Antonoé : a-t-elle tout d’une grande ?

Autres informations / 10.11.2015

Antonoé : a-t-elle tout d’une grande ?

LE SPORT PAR LE

TEMPS (PARTIE 2)

 

ANTONOÉ : A-T-ELLE

TOUT D’UNE GRANDE ?

À

l’occasion du Prix d’Aumale, Chantilly avait donné rendez-vous à quelques

pouliches de qualité qui s’étaient fait remarquer pendant le meeting d’été à

Deauville.

Parmi

celles-ci : Antonoé (First

Defense), gagnante du Prix des Marettes par six longueurs et demie en 1’34’’18

sur 1.500 mètres turf, Gerdaiya

(Shamardal), invaincue en deux sorties, et Pleasemetoo

(Vale of York) qui restait sur une victoire dans un maiden. Avec une piste en excellent état (bon à bon souple - lice à

zéro) et des conditions météo favorables, tout était réuni pour assister à une

très belle course.

Comme

lors de ses débuts, Antonoé a

rapidement pris la tête, imprimant un train peu soutenu – 1'18"56 aux trois

quarts de mile – puis s’est imposée au prix d’une très belle

accélération en 1’40’’37, par deux longueurs et demie. Encore parmi les

dernières à l’entrée de la ligne droite, Pleasemetoo

a produit une belle accélération pour finir deuxième, devançant Gherdaiya, décevante troisième en ayant

une course idéale.

Que

nous apprennent les chronos de cette course ?

 

 

Le

temps global de la course d’Antonoé

est lent : 1’40’’37, soit 1,47 seconde plus lent que le "réclamer E"

remporté le même jour par Belgian

Gentleman… L’écart s’est produit dans la première phase de la course, trois

quarts de mile 3,32 secondes plus rapide pour le gagnant du "réclamer".

À noter aussi qu’un Groupe 3 pour 2ans à Chantilly se court en moyenne sur la

base de 1’39’’20 dans les mêmes conditions de terrain.

L’accélération

d’Antonoé est redoutable (du type de

celles qu’on adore pour les aficionados du chrono) : 18,34 mètres par

seconde avec encore des réserves. Celle-ci lui aurait permis de refaire près de

dix longueurs dans les quatre cents derniers mètres sur Belgian Gentleman.

En

conclusion, Antonoé affiche une

bonne performance – PSR90+ – malgré

un rythme faible dans la première phase de sa course, comme lors de ses débuts.

Son accélération est elle aussi comme lors de sa prestation à Deauville :

de très haut niveau. La question que l’on peut se poser est : comment

réagira-t-elle dans une course beaucoup plus rythmée ? Autrement dit,

quelle est sa capacité à soutenir un "early pace" plus élevé, et dans

quelle mesure ses capacités de finisseuse seront-elles altérées ?