So french, héros d’une tragédie à ciel ouvert

Autres informations / 23.05.2016

So french, héros d’une tragédie à ciel ouvert

AUTEUIL, DIMANCHE.

So French, héros d’une tragédie à ciel ouvert

GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1)

 L’édition 2016 du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) nous laissera un sentiment partagé. D’un côté, nous avons assisté au sacre d’un vrai champion, So French (Poliglote), qui a gagné la course en patron. Le sauteur qui défend les couleurs de Magalen Bryant a toujours évolué aux avant-postes, avant d’assurer seul la direction de l’épreuve à partir du deuxième saut de la rivière des tribunes. Sur une piste devenue très lourde au fil de l’après-midi, il a contrôlé la course et n’a jamais été mis en danger. Une grande performance réalisée à 5ans.

Mais d’un autre côté, nous avons vécu un drame avec les disparitions d’As d’Estruval (Nickname), si impressionnant lors des préparatoires, et d’Ange d’Amour (Sageburg). As d’Estruval n’a pas très bien négocié le second passage du petit open ditch, dans le tournant d’Auteuil. Quelques mètres après l’obstacle, il s’est arrêté net, victime d’une blessure fatale. Ange d’Amour a, lui, été arrêté devant la dernière haie de la ligne d’en face. As d’Estruval comme Ange d’Amour n’ont pas chuté et se sont accidentés sur le plat. Ils laissent un grand vide chez les steeple-chasers d’âge.

En une course, nous avons eu toutes les émotions, positives comme négatives, d’une épreuve d’obstacle. L’obstacle, côté pile et côté face.

So French en taille patron. So French a connu un abcès de pied le jour du Prix Ingré (Gr3) qui l’a empêché de participer à cette épreuve. De ce fait, son entourage pensait le courir dans une épreuve sur les haies, puis dans le Prix des Drags (Gr2). C’est pourquoi voir son nom dans la colonne des engagés dans le Grand Steeple, le jour de l’ouverture des engagements pour cette compétition, nous a surpris. Mais finalement, son problème au sabot n’était que léger et son entraîneur, Guillaume Macaire, l’a engagé dans le Gr1.

Meilleur 4ans en 2015, lauréat du Prix Maurice Gillois (Gr1), il avait le droit de participer au Grand Steeple avec une chance régulière. D’autant que sa brillante deuxième place dans le Prix Murat (Gr2), après avoir fait une faute au moyen open ditch, était plus que prometteuse. Et finalement, son abcès de pied a été un mal pour un bien. Il a pu reprendre de la fraîcheur, un atout de taille ce dimanche, sur un terrain éprouvant. Monté en confiance par James Reveley, il a parfaitement sauté. Durant le dernier tour, il s’est détaché légèrement pour affronter seul le rail ditch. Dans la ligne droite, il n’a pas laissé ses rivaux l’approcher. Sur le plat, son jockey a même perdu sa cravache, l’emportant nettement devant son compagnon d’entraînement Storm of Saintly (Saint des Saints).

Un quatrième Grand Steeple et un premier jumelé dans la course pour Guillaume Macaire. So French a offert un quatrième Grand Steeple à son entraîneur Guillaume Macaire après les victoires d’Arenice (1996), de Bel la Vie (2013) et de Storm of Saintly (2014). Le professionnel charentais a aussi signé son premier jumelé dans ce Gr1 avec la deuxième place de Storm of Saintly (Saint des Saints). Une heure après la course, encore marqué par la disparition d’As d’Estruval, il nous a déclaré : « So French avait eu un abcès de pied, mais il était présent à Auteuil le jour du Prix Ingré. Cela lui a peut-être servi pour aujourd’hui. Trois jours après, c’était fini. Ce n’était pas tombé le bon jour, c’est tout. Mais cela n’a pas été préjudiciable, la preuve aujourd’hui. Je ne craignais pas qu’il manque de compétition. Il ne soufflait même pas après le Grand Steeple. Il avait tout de même gagné le Grand Steeple des 4ans. Il avait débuté dans la discipline en gagnant à Dieppe la même course que Milord Thomas, puis il avait été battu parce que les courses s’étaient finies sur des déboulés. Et après, il avait gagné le Prix Maurice Gillois. Ce jour-là, nous étions sûrs de gagner. En début d’année 2016, il manquait de travail. Lorsque je l’ai repris, il était un peu encrassé. Mais il est venu sur ses courses. Storm of Saintly a été arrêté un an et demi. Il a peut-être manqué d’un peu de compétition. Après, on peut trouver une excuse, mais nous sommes premier et deuxième»

Magalen Bryant conserve son titre. Gagnante de son premier Grand Steeple avec Milord Thomas (Kapgarde) en 2015, Magalen Bryant a gardé son titre en s’imposant avec So French, un cheval loué à son éleveur Benoît Gabeur.

