendez-vous chaque semaine dans Jour de Galop.

Fin encadré

 

Entre Son Altesse le cheikh Mohammed et le titre de tête de liste des

propriétaires outre-Manche, c’est une véritable histoire d’amour qui s’est

tissée. Cette idylle est née il y a trois décennies. Entre-temps, l’armada de Son

Altesse le cheikh Mohammed s’est réinventée plusieurs fois, empruntant parfois des

chemins de traverse, au cours d’une histoire aux multiples rebondissements.

Mais cette année, les Godolphin sont en train de réaliser un "truc de

fou". Un exploit de l’ordre de l’inédit. Embarquez calculatrices, tableurs

Excel et calepins, nous partons au pays des chiffres et de la démesure

hippique !

 

Vingt titres

en trente et une saisons

Il y a trente ans (en 1985), Son Altesse le cheikh Mohammed gagnait son premier

titre de Champion Owner en Angleterre.

Depuis lors, il n’a laissé filer que onze couronnes. Hamdan, son frère, l’a

décrochée à cinq reprises et son épouse, la princesse Haya, une fois. Khaled

Abdullah fut trois fois tête de liste. Son Altesse l’Aga Khan l’a été une fois,

comme l’association "Magnier & Tabor". Samedi à Ascot, Son

Altesse le cheikh Mohammed  a été sacré

pour la vingtième fois.

 

Quand les

statistiques explosent

Ces vingt titres sont répartis en onze succès sous son nom et neuf sous la

bannière Godolphin. Ce label triomphait pour la première fois en 1996… devant Son

Altesse le cheikh Mohammed ! Depuis cette époque, le monde a changé. Les

courses aussi. Lors du premier titre de Son Altesse le cheikh Mohammed, ses 71 représentants

avaient accumulé 118 victoires et 1,082 million de livres sterling. À

cette époque, les pistes all-weather

n’existaient pas (inauguration de la première P.S.F. le 30 octobre 1989

à Lingfield). Ces surfaces fibrées n’ont cessé de prendre de l’importance,

ouvrant de nouvelles possibilités pour battre des records de victoires. Et

d’ailleurs, en parlant de record, Godolphin va en établir un époustouflant

d’ici à la fin de l’année. L’écurie vient de franchir la barre des 250 victoires,

ce mardi à Wolverhampton, avec le 2ans Archaic

(Acclamation), un pensionnaire de Charles Appleby qui était monté par William

Buick. La machine est devenue inarrêtable. Mercredi à Newmarket, la 251victoire

a été acquise par Prize Money (ça ne

s’invente pas !)

 

Les règles

changent, mais pas le résultat !

Cette année, pour la première fois, le titre de Champion Owner a été calculé en prenant en compte les gains de la

période qui sépare la journée des 2.000 Guinées (2 mai) et celle des

Champions Stakes (17 octobre). Avant et après ces deux dates, le

"score Godolphin" est de 91 victoires en 267 courses pour

1,240 million de livres sterling. Pendant la période prise en compte pour le

titre, l’armada de Son Altesse le cheikh Mohammed a amassé 3,909 millions de

livres sterling avec 785 partants et 160 victoires. Cela correspond à

une solide avance sur Son Altesse le cheikh Hamdan, dont les 614 partants

ont remporté 3,133 millions et 112 victoires. Les chiffres tiennent

compte de toutes les courses, sur gazon et all-weather.

 

Un peu

d’histoire…

Le colosse Godolphin a beaucoup changé son approche des courses depuis ses

premiers pas en 1994. Vous connaissez certainement l’histoire, mais nous allons

tout de même vous rafraîchir la mémoire. Au début, c’était un peu le centre de

formation des chevaux de la famille Maktoum. Ces derniers, après avoir développé

leurs talents sous la férule des meilleurs entraîneurs en Europe, rentraient

dans le "grand projet". Le premier titre de Godolphin fut celui de la

saison 1996, avec 39 victoires (dont 15 Groupes) acquises en 123 courses.

