Le bilan du meeting de pau sur les obstacles : on ne change pas les équipes qui gagnent

Autres informations / 23.02.2016

Le bilan du meeting de pau sur les obstacles : on ne change pas les équipes qui gagnent

LE MAGAZINE

LE BILAN DU MEETING DE PAU SUR LES OBSTACLES

ON NE CHANGE PAS LES ÉQUIPES QUI GAGNENT

Le meeting d’obstacle de Pau 2015/2016 a pris fin le dimanche 21 février. Les lauréats des différents classements sont quasiment les mêmes que lors des précédents meetings. En effet, la famille Papot domine chez les propriétaires, Guy Cherel chez les entraîneurs et l’écurie Mirande chez les éleveurs. En revanche, chez les jockeys, petit changement, c’est David Cottin qui termine tête de liste de ce meeting palois avec vingt-quatre victoires !

 

Photo 1 : Amirande en route vers la victoire dans le Prix Auguste de Castelbajac. Il devance son compagnon d’élevage et d’entraînement Télénomie - SD

 

PROPRIÉTAIRES

LA FAMILLE PAPOT CONSERVE SON TITRE

La famille Papot a conservé son titre de tête de liste des propriétaires lors du meeting d’obstacle palois. Un titre qu’elle a décroché depuis 2012 jusqu’au meeting 2015/2016. Lors de ces trois mois de courses au Pont-Long, elle a pu compter par exemple sur Parc Monceau (Trempolino), vainqueur du Prix René Cramail, Amirande (Astarabad), lauréat du Prix Auguste de Castelbajac, Catamaran du Seuil (Network), gagnant du Prix Frédérik Henry Prince, Politikar (Poliglote), deuxième du Prix Camille Duboscq (L) et bien sûr Toutancarmont (Al Namix), lauréat du Prix John Henry Wright et troisième du Grand Cross de Pau Reverdy (L). Au final, la famille Papot a remporté neuf courses et pris trente places pour 405.110 euros de gains. Elle devance nettement Magalen Bryant, deuxième du classement. La propriétaire américaine a pu s’appuyer sur d’excellents éléments comme Forthing (Barastraight), lauréat des Prix Renaud du Vivier (L), Gaston Phoebus, et troisième du Grand Prix de Pau (Gr3), Carmin d’Oudairies (Kapgarde) et Risky Mix (Al Namix). Les couleurs de M.L. Bloodstock Ltd s’octroient la troisième place, notamment grâce à Roméo de Teillée (Poliglote), Calif d’Oudairies (Poliglote) ou encore Cedar Wood (Califet). Elles précèdent l’écurie Mirande, lauréate du Grand Prix de Pau avec Winneyev (Goldneyev).

Photo 2 : La famille Papot autour de Diamant Catalan, deuxième du Prix Gaston Phoebus - SD

ÉLEVEURS

WINNEYEV, SYMBOLE DE LA RÉUSSITE DE MIRANDE

Comme chez les propriétaires, le leader chez les éleveurs est le même que lors du précédent meeting palois : l’écurie Mirande. Il s’agit de l’éleveur de Winneyev (Goldneyev), vainqueur du Grand Prix de Pau. Fait amusant, lors du meeting 2014/2015, Winneyev avait déjà permis à l’écurie Mirande de finir tête de liste des éleveurs, tout comme son "compagnon d’élevage" Toutancarmont (Al Namix). Au cours du meeting palois 2015/2016, l’écurie Mirande a glané six succès, vingt-deux places et 39.767 euros de primes. Elle a devancé le haras de Saint-Voir, représenté notamment par la prometteuse Carte sur Table (Poliglote), invaincue en deux sorties sur les haies. Saint-Voir comptabilise quatre succès, dix-sept places et 17.853 euros de primes. Tête de liste des entraîneurs, Guy Cherel est aussi troisième au classement des éleveurs avec neuf gagnants, sept places et 14.589 euros de primes. Le professionnel mansonnien a élevé Saying Again (Califet), lauréat du Grand Cross de Pau Reverdy (L), ou encore Laissez Dire (König Turf), vainqueur de ses deux sorties.

