AUX ORIGINES DE - Dark Angel, l’étalon que l’on n’attendait pas

Élevage / 21.03.2017

AUX ORIGINES DE - Dark Angel, l’étalon que l’on n’attendait pas

 

Par Adrien Cugnasse

Ce dimanche, grâce à Markazi et Melesina, Dark Angel (Acclamation) est devenu le premier étalon à remporter les Prix Omnium II et La Camargo (Ls) la même année. Avec ces deux gagnants sur le mile à 3ans, dont l’un va être rallongé sur 2.000m, Dark Angel est encore une fois là où on ne l’attend pas. Mais surprendre, c’est un peu le fil rouge de sa carrière.

 

Dark Angel est né en Irlande, à Yeomanstown Stud, qui l’a présenté chez Goffs lors de la vente d’août à Doncaster. Yearling, il fut acheté par Barry Hills pour la somme de 61.000 £, c’est-à-dire à peine un peu plus que son prix de saillie actuel. Sa page de catalogue n’était pas très attractive, bien qu’il soit issu d’une succession de pères de qualité (Acclamation x Machiavellian x Night Shift). Dark Angel était en effet le cinquième produit d’une mère inédite qui, à défaut de gagnant significatif dans sa production, avait déjà donné un lauréat de Suisse et un autre en Yougoslavie… Sa deuxième mère avait gagné une Listed avant de donner sept gagnants dont un placé à ce niveau. La troisième mère était à l’origine de deux placés de Gr3. Cette famille s’est un peu étoffée depuis août 2006, mais elle reste très légère.

Une carrière sportive en dents de scie. Sous la férule de Barry Hills, Dark Angel a débuté par une deuxième place au mois d’avril de ses 2ans, à plus de deux longueurs de Spirit of Sharjah (lauréat de Listed lors de sa sortie suivante). Il a ensuite gagné son maiden à Chester avant de se classer onzième des Windsor Castle Stakes (L) et quatrième des July Stakes (Gr2). Dark Angel a décroché sa deuxième victoire fin août, à York, dans un lot qui ne restera pas dans les annales. Mi-septembre, il a pris la septième place des Polypipe Flying Childers Stakes (Gr2). Huit jours plus tard, il a rectifié le tir en remportant du minimum les Dubai Duty Free Mill Reef Stakes (Gr2), devant le lauréat de Gr2 Strike the Deal (Van Nistelrooy), alors que le troisième, Berbice (Acclamation), avait ce jour-là signé la meilleure performance de sa carrière.

Le fait d’armes de Dark Angel reste sa victoire dans les Middle Park Stakes (Gr1), la huitième sortie de sa première saison de compétition. Il dominait de moins d’une longueur Strike the Deal. Tajdeef (Aljabr), le troisième, n’a jamais été revu à ce niveau. Pour la dernière sortie de son année de 2ans (et de sa carrière), l’élève de Yeomanstown Stud a terminé neuvième des Dewhurst Stakes (Gr1).

 

Le soutien de ses éleveurs. À défaut d’avoir battu des chevaux de haut niveau ou d’avoir fait preuve d’une constance irréprochable, Dark Angel est entré sain et net au haras avec la réputation d’un poulain précoce, lauréat de quatre courses à 2ans et capable d’encaisser neuf sorties à cet âge. Sachant que le poulain ne ferait pas carrière à 3ans dans les classiques, par manque de tenue, ses propriétaires, Catherine Corbett et Chris Wright, ont préféré le vendre comme étalon. Et c’est dans le second haras de ses éleveurs, la famille Callaghan, à Morristown Lattin Stud, qu’il débuté la monte à 10.000 €. Beaucoup de choses plaidaient en la défaveur du jeune étalon : il n’avait pas couru à 3ans, sa carrière à 2ans fut bonne sans être exceptionnelle et il était issu d’une origine maternelle très légère. David O'Callaghan avait expliqué en 2015 au Racing Post : « Nous ne pouvions pas compter sur les autres et attendre qu’il se fasse sa place tout seul sur le marché. Nous l’avons donc soutenu [plus de 10 juments du haras sur une première génération de 85 produits, ndlr] dès le départ. Il a eu droit à nos meilleures juments et nous avons racheté ses meilleurs foals. Par le biais de l’élevage ou du pinhooking, entre 55 et 60 % de ses gagnants sont passés chez nous. » Les critiques allant bon train, le tarif de Dark Angel fut revu à la baisse, passant de 10.000 à 7.500 € et enfin 7.000 € pour ses troisièmes et quatrièmes saisons de monte.