Mark of Esteem et Halling (2), Classic Cliche et Medaaly apportèrent

la cerise sur le gâteau, c’est-à-dire six Grs1. Les chevaux qui couraient sous

le nom de Son Altesse le cheikh Mohammed himself

terminèrent la saison avec 89 victoires remportées en 507 courses. Au

classement par les gains, "l’Académie Godolphin" devançait Son

Altesse le cheikh Mohammed, avec 1,824 million contre 1,349.

 

Le tournant de

la fin des années 1990

Les titres suivants, en 1998 et en 1999, furent acquis avec des chiffres

similaires : 38 victoires en 115 courses et 40 en 120. Le premier gros

changement chez Godolphin arriva en 1999 avec l’ouverture d’une antenne à Évry,

où David Loder s’occupait des 2 ans. Après cette courte expérience française,

Loder est rentré à Newmarket. Mais l’étape suivante était déjà programmée. En

2003, on voit apparaître le nom Saeed bin Suroor avec des 2 ans. Lors de

la saison suivante, celle du quatrième titre de Godolphin, la casaque bleue a

remporté 115 victoires en 455 courses. Entre-temps, Son Altesse le cheikh

Mohammed a mis plusieurs fois les "mains dans le moteur"… Les titres

de 2006 et 2007 sont arrivés avec des statistiques moins

stratosphériques : 70 et 72 victoires en 247 et 285 courses.

 

La chasse aux

victoires est lancée

Rebelote, en 2009 le nombre de partants explose à nouveau, pour atteindre

la barre des 530. Grâce aux 148 victoires, les protégés de Son Altesse le

cheikh Mohammed avaient alors sécurisé 384.000 livres sterling d’avance

sur ceux de Son Altesse le cheikh Hamdan.

À partir de 2010, Godolphin augmente encore sa présence sur les hippodromes

et l’effectif est réparti entre Saeed bin Suroor et Mahmoud al Zarooni. Le

nombre de partants grimpe à 687 puis à 784. Mais Khaled Abdullah, avec ses

champions Frankel, Workforce et Midday en première ligne, était impossible à battre en 2010 et en 2011. Godolphin doit se

contenter de la deuxième place.

L’impulsion est donnée. La cavalerie des Blues est lancée à toute allure dans une chasse aux victoires, dans

les bonnes et les mauvaises courses, dans les grands meetings et les petites journées

en province, là où Sir Henry Cecil n’envoyait qu’accidentellement un cheval,

pour lui faire gagner son maiden.

 

Un changement

peut en cacher un autre

Si vous avez eu la patience de nous suivre dans ce petit voyage au pays des

chiffres, sachez que nous allons bientôt arriver au record de 2015 !

Godolphin s’est encore une fois métamorphosé, presque un an après le scandale

de dopage qui l’a frappé, le 22 avril 2013. Charles Appleby remplace

Mahmoud al Zarooni dans l’écurie de Moulton Paddock. Le racing manager Simon Crisford quitte son

poste pendant l’hiver 2014, avant d’entamer une nouvelle carrière en tant

qu’entraîneur. John Ferguson devient l’homme de référence pour tous les entraîneurs

de Godolphin hors d’Angleterre, sauf en Australie.

Mais au fond, le véritable changement est tout autre. Il est stratégique. Son

Altesse le cheikh Mohammed a fixé deux objectifs majeurs pour son contingent

britannique : le Dubai Carnival et la saison anglaise. Pour le premier, il

y a une véritable armée, fournie en vieux chevaux, que l’on garde spécialement

pour le meeting hivernal. C’est de ses rangs que sont sortis les Prince Bishop, African Story, Hunter’s

Light et maints autres. Pour partir à la conquête de la saison anglaise,

Godolphin compte sur ses bataillons de jeunes recrues produits par le système

Darley. Leur entraînement, qui était autrefois externalisé, est maintenant assuré

"à la maison". Ce travail est effectué en premier lieu par Appleby.

