DUBAI TURF (GR1) - Moreira est vraiment magique

Courses - International / 25.03.2017

DUBAI TURF (GR1) - Moreira est vraiment magique

MEYDAN, SAMEDI

 

DUBAI TURF (GR1)

Moreira est vraiment magique

À 100m du poteau, on a enfin compris pourquoi le Brésilien Joao Moreira est surnommé Magic. Il fallait être un vrai magicien pour gagner le Dubai Turf (Gr1) avec la japonaise Vivlos (Deep Impact). À l’entrée de la ligne droite, encore parmi les derniers, elle était déjà montée aux bras, alors que le sprint pour la victoire n’était pas encore lancé. Moreira a trouvé une autoroute à la corde, laquelle a permis à la pouliche de refaire du terrain. Il l’a déboîtée à  350m du poteau. À ce stade, la course paraissait se résumer à une explication entre le français Heshem (Footstepsinthesand), qui venait facilement, et le Godolphin Ribchester (Iffraaj) qui avait animé les débats. Alors qu’on commençait à rêver à la victoire du pensionnaire de Christophe Ferland, Vivlos est arrivée comme une flèche en pleine piste. Elle a surclassé ses adversaires. Elle passe le poteau en tête avec moins d’une longueur d’avance sur Heshem. Ribchester est troisième. Zarak (Dubawi), toujours dans le sillage de Ribchester, a quelque peu plafonné dans les deux cents derniers mètres. Il termine quatrième.

 

Les quatre cents derniers mètres en 22’’52. Vivlos, qui a raté la première partie de sa saison à 3ans, a ensuite remporté en octobre le Shuka Sho (Gr1), la dernière épreuve de la Triple Couronne pour les pouliches au Japon. Si l’on se base sur son rating d’avant course, il lui fallait une intervention divine pour se montrer compétitive. Et elle l’a trouvée en Joao Moreira. Vivlos a terminé son parcours en parcourant 400m en 22’’52, un temps de folie sur ce terrain.

 

Hesham gêné par le terrain. Hesham a couru comme un lion, mais n’a rien pu faire contre une Vivlos des grands jours. Son jockey, Gregory Benoist, a expliqué : « À mi-ligne droite, je pensais avoir course gagnée et facilement. Le terrain, assoupli par la pluie, l’a beaucoup gênée. En bon terrain, Heshem aurait gagné. Mais il a quand même réalisé la meilleure course de sa carrière. » Zarak a couru proprement mais sans étincelle. Georges Rimaud, manager des Aga Khan Stud en France, a dit : « Le cheval n’a pas mal couru, mais nous sommes un peu déçus par sa quatrième place. Il va rentrer en France avec le Prix Ganay comme objectif»

 

Une quatrième victoire au féminin. Joao Moreira a joué la carte de la modestie après la course : « Les bons chevaux font les bons jockeys. Je savais que j’avais une bonne chance. Vivlos est une petite pouliche, très légère, et le terrain souple l’a beaucoup aidée. » Elle est la quatrième lauréate du Dubai Turf après la française Terre à Terre (Kaldounévées), l’africaine Ipi Tombe (Manshood) et la Godolphin Sajjhaa (King’s Best). La pensionnaire de Yasue Tomomichi est aussi la quatrième gagnante pour le Japon après Admire Moon (End Sweep), Just A Way (Heart’s Cry) et Real Steel (Deep Impact).

 

Le croisement de Martinborough. Vivlos est une propre sœur de Verxina, deux fois gagnante du Victoria Mile (Gr1), qui avait été dominé par Gentildonna (Deep Impact) dans les trois épreuves de la Triple Couronne des pouliches. La mère, Halwa Sweet (Machiavellian), a aussi donné Cheval Grand (Heart’s Cry), gagnant de Gr2 à deux reprises et troisième de la Japan Cup (Gr1) l’année dernière. Halwa Sweet, lauréate de cinq courses, est une demi-sœur de Martinborough (Deep Impact), deux fois gagnant de Gr3 au Japon, qui vient d’entamer sa première saison de monte au Haras de Grandcamp, et du lauréat de Gr3 Frère Jacques. Cette souche a donné d’autres étalons, comme Singspiel (In the Wings), Rahy (Blushing Groom) et Rakeen (Northern Dancer).