One foot in heaven dans les pas de sa mère

Autres informations / 06.06.2016

One foot in heaven dans les pas de sa mère

CHANTILLY, DIMANCHE

GRAND PRIX DE CHANTILLY (GR2)

One Foot in Heaven dans les pas de sa mère

Il y a des points communs entre One Foot in Heaven (Fastnet Rock) et sa championne de mère, Pride (Peintre Célèbre). Outre l’accélération, il y a aussi celui de la carrière. Pride est arrivée à son zénith à 4ans et plus, à l’image de son fils. En effet, à 4ans, One Foot in Heaven a atteint un haut niveau et on peut encore en attendre des progrès. C’est ce que nous a appris sa victoire dans le Grand Prix de Chantilly (Gr2). Le poulain de Fair Salinia Ltd peut réaliser un bel automne. D’ailleurs, après son deuxième succès de Groupe acquis ce dimanche, il va prendre du repos pour revenir plus fort à l’automne. Le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1), les Champion Stakes (Gr1) et les courses de Hongkong sont autant d’options possibles pour One Foot in Heaven, le premier gagnant de Groupe de Pride.

Un style moins impressionnant. One Foot in Heaven n’a pas produit une accélération aussi tranchante que lors de sa victoire dans le Prix d’Hédouville (Gr3), le 8 mai, à Saint-Cloud. La piste était plus souple et le Grand Prix de Chantilly était placé en sixième épreuve, deux raisons possibles à son succès cantilien moins percutant. One Foot in Heaven s’est montré un peu brillant en début de parcours avant de se détendre, dans le dos de Garlingari (Linngari). À trois cents mètres du poteau, One Foot in Heaven a suivi l’accélération de Garlingari et ils ont ensuite lutté. Dans les cent derniers mètres, il s’est assuré définitivement l’avantage pour l’emporter nettement devant Garlingari. Entraîneur de One Foot in Heaven, mais aussi de Pride, Alain de Royer Dupré, nous a déclaré : « One Foot in Heaven est un cheval assez bagarreur. La piste est un peu abîmée, car la course a eu lieu en fin de programme. One Foot in Heaven a hérité de sa mère sa faculté d’accélération très forte. En quelques foulées, il est capable de faire la différence. Sa victoire est une grande satisfaction. C’est un cheval dont on ne connaît pas les limites. Nous allons maintenant attendre l’automne avec lui. Nous avions décidé avant la course de nous arrêter après ce Grand Prix de Chantilly. Mais sa course de dimanche nous conforte dans cette idée. Nous allons le laisser récupérer et il reviendra à l’automne. L’"Arc", les Champion Stakes et Hongkong sont des options possibles. »

Pride et One Foot in Heaven vus par Carina Klingberg. Coéleveur de One Foot in Heaven avec Sven Hanson, Carina Klingberg nous a dressé la liste des points communs entre Pride et son fils : « Je suis vraiment très contente. C’est incroyable de monter de niveau comme ça. Je suis ravie de l’entraînement d’Alain de Royer Dupré, qui est patient et sait prendre son temps avec le cheval. One Foot in Heaven est la copie masculine de sa mère Pride. Il lui ressemble dans son physique, il a aussi la tête de sa mère. Il a également beaucoup d’accélération, comme elle. »

Garlingari bon deuxième sur une distance un peu longue. Garlingari a eu un bon parcours au centre du peloton. Il a longtemps tenu tête à One Foot in Heaven, avant de s’avouer vaincu dans les cent derniers mètres. Son entraîneur-propriétaire-éleveur, Corine Barande-Barbe, nous a déclaré : « Les 2.400m sont probablement un peu le bout du monde pour lui. Nous ne lui avions pas mis les peaux de mouton, en raison de la distance, et je ne suis pas certaine que cela ait été une bonne idée. Il est battu par un très bon cheval aujourd’hui. Nous pensions déjà le mettre en vacances après le Prix Ganay, mais il a été lâché plusieurs fois dans la course ! C’est lui qui nous dira pour la suite. Nous allons aussi voir en fonction des lots : sur 2.400m, j’ai vu un cheval dans le Coronation Cup, nommé Postponed, que je n’ai pas trop envie d’affronter ! Pour l’instant, ce n’est que du bonheur. »

Sur le faux-plat final, Harlem (Champs Élysées) s’est bien relancé pour accrocher la troisième place devant l’allemand Guignol (Cape Cross), lequel a dirigé les débats.

Le meilleur produit de Pride. Élevé par Craigavon Agro Ltd, One Foot in Heaven est un fils de Fastnet Rock et de Pride (Peintre Célèbre). Il est pour l’instant le meilleur produit de sa mère. Pride était une championne en piste, remportant les Champion Stakes, le Hong Kong Cup et le Grand Prix de Saint-Cloud (Grs1), ainsi que le Prix Corrida (Gr2), le Prix Jean Romanet (Gr2, à l’époque), le Prix Foy (Gr2) et le Prix du Conseil de Paris (Gr2). Elle s’est aussi classée deuxième du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) et deuxième, en 2005, des Champion Stakes et du Hong Kong Cup qu’elle remportera l’année suivante. Pride est pleine de Le Havre.

La deuxième mère, Specificity (Alleged), est gagnante de Listed. Elle a donné Fate (Teofilo), une bonne pouliche, deuxième du Prix Corrida (Gr2), ou encore Specifically (Sky Classic), mère de Speciosa, gagnante des 1.000 Guinées et deuxième des Pretty Polly Stakes (Grs1). Il s’agit de la famille de Touching Wood, gagnant d’un St. Leger (Gr1).

6e · 17h00 > Grand Prix de Chantilly

Gr2 - Plat - 130.000 € - 2.400m

Pour chevaux entiers, hongres et juments de 4ans et au-dessus. Poids : 56 kg.

1er ONE FOOT IN HEAVEN (56) M4 (Fastnet Rock & Pride)

Pr/Fair Salinia Ltd - El/Craigavon Agro Ltd

Ent/A. de Royer Dupré - J/C. Soumillon

2e GARLINGARI (58) H5 (Linngari & Garlinote)

Pr/Mme C. Barande-Barbe - El/Mme Corine Barande-Barbe

Ent/Mme C. Barande-Barbe - J/S. Pasquier

3e HARLEM (56) M4

(Champs Élysées & Casual)

Pr/K. Abdullah - El/Juddmonte Farms Inc.

Ent/A. Fabre - J/V. Cheminaud

Autre(s) partant(s) dans l'ordre d'arrivée : Guignol, Sumbal, Ayrad, Grey Lion, Ming Dynasty.

Tous couru (8).

(Turf) Souple à très souple. 2'35"53. Ecarts : 3/4 - CENC - 1 1/2.