J’aime le galop… plutôt 3.000 fois qu’une !

Autres informations / 31.01.2016

J’aime le galop… plutôt 3.000 fois qu’une !

J’AIME LE GALOP… PLUTÔT 3.000 FOIS QU’UNE !

 

Je me souviens d’un très grand cavalier de "complet" qui disait : « Quand je suis dans mon lit, au petit matin, un peu fainéant, qu’il fait froid dehors, et si chaud là où je suis, je pense à lui. Et instantanément, je suis content de me lever pour aller le retrouver. » Lui, c’était son champion de l’époque, un certain Godelureau.

Notre godelureau à nous, notre joli cœur, c’est le galop. C’est grâce à lui que nous sommes heureux, chaque matin, de réfléchir à ce que nous allons écrire le soir, pour que vous, amoureux comme nous, preniez du plaisir à nous lire.

3.000 numéros de Jour de Galop aujourd’hui… et toujours autant de plaisir à le faire, ce journal. Parce qu’aucun jour ne ressemble au précédent. Il y a trois mille façons de décrire les courses au galop, il y a trois mille raisons de les aimer. Nous vous avons demandé de choisir quelques mots pour résumer votre amour des courses. Vous avez été nombreux à nous faire ce cadeau. Voici vos réponses.

 

« Art de vivre. »

« Émotions, beauté. »

« Formidable machine à rêver. »

« Dans la flaque d’eau, dans la lumière d’aquarelle, les pattes comme un pinceau, dans l’eau, le corps fusain. »

« Le cheval beau de Borely a la plage de nouveau, à côté de lui, mouillée de mer, comme son encolure d’écume. »

« Le cheval de course c’est de l’ego plus de l’ego, de l’ego, de l’ego… avec parfois un sucre et le rare bonheur d’un œuf frais cassé dans la mangeoire avec un demi de bière, et du pamplemousse à boire pour ouvrir l’appétit aux chevaux fatigués. »

« Les yeux clos, le rythme des sabots... »

« Lo sport più bello del mondo. »

« LE Sport. »

« Cheval : vendeur de rêves. »

« Adrénaline, joie, tristesse. »

« Puisse la passion, pareille à une flamme, ne jamais s’éteindre. »

« Le Galop, c’est trop. »

« La sensation à fleur de peau… à fleur de selle. »

« J’aime l’élégance des chevaux de course, élancés au galop pour la victoire. »

« Le pur-sang naît de nos certitudes et nous ouvre les portes de l’imaginaire. »

« Patrimoine, culture et passion. »

« L’Amour des courses passe avant tout par L’AMOUR DU CHEVAL. »

« Émotion et passion circulent à la vitesse des chevaux quand nous les voyons en action. »

« Passion. »

« Passion. »

« Passion. »

« Passion viscérale. »

« Les courses ? J’y vais au galop ! »

« Pourquoi aller au pas quand on peut aller au galop ? »

« Ma source, c’est les courses ! »

« Le public porte le cheval qui porte le jockey qui porte les couleurs. »

« Le cheval et l’homme battent du même cœur. »

« Il faut six jambes pour un gagnant. »

« Chaque course est une victoire. »

« Les courses ne se suivent pas, elles se vivent. »

« Un poulain qui sort pour la deuxième fois au pré avec sa mère. »

« Un amour, une passion dévorante »

« C’est de la poésie. »

« Elles m’accompagnent tous les jours, depuis que mes parents m’ont emmené avec eux sur un hippodrome, il y a très, très, très longtemps ! »

« Le galop, une passion, des émotions ! »

« Frissons, désirs et voluptés !!! »

« Inconditionnel. »

« Rien ne sert de partir à point... Il faut courir ! »

« Un remède exceptionnel contre l’ennui, avec une dose de suspense, d’espérance, de beauté et d’enthousiasme. »

« Avec le PMU va tout s’en va (…)

Même les plus chouettes souvenirs (…)

Le cœur quand ça bat plus (…)

Pour qui l’on eût vendu son âme pour quelques sous…

Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu

Et l’on se sent glacé dans un JEU de hasard… »

« De la passion et de la dévotion pour d’infinies émotions ! »

« Vive les courses au galop, vive les hippodromes ! »

« Passion et émotion. »

« Les courses j’y cours. »

« Intenses et fortes émotions au passage du poteau d’arrivée ! »

« Grandiose ! »

« Une passion à partager pour la beauté du sport et du pur-sang »

« Indescriptible bonheur »

« Chaud devant »

« Yaouh ! »

« Quand on est aux courses, c’est un très beau spectacle, des énigmes à résoudre, et on oublie tout : ses ennuis professionnels, les problèmes familiaux, et les éventuels tracas de santé.

