Soumillon, toutes les couleurs de Meydan

Institution / Ventes / 22.03.2017

Soumillon, toutes les couleurs de Meydan

Par Franco Raimondi

Christophe Soumillon a déjà fait l’histoire de Meydan. C’est lui le premier jockey à s’y être imposé, en selle sur Raihana (Elusive Quality). C’était le 28 janvier 2010, le jour de l’ouverture du gigantesque hippodrome conçu par le cheikh Mohammed Al Maktoum et réalisé en 924 jours par Teo Ah Khing, l’architecte d’origine malaisienne qui a ensuite créé le China Horse Club.

Samedi, Christophe Soumillon se mettra en selle à sept reprises dans la grande réunion de la World Cup. Il peut donc revenir sur le retraité Richard Hills et réduire l’écart qui le sépare de Lanfranco Dettori, le leader du classement avec 19 victoires.

Le palmarès des jockeys dans la réunion de la Dubai World Cup

Jockey                                    Courses             Victoires

Lanfranco Dettori                  108                    19

Richard Hills                          78                      8

Christophe Soumillon             44                      7

Gary Stevens                          26                      7

Jerry Bailey                            34                      6

Olivier Peslier                         55                      5

Weichong Marwing                24                      4

Yutaka Take                           21                      4

Ryan Moore                           57                      4

Sept montes pour six casaques différentes : le vert de Son Altesse l’Aga Khan, le jaune du cheikh Mohammed bin Khalifa Al Maktoum, le bleu de Godolphin, les damiers de la cheikha Fatima bint Mansour Al Nahyan, le violet hongkongais d’Elizabeth Lee et enfin le vert-violet franco-hollandais de Berend van Dalfsen. Alors, Arlequin ou Soumi ?

Zarak, une bonne place à la corde. Mercredi, en route pour Le Croisé-Laroche, Christophe Soumillon pense déjà avec plaisir à ses montes de Meydan. Zarak (Dubawi) et Vazirabad (Manduro) sont, parmi ses sept chevaux, ceux qui ont tiré les meilleures places à la corde. Le fils de Zarkava s’alignera avec le 2 dans le Dubai Turf alors que le hongre a tiré le 3 dans la Dubai Gold Cup. Le pilote explique : « Une bonne place à la corde est primordiale dans une course très ouverte comme le Dubai Turf. Zarak vient de s’imposer sans forcer lors de sa course de rentrée. Là, il trouve des adversaires plus forts mais l’absence du japonais Real Steel est un avantage. Il n’y a pas un cheval qui tue la course. C’est un lot très homogène, avec plusieurs sujets d’excellent niveau. Je pense que la course se jouera sur des petits détails et j’espère trouver un bon parcours, pas loin de la tête. Zarak a fait des valeurs importantes dans ses meilleurs jours, et je pense qu'il sera compétitif. »

Vazirabad en progrès. Vazirabad, le tenant du titre de la Dubai Gold Cup, a terminé deuxième derrière la pouliche Beautiful Romance (New Approach) lors de sa rentrée. Il y a de la revanche dans l’air… Soumillon est assez positif : « Vazirabad était moins affûté par rapport à sa rentrée victorieuse en 2016, dans la même course. Il a demandé à souffler à mi- ligne droite, comme un cheval qui avait besoin d’une course, et je ne l’ai pas "massacré" quand j’ai vu que Beautiful Romance était imbattable. Il va beaucoup progresser et sera le favori, même s’il ne s’agit pas d’une course facile. Un peu comme dans le Dubai Turf, il n’y a pas un seul adversaire redoutable, mais plusieurs : Beautiful Romance, bien sûr, mais aussi Big Orange (Duke of Marmalade), Quest For  More (Teofilo) et Trip To Paris (Champs Élysées). »