 

Une annonce

qui était pourtant passée inaperçue…

Au début de l’automne 2014, une annonce est passée presque inaperçue.

Godolphin affiche alors sa volonté de garder beaucoup de chevaux en Angleterre

pendant l’hiver. Les petits entraîneurs, ceux qui font de la saison sur le all-weather une source importante de

leurs revenus, ont rapidement compris que quelque chose avait changé, en pire

pour eux. Les blues ont fait une véritable

razzia pendant l’hiver. 14 victoires en décembre, avant de démarrer l’année

2015 avec 21 succès en janvier, 13 en février et 24 en mars. Le total du

premier trimestre sur le all-weather était

donc de 58 victoires sur 155 partants, soit un taux de réussite de

37,41 %.

Quand Archaic a permis à l’écurie de franchir la barre des 250 victoires,

les succès sur sable fibré étaient de 116 pour 354 partants (32,76 %).

Dans le même temps, la réussite sur le gazon restait bonne, mais pas aussi exceptionnelle,

avec 135 gagnants issus de 698 partants (19,34 %).

La chasse à la victoire est devenue presque une obsession. Godolphin a eu

des partants sur 35 hippodromes différents et ils ont gagné sur 25 d’entre

eux.

Le terrain de chasse de prédilection fut celui de Lingfield, avec 36 victoires

(dont 33 sur le all-weather) alors

que, pour une raison ou une autre – faut-il y voir l’intervention directe de

Robin des Bois, qui n’habitait pas loin… – son score à Nottingham est bloqué à 0

en 23 tentatives.

 

Un autre

changement majeur dans la politique de Godolphin

Godolphin a utilisé 332 chevaux différents et 159 ont gagné au moins

une course. Chaque cheval a apporté sa propre contribution à ce record, les homebred comme ceux achetés aux ventes. Logiquement,

à l’issue d’une saison très chargée, on trouve très peu de Godolphin dans le

catalogue des Tattersalls Horse in

Training. Charles Appleby a sellé 81 gagnants différents pour 139 courses

alors que Saeed bin Suroor a contribué à hauteur de 84 victoires pour 55 lauréats

individuels. Mathématiquement parlant, 139 plus 84 donnent 223. Pour arriver aux

251 victoires évoquées précédemment, il nous manque 28 victoires…

Ce n’est pas une faute de notre "calculette", mais une ramification de la nouvelle

politique Godolphin. Par le passé, les bons chevaux "clés en main" achetés

à l’extérieur étaient presque tous accueillis par la maison-mère. À présent Son

Altesse le cheikh Mohammed a décidé qu’ils resteraient chez leur entraîneur.

C’est le cas de Night of Thunder, Jack Hobbs, Toormore, Pleascach, Buratino, Ribchester et Birchwood,

tous gagnants de Groupe sous une casaque bleue, mais sans changer de mentor.

Godolphin a gagné cette année 18 courses de Groupe en Angleterre. La majorité

de ces succès (10) ont été acquis par des chevaux entraînés par des professionnels

autres que Appleby et Saeed bin Suroor. La contribution de ces chevaux extérieurs

a été décisive pour le titre – les seuls gagnants de Gr1 en Angleterre sont Night of Thunder (Hannon) et Pleascach (Bolger) –, mais aussi pour

le résultat final. Sans leurs gains, il y aurait eu photo, même pour le titre

de Champion Owner.

 

Et la

France ?

