2013, une génération en or ?

10.03.2017

2013, une génération en or ?

Dans les courses ou le concours hippique, et plus généralement dans le domaine sportif, il y a parfois des générations en or. On se souvient du grand cru de 1981 chez les pur-sang anglais qui a donné la plus fameuse édition de l'histoire du Prix du Jockey Club (Gr. I), remportée par Darshaan devant Sadler’s Wells et Rainbow Quest. Ces trois grands chevaux de course sont devenus de grands étalons. Chez les trotteurs, la génération des “B” actuellement à l’œuvre est exceptionnelle (Bold Eagle, Briac Dark, Bird Parker…) Du côté du concours hippique, c'est l’année 1982 qui fut véritablement hors normes avec Quidam de Revel, Quick Star, Quito de Baussy, Quatoubet du Rouet, Quat'sous… Chez les pur-sang arabes, après la victoire d’Ebraz dans l’Emir’s Sword, tout pousse à croire que la génération conçue en 2013 sort vraiment de l’ordinaire.

Ebraz fut jugé digne de débuter directement au niveau Groupe I PA, à Deauville. Dans l'Al Rayyan Cup - Prix Kesberoy, pris de vitesse en début de ligne droite, il a fini vite pour se classer proche troisième d’une épreuve dominée par l’expérimenté Dahham. Un mois plus tard, dans le Qatar Total Arabian Trophy des Poulains, il fut victime d’un incident de trafic à l’arrière du peloton. Encore dernier à 500 mètres de l’arrivée, Ebraz avait signé une belle ligne droite, se classant proche quatrième.

Ce jour-là, les 3 ans ont explosé le temps record des 2 000 mètres à Saint-Cloud pour des pur-sang arabes, toutes générations confondues.

L’épreuve était dominée par Motrag et Zikreet, deux pensionnaires de Thomas Fourcy qui avait déclaré : « Depuis le début de l’année, je savais que j’avais de bons 3 ans dans les boxes. » Fin décembre, Ebraz ne fut battu que d’une tête dans le Qatar Derby sur le mile, une distance certainement trop courte pour lui, après avoir fait les extérieurs. Le 12 décembre, Ebraz terminait encore une fois bon deuxième, en étant seulement battu par Yazeed, un fils de la championne Al Dhama, qui peut devenir un très bon cheval. Dans l’Emir's Sword – synonyme de première tentative sur 2 400 mètres –, Ebraz a terminé comme un avion pour dominer trois chevaux qui sont montés sur le podium de la Qatar Arabian World Cup (Gr. I PA). Malgré son avantage au poids, c’est une grande performance pour un 3 ans face à ses aînés. Julian Smart a commenté : « Ebraz, c’est une super star ! On devrait le voir en Europe cet été. » On a définitivement hâte de revoir la génération 2013 sur les pistes françaises !

Adrien Cugnasse