Des débuts tonitruants au haras. En 2011, les 67 premiers 2ans de Dark Angel ont débuté. Vingt-cinq ont gagné et quatre ont décroché le label black type, dont un au niveau Gr1. Lily’s Angel (gagnante de Listed et placée de Gr3 à Newmarket), Tough as Nails (deuxième des Phoenix Stakes, Gr1), B Fifty Two (deuxième du Prix de Cabourg, Gr3) et Dark Ray (placé de Listed en Italie) furent la meilleure des publicités pour le jeune sire.

Son tarif a bondi à 12.500 € et le nombre de saillies a plus que triplé. David O'Callaghan avait alors expliqué : « Dark Angel n’a pas eu un début de carrière facile au haras. Depuis le premier jour, il a eu des détracteurs. Mais il a su leur prouver qu’ils avaient tort. C’est un étalon qui la qualité des meilleurs : il améliore les juments qu’on lui présente. Le cheval qui a changé sa carrière de reproducteur, c’est Lethal Force. Avant lui, Dark Angel avait déjà donné de bons chevaux, mais avoir un champion sprinter, lauréat de la July Cup et des Diamond Jubilee Stakes (Grs1), c’est encore autre chose. Il produit des chevaux durs, solides et polyvalents, avec un bon mental.»

Speed, but no more cheap. Au début de sa carrière, Dark Angel aurait pu être cantonné au marché du "cheap speed". Mais il a rapidement prouvé qu’il était bien plus que cela. Il a su démontrer qu’il pouvait produire des sujets capables d’être plus que des 2ans et qui ne soient pas cantonnés au registre de la vitesse pure. À ce jour, Dark Angel a donné 54 black types, dont 20 gagnants de Groupe et quinze lauréats de Listed. Ses statistiques sont meilleures que celles de son père, Acclamation (Royal Applause), qui fait la monte à 30.000 €, soit un tarif deux fois moins élevé que son fils. À 65.000 € la saillie, Dark Angel attire désormais des juments en provenance des grands haras européens, alors qu’il a débuté avec une jumenterie plus lambda. L’entrée de Darley parmi les porteurs de parts en 2015 a matérialisé le changement de statut de l’étalon. En 2016, la moyenne de ses yearlings aux ventes, à travers le monde, était de 158.000 €.

Au-delà de la vitesse. Selon Weatherbys, la distance moyenne de victoire des produits de Dark Angel est 1.382m. Avec des mères ayant des éléments de tenue dans leur pedigree, il a prouvé qu’il était capable de donner des black types sur le mile (et au-delà). On peut citer Boomshackerlacker, Magiustrina, Fanciful Angel, Gabrial, Markazi, Melesina, Lily’s Angel, Persuasive, Realtra, Sovereign Debt, Stormfly… Dark Angel a déjà une dizaine de fils étalons outre-Manche.

Ces Français qui y ont cru dès le départ. Parmi les soutiens de la première heure du jeune étalon, on trouve plusieurs éleveurs français. Jean-Charles Coudé est l’un d’entre eux. Il nous a expliqué : « C’est un cheval qui a énormément de vitesse dans son pedigree et je suis toujours à la recherche de cette qualité. Si l’on veut sortir des étalons confirmés, qui sont logiquement chers, il faut chercher des jeunes pépites. Aucun cheval n’est irréprochable. Il faut trouver des compromis. Avant de devenir un grand étalon, Invincible Spirit (Green Desert) a par exemple eu une saison à 3ans peu fructueuse. Aussi, le fait que Dark Angel n’ait pas couru à cet âge ne m’a pas arrêté. Son papier était très dynamique, avec Acclamation (Royal Applause) comme père et Machiavellian (Mr Prospector) en tant que père de mères. C’est un cheval athlétique, très correct d’aplombs. »

 

Les données utilisées pour la rédaction de cet article sont issues des supports édités par Weatherbys : l’appli Global Stallions, le Return of Mare et l’édition en ligne du stallion book. Pour y accéder : https://www.stallionbook.co.uk/