Son Altesse le cheikh Mohammed a-t-il trouvé la formule magique, après 21 années

de travail autour de son projet, pour que son écurie soit capable de gagner aux

quatre coins du monde ? L’Australie a généré 18 victoires de Groupe –

dont quatre Grs1 – et l’Amérique huit (3 Grs1). La France est une destination de

plus en plus en vue chez Godolphin. Henri-Alex Pantall a, comme d’habitude,

atteint son objectif, c’est-à-dire de faire gagner des pouliches, tout en

remportant une Listed avec Momayyaz

(Elusive Quality). André Fabre, lui, a "sorti" deux gagnants de Gr1, Territories et le prometteur Ultra. Il compte sept victoires de Groupe

en 2015. C’est un bilan satisfaisant pour le professionnel cantilien. Mardi

matin, selon le site de France Galop, il avait sous ses ordres 63 Godolphin,

dont une grande majorité de deux ans (49). Parmi eux, on compte 35 inédits,

dont 6 Dubawi, 8 Medaglia d’Oro, 4 Shamardal et 3 Street Cry, pour ne citer que les références

les plus à la mode. Ce jeudi à Deauville, la pouliche Come Alive (Dansili) nous a séduits en devançant 15 adversaires

dans le Prix d’Hotot-en-Auge. Les professionnels français n’ont pas à se faire

de souci. André Fabre est un entraîneur classique et il ne partira pas avec ses

Godolphin à la chasse des petites courses d’hiver sur les fibrées de France et

Navarre. Un vieux proverbe milanais dit « ofele fa el to meste » c’est-à-dire :

« pâtissier, fais ton métier ». Le métier d’André Fabre est de gagner

les meilleures courses avec les meilleurs chevaux…

 

LES TÊTES DE

LISTE DES PROPRIÉTAIRES EN ANGLETERRE DEPUIS 1985 (*)

Année         Tête

de liste des propriétaires en Angleterre                  Vic-Part.                Gains (£)

2015           Godolphin                                                                      251-1052                5 149 864

2014           Hamdan Al Maktoum                                                    136–670                 3 653 741

2013           Godolphin                                                                      170–843                 4 197 745

2012           Godolphin                                                                      149–805                 3 180 680

2011           Khaled Abdullah                                                            63–325                   3 470 859

2010           Khaled Abdullah                                                            74–341                   3 860 917

2009           Hamdan Al Maktoum                                                    134–678                 3 149 091

2008           Son Altesse la Prince Haya                                            38–217                   2 168 102

2007           Godolphin                                                                      72–285                   1 680 865

2006           Godolphin                                                                      70–247                   1 610 204

2005           Hamdan Al Maktoum                                                    96–544                   1 786 506

2004           Godolphin                                                                      115–455                 4 319 646

2003           Khaled Abdullah                                                            78–357                   1 796 464

2002           Hamdan Al Maktoum                                                    96–495                   2 265 975

2001           John Magnier & Michael Tabor                                      16–70                     2 372 453

2000           Son Altesse l’Aga Khan                                                 25–92                     1 694 280

1999           Godolphin                                                                      40–120                   2 702 476

1998           Godolphin                                                                      38–115                   2 287 368

1997           Cheikh Mohammed                                                        87–477                   1 461 681

1996           Godolphin                                                                      39–123                   1 857 359

1995           Hamdan Al Maktoum                                                    166–828                 2 567 231

1994           Cheikh Mohammed                                                        125–653                 2 683 154

1993           Cheikh Mohammed                                                        143–772                 2 601 272

1992           Cheikh Mohammed                                                        185–833                 1 916 125

1991           Cheikh Mohammed                                                        138–761                 1 822 595

1990           Cheikh Mohammed                                                        175–774                 2 240 756

1989           Cheikh Mohammed                                                        129–560                 2 091 253

1988           Cheikh Mohammed                                                        123–521                 1 721 103

1987           Cheikh Mohammed                                                        126                         1 232 255

1986           Cheikh Mohammed                                                        77                           830 532

1985           Cheikh Mohammed                                                        118                         1 082 189

(*) Ces chiffres correspondent au décompte annuel et non

pas à la période utilisée pour déterminer le titre de Champion Owner