La grande première de James Reveley. James Reveley et la France, c’est une belle histoire d’amour, qui a connu son apothéose ce dimanche avec la première victoire du jockey anglais dans le Grand Steeple. C’est chez Guillaume Macaire que tout a commencé pour le pilote du nord de l’Angleterre. Ce dernier nous a raconté : « Quand James est arrivé chez moi [à l’été 2007, ndlr], personne ne le connaissait. Il est venu un été pour passer trois mois et tous les étés suivants, il est revenu. Après, cela crée des liens et quand on travaille avec des personnes intelligentes, elles apprennent. Au début, il a fait des erreurs, mais il a appris ensuite» Au micro du cheval émetteur, James Reveley a dit : « So French a toujours été très, très facile, quand dans la ligne droite, on avait l’impression qu’il pouvait encore faire un tour. Je savais qu’il apprécierait le terrain et que la distance ne le dérangerait pas. Gagner un Grand Steeple, c’est l’objectif d’une vie. » Fils et petit-fils d’entraîneur, James Reveley a débuté dans le jumping avant de se tourner vers les courses. Installé en France définitivement en 2015, il a véritablement éclos chez nous.

Le Grand Steeple de l’intérieur

James Reveley était muni d’une caméra embarquée, et le Grand Steeple a aussi été filmé via un drone.

Pour découvrir ces images impressionnantes :

https://youtu.be/GJaAF6UH1mc

https://youtu.be/Z1VJYVoj3as

Un deuxième Grand Steeple pour Benoît Gabeur

Trois ans après le succès de Bel la Vie, Benoît Gabeur a remporté son deuxième Grand Steeple en tant qu’éleveur avec So French. L’éleveur a connu un beau dimanche avec le succès du champion en herbe On the Go (Kamsin), qu’il a élevé, dans le Prix Stanley (L). « C’est l’aboutissement de trente ans de travail. J’ai acheté l’arrière-grand-mère du cheval aux ventes à Deauville pour 12.000 francs. J’ai perdu la mère la semaine dernière. C’est ça, les courses. Avec Guillaume [Macaire, ndlr] nous connaissons des hauts et des bas. Mais malgré tout, c’est un accomplissement. Il y a trente ans, lui, jeune entraîneur, moi, jeune éleveur, nous avions décidé de suivre nos idées. Nous avions beaucoup d’espoir et on se moquait volontiers de nous. En ce qui concerne So French, il est issu d’une saillie offerte par la Société des steeple-chases de France aux bonnes juments. La mère avait gagné sous l’entraînement de Guillaume [Macaire, ndlr]. J’avais gagné une saillie de Poliglote, je l’ai donc utilisée. C’était très bien, car c’est un bon étalon, mais je ne l’avais pas choisi plus que cela. Personnellement, quand on m’offre une saillie, l’année suivante j’y retourne en payant»

Lorsque nous lui avons demandé pourquoi il avait envoyé une jument d’obstacle en Allemagne pour être saillie par Kamsin (Samum), ce qui a donné On the Go, Benoît Gabeur nous a répondu : « Il n’y a qu’un gagnant de Grand Steeple. Il faut tenter, quitte à être le seul à faire une chose à laquelle on croit. C’était mon idée» Guillaume Macaire a pris alors la parole : « Ce sont nos idées ! Nous avons des idées à la con, mais cela ne fait rien, elles nous portent chance. C’est comme pour l’âge. On voudrait fermer la course aux 5ans et il y a des 5ans qui gagnent. Avant, elle était ouverte aux 4ans. On n’a qu’à la fermer à tout le monde ! » Benoît Gabeur reprend la parole : « J’étais au haras du Sablonnets où est né Ultimatum, le gagnant de l’édition 1913. À 4ans il a gagné le Grand Steeple et à 12ans il s’imposait encore en steeple à Pau, en ayant fait trois saisons de monte ! »