C’est un dérivatif extraordinaire qui devrait être remboursé par la Sécurité sociale à la place de certains médicaments… »

« Joie, tristesse, stupéfaction, émerveillement... on ne sait jamais quelle sera l’émotion, la seule certitude est qu’il y en aura toujours »

« L’émotion de voir un crack. Même et surtout si c’est lors de ses débuts. Parfois les "futurs cracks" sont décevants : c’est la vie des courses. Pour l’entourage surtout. Pour le sportsman aussi »

« Brumes, efforts et confrontations »

« Brume qui monte du gazon d’entraînement au petit matin, mêlée à l’odeur de la sueur du cheval, avec le chant du coq »

« 60 – 80 – 100 – 160 – poteau – 110 – 90 – 60 : sport pour tous ! »

« Le plaisir d’une caresse, la caresse d’un plaisir »

« C’est un Sprint permanent... au train de Longchamp, mais sur les meilleurs obstacles de Steeple... des grandes pistes paloises et d’Auteuil... de rifle... (Enghien… Craon… pardonnez-moi...) avec une seule respiration en décembre. »

« Puissance et magnificence. Mes pieds martèlent le sol, vous vibrez avec lui. Vous criez mon nom ! C’est moi. Je suis le Magnifique, Merveille des Merveilles, je suis le Pur-Sang ! »

« Rêve quotidien. »

« Anticipation. »

« Cheval. »

« J’aime les courses de galop, ce spectacle accompli de couleurs et de robes qui met en jeu le savoir-faire hippique de l’homme et la grâce animale du cheval. »

« Même sans avoir parié sur lui, le cheval de course dans la ligne droite devient le vôtre : les seuls paris ne sauraient expliquer les cris s’élevant des tribunes »

« J’aime les courses, mais surtout aller AUX courses, voilà le challenge que nos instances ont à réussir, j’y vais pour la convivialité, le divertissement, les rencontres, l’esprit de compétition, le spectacle, la transmission des connaissances et aussi le jeu, le dire ne doit plus être tabou pour personne, à l’heure où plus que jamais chacun sait que sans turfistes il n’y a plus de courses. Les chevaux ne sont pas des numéros, changeons de politique : attirons, séduisons, formons, initions, il y a urgence. »

« Apprendre, comprendre, explosion de joie, de bonheur, mais aussi école de l’humilité : j’aime le Galop. »

« À cœur et à courses ! »

« Émotions. »

« À tous les galopeurs, pour ce qu’ils sont. »

« Aux premiers âges galope un cheval.

Le pas des hommes effacés.

Sonnera encore le galop d’un cheval. »

« Pourquoi j’aime le galop : quand les foulées s’allongent, l’effort est infini, et la clameur qui gronde se transforme en un cri ! »

« Le regard des beaux yeux du cheval... »

« Frissons,

Sensations,

Émotions,

Passion,

J’aime le Galop ! »

« Beauté, force et fragilité. »

« Il est son… nom :

Convivialité

Harmonie

Émotion

Valeur

Attachement

Liberté »

« Les courses françaises sont les plus belles au monde, en passe d’être détruites par la politique suicidaire du PMU. Réveillez-vous ! »

« Il est parfois plus qu’un partenaire, il peut être aussi notre meilleur ami. »

 

DE TOUT TEMPS, DANS TOUS LES MILIEUX…

Certains de vous ont préféré nous envoyer des citations de personnes célèbres, amoureuses des courses…

 

« Les Courses, au-dessus des appétits humains, sont une leçon de philosophie : qui croit étreindre la réussite, se retrouve le lendemain au fond du puits. Modeste dans la victoire et serein dans la défaite n’est pas le comportement de tous.

C’est celui d’une élite.

C’est l’élégance qu’exige de vous ce sport magnifique. »

François Mathet

 

« J’entendis, avant de le voir, le peloton qui arrivait a` nous dans son fracas furieux, accentue´ par le cliquetis des étriers et des mors, le crissement des cuirs et les jurons sourds des jockeys plie´s sur leurs selles ; j’ouvris les yeux alors et je vis, flottant comme un étendard au-dessus des corps allongés, luisants de sueur, musclés, si nus, des chevaux, le tourbillon bariole´ des casaques... »

Françoise Sagan

 

« Traitez un cheval comme une femme et une femme comme un cheval. Ils gagneront tous les deux pour vous. »

Elizabeth Arden, créatrice des cosmétiques Arden

 

« Les jockeys, en casaque de soie, tâchaient d’aligner leurs chevaux et les retenaient à deux mains. Quelqu’un abaissa un drapeau rouge. Alors, tous les cinq, se penchant sur les crinières, partirent. Ils restèrent d’abord serrés en une seule masse ; bientôt elle s’allongea, se coupa ; celui qui portait la casaque jaune, au milieu du premier tour, faillit tomber ; longtemps, il y eut l’incertitude entre Filly et Tibi ; puis Tom Pouce parut en tête ; mais Clubstick, en arrière depuis le départ, les rejoignit et arriva le premier, battant sir Charles de deux longueurs ; ce fut une surprise, on criait ; les baraques de planches vibraient sous les trépignements. »

Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale

 

« C’est un des derniers grands sports qu’il nous reste : un peu de danger et un peu d’excitation, et les chevaux, qui sont la plus belle chose dans ce monde. »

La Reine Mère d’Angleterre

 

« C’est la différence d’opinion qui fait les courses de chevaux. »

Mark Twain, Le calendrier de Pudd’nhead Wilson

 

« Les luttes hippiques n’ont rien perdu de leur prestige, et la “glorieuse incertitude du turf est toujours aussi passionnante, provoquant les mêmes enthousiasmes inconsidérés et les mêmes abandons injustifiés. Ne voit-on pas régulièrement, chaque année, dès la réouverture de la campagne, la presse et le public, oublieux des leçons, même de la veille, s’engouer de quelque cheval précoce que l’on sacre immédiatement crack, quitte à le traiter de rosse huit jours plus tard !... Et c’est précisément de cette mobilité de jugement qu’est fait le grand attrait des courses. »

Henry Lee, Historique des courses de chevaux de l’Antiquité à ce jour

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.