Olivier peslier, pour la reine !

Autres informations / 19.06.2016

Olivier peslier, pour la reine !

ROYAL ASCOT (GB), SAMEDI

HARDWICKE STAKES (Gr2)

Olivier Peslier, pour la reine !

Tout Ascot s’est levé comme un seul homme dans la phase finale des Hardwicke Stakes (Gr2). Pourquoi ? Pour pousser Olivier Peslier, en selle sur Dartmouth (Dubawi), le cheval de Sa Majesté la reine d’Angleterre, qui a lutté avec Highland Reel (Galileo). Le jockey de ce dernier a perdu sa cravache dans la phase finale.

Sur le poteau, Dartmouth a réussi à conserver un minime avantage sur son rival, soulevant des liesses dans les tribunes à l’annonce du résultat de la photo. Ensuite, une quinzaine de minutes plus tard, Ascot a poussé une nouvelle clameur. Après enquête, le cheval de la reine était maintenu à la première place ! Comme dans le "Jockey Club" 2015, Highland Reel se classe deuxième.

Une quinzième réalisation pour Olivier Peslier. Avec Dartmouth, Olivier Peslier enregistre son quinzième succès à Royal Ascot, tandis que c’est le vingt-troisième pour la reine. Le jockey français avait déjà eu l’occasion de monter et de gagner l’an dernier avec Dartmouth : « Lorsque j’ai gagné avec Dartmouth à Goodwood, dans un handicap, l’an dernier, il y avait également eu enquête, rappelle Olivier Peslier. Chaque victoire est particulière, surtout ici, en Angleterre, pour la reine. C’est fantastique. Je suis très heureux. Je suis jockey et non commissaire. Et les commissaires ont parlé de ce qui s’est passé dans la phase finale, ont statué sur l’arrivée et ne l’ont pas modifiée. »

Sir Michael Stoute égalise Sir Henry Cecil. Sir Michael Stoute entraîne Dartmouth. Et ce cheval lui permet d’atteindre un cap historique, celui des 75 gagnants à Royal Ascot. C’est aussi bien que le regretté Sir Henry Cecil. Après la course, l’entraîneur a expliqué : « Je n’ai jamais pensé que les stewards allaient le déclasser. Olivier a changé tellement vite son bâton de main et il n’a finalement jamais gêné son concurrent. Dartmouth est un cheval en plein progrès, qui a commencé la saison avec un rating de 101. Nous avons eu de l’ambition avec lui en le courant dans deux Gr3 cette saison et il s’est imposé à chaque fois. La reine adore gagner des courses, particulièrement à Royal Ascot. C’est un grand accomplissement pour moi d’égaler le record de Sir Henry Cecil. D’autant plus que Royal Ascot devient de plus en plus important au fil des ans. La concurrence y devient de plus en plus internationale. Il y a souvent beaucoup de déceptions ici ; plus que de victoires. En ce qui concerne la suite du programme, nous ne sommes pas encore certains de le courir dans les "King George". Nous allons voir. » C’est aussi la dixième victoire de Sir Michael Stoute dans les Hardwicke Stakes, ce qui est un record. Ce Gr2 flirte avec le niveau Gr1, mais en étant promu, il entrerait alors en concurrence avec les "King George".

Un cadeau "Royal" de Darley. Dartmouth a été élevé Darley, avant d’être offert par le cheikh Mohammed à Sa Majesté la reine d’Angleterre, comme le fut par le passé un certain Carlton House (Street Cry). Sa mère, élevée par Jean-Pierre Dubois, a gagné les Irish Stallion Farms EBF Blue Wind Stakes (Gr3) à Naas. Elle a produit Manatee (Monsun), lauréat du Grand Prix de Chantilly (Gr2) et troisième du Prix Vicomtesse Vigier (Gr2). Galatee (Galileo) a également donné Gaterie (Dubai Destination), gagnante de quatre courses dont le Prix du Carrousel (L). Albertine (Irish River), la troisième mère, est à l’origine des lauréats de Gr1 Arcangues (Sagace), Artiste Royal (Danehill), Aquarelliste (Danehill), Cape Verdi (Caerleon), Angara (Alzao)