Génération galop veut transformer l’essai des élections

Autres informations / 21.03.2016

Génération galop veut transformer l’essai des élections

Génération Galop veut transformer l’essai des élections

Génération Galop organisait son assemblée générale ce dimanche à Saint-Cloud. Cette réunion n’était pas réservée qu’aux seuls membres de l’association, l’objectif étant aussi de recruter de nouveaux adhérents, afin de poursuivre la dynamique constatée lors des élections de France Galop.

Jean-Baptiste André a rappelé l’histoire de Génération Galop : « Génération Galop est une association jeune, créée en 2013. Pendant ses deux premières années d’existence, avec la collaboration d’Alix Choppin, elle a surtout réalisé un travail de veille et d’observation, notamment de ce qui se passe à l’étranger, jouant le rôle de poil à gratter de notre filière. Nous avons élaboré un certain nombre de publications, sur des thèmes qui nous sont chers, comme l’expérience propriétaires, les allocations, la médiatisation des courses… L’équipe s’est ressoudée au moment de la campagne électorale. »

Georges Rimaud a ensuite pris la parole, en commençant son allocution par les résultats aux élections : « Je vous remercie de nous avoir soutenus lors des élections. Nous avons trois élus au comité de France Galop, et un élu, en ma personne, au conseil d’administration. Nous sommes d’ores et déjà actifs sur différents dossiers, notamment celui de l’audiovisuel. Dans peu de temps, nous saurons de quelle façon les courses seront retransmises sur la télévision française. Au sein du conseil d’administration, nous avons aussi des personnes comme Charles-Henri de Moussac et Guillaume de Saint-Seine, qui soutiennent notre travail. Je pense qu’Édouard de Rothschild est aussi favorable à nos idées. Nous voulons faire en sorte que les choses changent. Il existe des dossiers majeurs sur lesquels nous pouvons agir. Je pense aux services et à l’expérience propriétaires, à la restructuration de Longchamp, à la reconquête des parieurs et du public, à la médiatisation des courses, à la valorisation de l’élevage français à travers les courses et l’international, au maintien des allocations… »

 

« Il faut recréer toute la pièce qui va se jouer à Longchamp. » En ce qui concerne le nouveau Longchamp, Georges Rimaud a développé : « Il faut trouver les bons réglages financiers pour que le projet ne coûte pas plus cher que prévu. Pour le moment, seules les tribunes sont remplacées. Mais il faut recréer toute la pièce qui va se jouer à Longchamp. La création d’une piste synthétique et d’un système d’éclairage pour organiser des nocturnes doit faire partie de la réflexion, comme la mise en place d’un tracking system. Il faudra certainement plus de courses à Longchamp. »

Georges Rimaud a aussi alerté sur l’importance de bien valoriser nos courses, dans un contexte en train de changer : « Les Irlandais sont sortis de la crise, les Anglais ont réussi à motiver leur Premier ministre. Leurs allocations sont plus importantes, et ils vont avoir tendance à plus rester chez eux. »

 

Des dîners et conférences à venir. Georges Rimaud a enfin développé les services que l’association compte rendre à ses membres : « Nous ne sommes pas un syndicat qui offre des services quotidiens à ses membres. Néanmoins, comme le syndicat des propriétaires, nous pouvons offrir l’assurance responsabilité civile à nos membres. Nous souhaitons avant tout partager nos idées avec le plus grand monde. Nous comptons organiser des dîners ou des conférences sur différents thèmes, en relation avec l’entraînement, le juridique, la fiscalité, les questions sanitaires… Je pense qu’il est important de faire venir les gens auprès des chevaux, et pour ce faire, le monde de l’élevage est un bon outil. Nous l’avons vu avec la Route des Étalons, un concept qui a connu beaucoup de succès, mais qui a sans doute besoin d’être modifié. D’autre part, il est important de créer des rapports avec les élus et les responsables politiques. Jean-Pierre Vallée-Lambert a réussi ce pari à Nantes, et il est à la disposition des autres présidents de sociétés pour raconter son expérience. »

Pour mettre en place ces différents services, Georges Rimaud a fait appel aux nouveaux cotisants. Étant donné la dimension transversale de l’association, un barème de cotisations a été mis en place, allant de 100 euros à 1.000 euros. Pour rappel, l’association comptait 73 membres à sa création. En 2015, le budget s’est élevé à 40.000 euros. Enfin, l’association a procédé au renouvellement de son bureau. Georges Rimaud a été élu président. Hervé Morin a été nommé vice-président, Christian de Villeneuve secrétaire général et Chryss O’Reilly trésorière.