[photos Winneyev à Pau et Isabelle Pacault]

ENTRAÎNEURS

GUY CHEREL EN HAUT DE L’AFFICHE

Comme en 2013, 2014 et 2015, Guy Cherel a dominé le meeting palois chez les entraîneurs, aussi bien par les victoires que par les gains. Il a signé vingt-neuf succès (contre 26 lors du précédent meeting), soixante et onze places et 906.340 euros de gains (contre 787.090 euros lors du meeting 2015/2016). Il compte presque le triple de gains, voire plus, que ses suivants immédiats. Mais en plus de la quantité, il a eu la qualité. De fait, Guy Cherel a remporté les Prix Renaud du Vivier (L) et Gaston Phoebus avec Forthing (Barastraight), par ailleurs troisième du Grand Prix de Pau, mais aussi le Grand Cross de Pau Reverdy (L) avec Saying Again (Califet) et le Prix Antoine de Palaminy-Prix du Haras de Saint-Vincent (L) avec König Drive (König Turf). Gagnante du Grand Prix de Pau avec Winneyev (Goldneyev), troisième du Grand Cross de Pau Reverdy avec Toutancarmont (Al Namix), Isabelle Pacault est deuxième avec huit victoires, dix-neuf places et 332.275 euros de gains. Elle a devancé Emmanuel Clayeux, entraîneur de Pythagore (Kahyasi), vainqueur de la Grande Course de Haies de Pau (L), qui a glané six succès et quarante et une places pour 320.450 euros de gains. Il s’agit du même trio d’entraîneurs que lors du précédent meeting, mais dans un ordre inverse. En effet, Isabelle Pacault a pris le second accessit à Emmanuel Clayeux, qui occupait cette place lors du meeting 2014/2015.

JOCKEYS

DAVID COTTIN RÈGNE SANS PARTAGE

David Cottin a survolé le meeting palois chez les jockeys. Souvent associé avec succès aux protégés de Guy Cherel, il a décroché vingt-quatre victoires, dont le Prix Antoine de Palaminy-Prix du Haras de Saint-Vincent (L) avec König Drive (König Turf). Ervan Chazelle partage la deuxième place avec James Reveley, jockey de Saying Again (Califet), lauréat du Grand Cross de Pau Reverdy (L), avec neuf victoires. Thomas Gueguen et Clément Lefebvre ont chacun signé huit succès et réalisent un beau meeting.

 

QUELS PALOIS À RETENIR POUR LA RÉGION PARISIENNE ?

Après les lauréats du meeting palois 2015/2016 chez les hommes, attardons-nous sur les révélations ou confirmations chez les chevaux de ces trois mois au pied des Pyrénées. Quels sont ceux qui méritent d’être suivis en région parisienne dans les bonnes épreuves ?

• WINNEYEV (Goldneyev & Lady Chine, par Volochine)

Winneyev a réussi un excellent meeting palois, ponctué par sa victoire dans le Grand Prix de Pau (Gr3). Ce jour-là, après une belle course d’attente, il a dominé aisément ses rivaux. Et il a surtout démontré qu’il faisait parfaitement les longues distances. Winneyev est donc devenu un postulant au Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Mais la route est encore longue et elle doit passer pour lui par le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3).

• OPTIMUS PRIME (Deportivo & Diluvienne, par Kaldoun)

Depuis son transfert sur les obstacles, chez François Nicolle, Optimus Prime n’a commis aucune fausse note. Il a gagné deux courses à Pau, dont le Prix Camille Duboscq (L) devant des chevaux de classe. Poulain allant, il devrait être plus à son affaire sur la piste d’Enghien qu’à Auteuil.

• MAQUISARD (Creachadoir & Gioiosa Marea, par Highest Honor)

Vainqueur de handicap relevé en plat, Maquisard a une solide classe de plat. Passé dans les boxes de Guy Cherel pour sa nouvelle carrière en obstacle, il a gagné de six longueurs le Prix de Bidart sur les haies paloises. Puis il a conclu troisième du Prix Camille Duboscq (L) face à des chevaux qui avaient plus d’expérience que lui. Une performance prometteuse qui lui donne le droit d’avoir des ambitions à Paris.

CARTE SUR TABLE (Poliglote & Rien de Plus, par Video Rock)

Carte sur Table est LA révélation du meeting d’obstacle palois. Cette bonne AQPS a terminé troisième de l’important Prix Jacques de Vienne (A) en plat, avant de gagner ses deux sorties paloises sur les "balais". Le tout avec un cumul de vingt longueurs. Il faudra maintenant la voir en région parisienne, mais ses deux succès au Pont-Long ont marqué nos esprits. Car la manière était là, à défaut d’une solide opposition.