Une deuxième place en forme de victoire pour Storm of Saintly. Après un parcours impeccable, Storm of Saintly s’est rapproché avec beaucoup de ressources sur la piste extérieure. Dans le tournant final, il donnait l’impression de pouvoir rattraper So French. Mais ce dernier est reparti et Storm of Saintly n’a pu produire son accélération sur une piste pénible. Son propriétaire-éleveur, Jeannot Andt, était néanmoins très content de la performance du cheval. Encore plus avec les soucis de santé dont Storm of Saintly a été victime l’été 2014. « Je suis ravi, nous a avoué Jeannot Andt. Ce ne sont pas les victoires qui me font avancer. Que le cheval rentre sain et net, c’est l’essentiel. En plus, il l’a déjà gagné il y a deux ans. C’est impressionnant qu’il soit deuxième aujourd’hui. Je suis ravi pour mes amis, pour l’écurie, pour Guillaume qui a fait un doublé historique. Cela n’arrive pas tous les jours. C’est un membre de ma famille. Je suis très "animal", je suis toujours pour leur bien-être. J’ai mis beaucoup en œuvre pour qu’il se remette, car il a eu des traitements très lourds à subir. Je ne pensais jamais qu’il allait revenir. Forcément, pour moi, c’est une victoire. Il a toujours été un guerrier. Je suis ravi. Une victoire à l’automne ? Pourquoi pas ! C’est aussi une double victoire pour nous, car il est de Nonant-de-Pin et ils ont eux aussi gagné leur combat contre Goliath. »

Un coup d’essai réussi pour Alary. Proposé à 24/1, Alary (Dream Well) possédait néanmoins une très bonne chance dans ce Grand Steeple. En terminant deuxième du Prix William Head (L), il avait démontré qu’il appréciait les longs parcours. Après avoir longuement attendu à l’arrière-garde, il a fait mouvement dans le dernier kilomètre. Entre les deux derniers obstacles, il a produit un bon effort pour se classer troisième. Son entraîneur et éleveur, François-Marie Cottin, nous a dit : « Je suis satisfait surtout parce que c’est son coup d’essai et j’espère être de nouveau présent l’année prochaine et à l’automne. Nous allons voir comment il récupère de ses efforts et nous aviserons pour la suite. »

Milord Thomas n’a pas eu le même mordant qu’à l’accoutumée. Le tenant du titre, Milord Thomas, a dû évoluer aux avant-postes en début de course, du fait du manque de rythme dans l’épreuve. Il s’est montré hésitant au premier saut de la rivière des tribunes, puis il a bien sauté. Mais dans la ligne droite, il n’a pas pu mettre en difficulté les trois premiers, se classant quatrième. Son entraîneur, Dominique Bressou, nous a indiqué : « Milord Thomas n’a pas eu le même mordant que d’habitude. Quand il arrive sur le rail ditch, il vient en avançant, mais pour moi ce n’est pas du bon gaz. Je ne sais pas. Avec le recul, peut-être que La Haye Jousselin, l’année dernière, lui a vraiment fait du mal. Il a bien sauté la rivière des tribunes, mais il reste encore un tour. Là où les choses doivent devenir difficiles pour les autres et faciles pour le gagnant, c’est dans la ligne d’en face. Et quand vous arrivez sur la ligne d’en face et que vous n’avez pas vraiment de gaz pour aller sur le rail ditch, vous faites un peu le mort et vous subissez la course, malheureusement. Et à ce moment-là, il ne faut pas subir mais imposer sa course. Et il a subi sa course plutôt que de l’imposer, ce qu’il n’avait pas fait l’année dernière. Peut-être que le cheval a eu des combats, même si c’est un cheval qui a du moral. À force de toujours courir au même endroit, en prenant des courses dures – parce que ce sont quand même des courses dures avec 72 kilos et 4.400m –, on émousse peut-être la jeunesse des chevaux… J’ai revu un reportage de Bernard Secly. Déjà, à cette époque-là, il se plaignait du poids dans les préparatoires, à l’époque de Katko ! Ça doit faire plus de trente ans et rien n’a changé. Je ne crois pas que ce soit moi, avec mes petits moyens, qui vais faire changer les choses. On casse le moral des bons chevaux. Ce n’est pas pour cela qu’on aurait gagné, mais malheureusement, cela y contribue un petit peu quand même. Toujours courir sur le même hippodrome, car le programme ne me permet pas d’aller ailleurs, dans des courses dures car ce ne sont pas des "réclamers", à force… Au bout d’un moment, vous allez peut-être en avoir marre. On le reverra à l’automne, sa carrière n’est pas terminée. Il aura trois courses à l’automne, c’est tout. »

