Arthur serres a pris les commandes de toulouse

Autres informations / 23.11.2015

Arthur serres a pris les commandes de toulouse

ACA

 

ARTHUR SERRES A PRIS

LES COMMANDES DE TOULOUSE

Le 16 novembre dernier, Arthur Serres a pris ses fonctions

de directeur de la Société de courses de Toulouse. Le jeune homme de 25 ans est

arrivé dans la ville rose le 21 septembre et a vécu sa phase d’intégration

comme binôme du responsable de l’hippodrome toulousain, Jérôme Rambaud, jusqu’à

la réunion du samedi 14 novembre, avant d’en être le seul pilote. Précédemment

directeur de l’hippodrome de La Teste-de-Buch, Arthur Serres a intégré le

secteur hippique dès sa sortie de l’école en juin 2014. Diplômé de l’École

toulousaine d’ingénieurs de Purpan, qui délivre une formation générale dans les

domaines agricole et agronome, le nouveau responsable de l’hippodrome de la

Cépière a mis tous les atouts de son côté pour entrer au service des courses

hippiques : « Mon père a

toujours été au contact des chevaux de sport et j’ai moi-même fait du jumping

dans ma jeunesse. Le déclic avec les courses s’est fait par l’intermédiaire de

Paul Couderc, dont la casaque est très connue dans le Sud-Ouest. Mon père et

lui étaient associés dans leur activité professionnelle et Paul m’a permis de

découvrir les courses. Tout mon cursus de formation à Purpan a été orienté vers

l’hippique. J’ai notamment effectué des stages à Ballylinch Stud et au Sire de

Pompadour. Quant à mon stage de fin d’études, il a eu pour cadre les Aga Khan

Studs. »

Passer de La Teste à Toulouse représente un premier

challenge professionnel à relever pour Arthur Serres. « La Teste, c’est seize réunions de courses annuelles et un centre

d’entraînement d’un peu plus de 500 chevaux. Toulouse, c’est une activité

d’entraînement réduite, une cinquantaine de chevaux seulement sur le site, mais

cinquante journées de courses par an – dont plus de la moitié est premium.

L’hippodrome accueille des courses dix mois par an ; il est fermé en

juillet et août. À Toulouse, par rapport à La Teste, je "gagne"

aussi le trot, des courses de steeple et des épreuves de sélection plus

nombreuses, comme le Prix Fille de l’Air (Gr3). »

À court et moyen terme, les projets ne manquent pas. Les

réfections des parcours d’obstacle (haies et steeple) sont de ceux-là. Les

travaux pour améliorer l’accessibilité sur l’hippodrome aussi.