LAISSEZ DIRE (König Turf & Smaya, par Smadoun)

À l’instar de Carte sur Table (Poliglote), Laissez Dire a fini son hiver invaincu en deux sorties sur les haies paloises. Mais avec un cumul de quinze longueurs. Allant lors de ses courses en obstacle, le pensionnaire de Guy Cherel devra se calmer pour faire carrière à Auteuil. Il en a les moyens.

MAX DO BRAZIL (Blue Brésil & Lili Valley, par Cadoudal)

Autre 4 ans qui sort du meeting palois invaincu, Max do Brazil a été séduisant à deux reprises. Il a débuté victorieusement dans le Prix de Monein, qui révèle souvent de bons éléments. Puis il a répété en laissant Optimus Prime (Deportivo), futur lauréat du Prix Camille Duboscq (L), à six longueurs. Max do Brazil doit être capable de progresser encore pour gagner à Paris.

KÖNIG DRIVE (König Turf & Acland Street, par Zabeel)

König Drive n’a pas eu à puiser dans ses réserves pour gagner le Prix Antoine de Palaminy-Prix du Haras de Saint-Vincent (L). Il est en progrès et le steeple lui convient bien. Il devrait bien faire dans cette discipline à Auteuil.

ROMÉO DE TEILLÉE (Poliglote & Daylina, par Daylami)

Lauréat de deux steeples palois, dont le Prix Jean Bernadotte, Roméo de Teillée a fait une grosse faute à l’oxer dans le Prix Antoine de Palaminy-Prix du Haras de Saint-Vincent (L) et il a été arrêté. Mais il vaut beaucoup mieux que cela et pourrait se racheter à Auteuil.

TIVANO D’AUTHIE (Cachet Noir & Tikibreeze, par Phantom Breeze)

Jugé digne de débuter dans le Prix Finot (L), Tivano d’Authie a couru honorablement, finissant sixième. À Pau, il a fini trois fois dans les trois premiers en trois sorties. Et il a conclu son hiver par une démonstration dans le Prix de Saint-Jean-de-Luz, dans lequel il a laissé son dauphin à quinze longueurs. Il sera revu avec intérêt à Paris, car il a une marge de progression intéressante.

REINE PIEUSE (Saint des Saints & Grande Souveraine, par Sillery)

Reine Pieuse a pris 5ans le 1er janvier, mais elle a peu couru. Le 25 décembre, elle a remporté le Prix Jean de Tauriac sur les haies, en devançant Le Costaud (Forestier), qui a répété. Cette protégée de Donatien Sourdeau de Beauregard est sur la montante et elle n’a pas encore dévoilé tous ses moyens.

CEDAR WOOD (Califet & Sheer Wood, par Astarabad)

Arrêté pour ses premiers pas en obstacle, Cedar Wood a corrigé le tir dès sa deuxième sortie. Il a gagné le Prix de Lastours, en haies, par six longueurs. Le cheval de M.L. Bloodstock Ltd apprend vite et il a profil pour faire un bon élément à Auteuil.

STYLINE (Martaline & Cayras Style, par Trempolino)

La musique de Styline est plaisante. La pouliche de Murielle Legriffon compte six victoires en dix sorties. Elle n’est apparue qu’une fois à Pau pour enlever sûrement le Prix Paul Fournier. Maniable, elle a le profil pour faire une bonne année de 4ans, peut être plus à Enghien qu’à Auteuil.

LE COSTAUD (Forestier & Loya Lescribaa, par Robin des Champs)

On ne peut pas reprocher grand-chose à Le Costaud. Le cheval de Terry Amos a gagné trois courses et pris trois deuxième place en six sorties. Il vient de se balader dans le Prix de la Société des Courses de Mont-de-Marsan et doit être en mesure de franchir les paliers à Paris.

CARRIACOU (Califet & Medanik, par Medaaly)

Prometteur lors de ses sorties à Auteuil à l’automne 2015, Carriacou a déçu pour ses deux premières courses paloises. Mais il a remis les pendules à l’heure en remportant le Prix Emile Lalanne. Le pensionnaire d’Isabelle Pacault a de l’avenir sur le steeple et il sera intéressant à avoir évoluer dans cette discipline à Paris.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.