La barre des 7 millions d’euros de chiffre d’affaires franchie pour la première fois

Autres informations / 02.07.2016

La barre des 7 millions d’euros de chiffre d’affaires franchie pour la première fois

La barre des 7 millions d’euros de chiffre d’affaires franchie pour la première fois

VENTE D’ÉTÉ ARQANA JOUR 2. La vente d’été Arqana s’est conclue ce vendredi avec une journée consacrée aux chevaux à l’entraînement et aux pouliches et juments pleines, nouvelle catégorie pour cette vente. Pour ce segment, aucune comparaison n’est donc possible, mais cette première édition a donné satisfaction, avec un pourcentage de vendus de 80 % et un prix moyen de 23.670 euros. Trois juments ont même dépassé la barre des 100.000 euros, avec un top price à 275.000 euros pour une nièce de Tamayuz, qui prendra la direction des États-Unis. C’est Robert Nataf qui a signé le bon, et c’est aussi lui qui a acheté le top price de la catégorie des chevaux à l’entraînement. Dance of Life (Mastercraftsman), l’une des nombreuses wild cards de cette vacation, a fait grimper les enchères à 400.000 euros et va partir en Australie, chez Mike Moroney. Le reste du marché a été dominé par les chevaux d’obstacle, et Hubert Barbe (Horse Racing Advisory) s’est montré le plus actif des courtiers spécialisés dans cette discipline, achetant sur cette seule journée six lots pour un total de 930.000 euros. Cinq d’entre eux sont destinés à être entraînés par David Pipe. Cette demande pour les chevaux d’obstacle de qualité s’était déjà manifestée jeudi sur le segment des stores.

Plus globalement, cette édition a battu tous les records. Le chiffre d’affaires dépasse pour la première fois de son histoire les 7 millions d’euros. Le prix moyen franchit lui aussi un vrai palier, pour s’établir à 31.401 €.

Éric Hoyeau, PDG d’Arqana, a commenté : « La vente d’été réalise deux records historiques, avec un chiffre d’affaires qui dépasse pour la première fois la barre des 7 millions d’euros et un top price à 400.000 €. Les ventes de chevaux à l’entraînement doivent réunir l’offre qui correspond à une demande globale. Nous avons pu observer que tous les chevaux qui remplissaient les critères recherchés se sont très bien valorisés.

La section des stores a enregistré des indicateurs qui correspondent aux standards des très bonnes ventes pour cette catégorie de chevaux, ce qui prouve que les ventes françaises peuvent valoriser aussi bien les bons éléments que leurs homologues anglaises ou irlandaises. La nouvelle section de juments et pouliches a rencontré un beau succès, avec un très bon taux de vendus, trois juments adjugées plus de 100.000 € et un top price à 275.000 €.

Les outils technologiques que nous avons développés, notamment, en dernier lieu, le repository, constituent une véritable amélioration de notre service clients. Cette innovation, testée pour la première fois lors de cette vente, a généré un gain de confiance de la part des acheteurs. À titre d’exemple, les top prices des deux journées bénéficiaient de dossiers vétérinaires disponibles sur le repository. »