Pindare bon cinquième. Deux fois placé du Prix du Président de la République (Gr3) et tombé au rail ditch dans le Grand Steeple 2015, alors qu’il allait facilement, Pindare (Ballingarry) a réalisé sa meilleure performance en se classant cinquième de l’édition 2016. Son entraîneur, Jean-Paul Gallorini, également huitième avec Shannon Rock (Turgeon), nous a dit : « Shannon Rock n’a jamais aussi bien couru, il n’a jamais été aussi bien monté, mais le terrain est défoncé. Ruby Walsh nous a dit que quand le terrain était bon, il avait bonne action et que dès que le terrain était profond, il ne s’en sortait pas du tout. Et c’est bien dommage, car il nous a dit qu’il a encore de la qualité. Pindare montre qu’à partir du moment où un cheval a vraiment le rythme d’un cheval de steeple, connaît le parcours, c’est un plus. Et encore, ce n’est pas un cheval de terrain lourd. Il aurait été en bon terrain… Mais cela aurait peut-être avantagé d’autres chevaux. Il est cinquième, nous sommes très contents. C’est quand même un petit cheval, en 58 de valeur. Il y a quand même une chose : quand vous voyez qu’un cheval comme ça ne peut pas gagner un handicap et conclut cinquième du Grand Steeple… »

http://www.jourdegalop.com/documents/link_pdf/So%20French.pdf

Le propre frère de Device. Élevé par la famille Gabeur, Device est un fils de Poliglote et de Westonne (Mansonnien). Cette dernière était aussi entraînée par Guillaume Macaire, pour lequel elle a remporté le Prix Fleuret (Gr3). So French est son premier produit. Elle a déjà donné Device (Poliglote), gagnant des Prix Amadou Hurdle (Gr2), Georges de Talhouet-Roy (Gr2), d’Indy (Gr3), Général de Saint-Didier (Gr3) et de Pépinvast (Gr3). La deuxième mère, Fassonwest (Dom Pasquini), était aussi entraînée par Guillaume Macaire et a remporté deux courses en trois sorties, en obstacle. Elle a bien produit, donnant Nagging (Nikos), gagnant du Prix Roger de Minvielle (L), tout comme son propre frère Westos (Nikos), ainsi que Off by Heart (Kapgarde), gagnant des Prix La Périchole et Edmond Barrachin (Grs3). La troisième mère de Terrific, Feuille d’Automne (Crystal Palace), a donné Nononito, lauréat des Prix du Cadran (Gr1) et Léon Rambaud (Gr2), mais aussi troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil et de l’Ascot Gold Cup (Grs1).

Résultats :

5e · 16 h 10  Grand Steeple-Chase de Paris

Gr1 - Steeple-Chase - 850.000€ - 6.000m

Pour tous chevaux de 5 ans et au-dessus. Poids : 5 ans, 66 kg, 6 ans et au-dessus, 68 kg.

1er SO FRENCH (66) H5 (Poliglote & Westonne)

Pr/Mme M. Bryant - Él/Mme Benoît Gabeur

Ent/G. Macaire - J/J. Reveley

2e STORM OF SAINTLY (68) H7 (Saint des Saints & The Storm)

Pr/J. Andt - Él/M. Jeannot Andt

Ent/G. Macaire - J/A. Duchêne

3e ALARY (68) H6 (Dream Well & Cate Bleue)

Pr/Ecurie Centrale - Él/M. François-Marie Cottin

Ent/F.-M. Cottin - J/R. Schmidlin

Autre(s) partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Milord Thomas, Pindare, Saint Palois, Vézelay, Shannon Rock, Saint Pistol.

Arrêté(e)(s) : Ange d'Amour, As d'Estruval, Café de Paris, Karelcytic. Tous couru (13).

(Turf) Très souple. 8'06"04. Écarts : 4 - 5 - 3 1/2.