A la découverte de l’iridologie

Autres informations / 29.01.2016

A la découverte de l’iridologie

ACA

 A LA DÉCOUVERTE DE L’IRIDOLOGIE

Une fois par mois, retrouvez dans Jour de Galop un point sur l’iridologie, avec Isabelle Commandeur, une spécialiste de l’utilisation de cette technique chez les chevaux. Qu’est-ce que l’iridologie ? C’est tout simplement l’étude de l’œil. Les yeux sont une cartographie qui illustre les fonctions et les systèmes du corps, humain ou équin. Chaque organe, viscère est relié par des ramifications nerveuses à une partie de l’iris. Une étude de l’œil permet donc d’identifier les faiblesses, les troubles et les maladies, de comprendre les liens entre elles, d’analyser les fonctions métaboliques et les différents systèmes (nerveux, digestif, respiratoire, cardiaque…) et d’orienter les recherches et les soins médicaux vers les points faibles.

 

Pourquoi ?

L’iridologie permet de détecter la source d’un problème existant ou futur, que ce soit au niveau d’un organe ou d’un système qui est représenté dans l’iris. La technologie actuelle et la puissance de l’optique permettent d’obtenir avec une extrême précision une qualité exceptionnelle de prise de vue de l’iris. L’iridologie peut être appliquée à un cheval à l’entraînement, avant un passage en vente ou à l’élevage.

 

Quand ?

Chez un poulain (à partir de six semaines), l’iridologie permet déjà de déceler certains désordres d’ordre héréditaire. L’étude de l’œil d’un cheval lorsqu’il est jeune permet de guider les vétérinaires vers une éventuelle faiblesse. Il s’agit plutôt de prévention.

De 3 à 4ans, un cheval a pu connaître des blessures ou des traumatismes. Des désordres peuvent alors apparaître : digestifs, nerveux, fonctionnels, structurels… Et ils sont visibles dans ses iris : présence de sillons gravés dans la texture du tissu, de taches, de colorations différentes selon les zones touchées… L’étude de l’œil à cet âge permet de mettre en évidence les faiblesses du cheval qui se sont développées.

Les chevaux de course sont des athlètes de haut niveau et, lorsqu’ils sont poussés au maximum de leur potentiel, cela peut générer des dysfonctionnements visibles au niveau de l’iris. Avant d’en arriver là, un regard sur l’œil est possible, pour anticiper, adapter son rythme de travail ou réviser son mode alimentaire…

L’iridologie peut aussi être utilisé pour les étalons. Lorsque le "capital santé" de l’étalon s’associe à celui d’une pouliche, la qualité du produit de cette union sera déterminée en fonction de la valeur que portent l’un et l’autre. Il y a les critères morpho-dynamiques, comme la vitesse, les aplombs, l’allure, le tempérament, la taille, l’os... Il est aussi possible, grâce à l’iridologie, d’identifier aussi la valeur "santé" du futur jeune poulain en fonction du "capital santé" de ses parents.