Finsbury Square, mieux sur plus court. Finsbury Square (Siyouni) dans l'Al Quoz Sprint (Gr1) est le troisième représentant de l’entraînement français qui sera associé à Christophe Soumillon. L’épreuve de vitesse sur le gazon a changé de distance et sera disputée sur 1.200m. C’est un petit souci pour le jockey : « J’aurais préféré 1.000m ou 1.100m, même si en dernier lieu, Finsbury Square a gagné sur 1.300m. Mais c’était face à des adversaires plus faciles. Samedi il faudra sortir le grand jeu mais le cheval est en forme. J’espère trouver un bon leader à suivre – le rapide Erttijaal n’est pas loin dans les boîtes – et lutter pour une place. »

Mubtaahij, le mauvais numéro. Le tirage au sort dans la Dubai World Cup a déçu Christophe Soumillon. Le numéro 14 est un coup très dur pour Mubtaahij (Dubawi) : « Avant le tirage, je pensais avoir une bonne chance pour une place parce qu’Arrogate (Unbridled’s Song) est imbattable. Avec le 14, c’est mission presque impossible, surtout parce que Mubtaahij est un cheval brillant au départ. Déjà, sur le dirt de Meydan, il est très difficile de refaire du terrain, et pour voyager en épaisseur, il faut avoir un cheval spécial, qui aime cette façon de courir, comme c’était le cas de California Chrome. Il faudra un vrai coup de chance pour s’en sortir. » Et Mike de Kock, à la fin d’un Carnaval très décevant, a besoin d’un bon résultat. Christophe Soumillon a une explication simple pour cette période creuse de l’entraîneur sud-africain : « Il n’a pas de vrais bons chevaux à l’écurie et certains des meilleurs ont connu des problèmes. Mike n’a rien changé, il est un grand entraîneur. »

Thunder Snow, le poulain de classe. Le Godolphin Thunder Snow (Helmet) n’a pas eu non plus un bon numéro (13) dans le UAE Derby (Gr2), mais Christophe Soumillon est moins inquiet : « Thunder Snow est un tout bon poulain, qui a gagné son Gr1 en Europe et il s’est promené lors de ses débuts sur le dirt à Meydan. Il est assez vite au départ et je pense qu’il peut trouver une bonne position tout de suite. En plus, avec beaucoup d’outsiders au départ, le peloton peut s’effilocher assez tôt. »

Une monte dans la course des arabes. Ses deux autres montes sont dans la Dubai Kahayla Classic sur Loraa (Mawood) et dans le Dubai Golden Shaheen avec le hongkongais Dundonnell (First Defense). Christophe Soumillon a déjà remporté la course pour les pur-sang arabes en 2013, en selle sur Al Mamun Monlau, un pensionnaire du regretté Jean-François Bernard : « Loraa n’a pas une tâche facile. J’avais gagné avec elle un Gr1 le jour de l’Arc de Triomphe, mais c’était sur le gazon. Sur le dirt, c’est un autre jeu, surtout avec un mauvais numéro à la corde. »

Terre à Terre, le souvenir. Christophe Soumillon est le premier jockey gagnant à Meydan avec un pur-sang, mais le vieil hippodrome de Nad Al Sheba est toujours dans son cœur : « C’est à Nad Al Sheba, en selle sur Terre à Terre (Kaldounévées) que j’ai remporté en 2002 ma première grande course à l’étranger, le Dubai Duty Free. Je pense que le vieil hippodrome, surtout la piste en dirt, était plus régulier que Meydan. Tout le monde pouvait jouer sa chance, alors que maintenant, c’est presque impossible revenir de derrière et les chevaux accusent beaucoup les projections de sable. »

Les victoires et places de Christophe Soumillon lors de la réunion de la Dubai World Cup
AnnéeChevalClass.CourseEntraîneur
2002Terre à Terre1erDubai TurfÉric Libaud
2010Musir1erUAE DerbyMike de Kock
2013Al Mamun Monlau1erKahayla ClassicJean-François Bernard
2013Shea Shea1erAl Quoz SprintMike de Kock
2015Mubtaahij1erUAE DerbyMike de Kock
2015Dolniya1erSheema ClassicAlain de Royer Dupré
2016Vazirabad1erDubai Gold CupAlain de Royer Dupré
2008Darjina2eDubai TurfAlain de Royer Dupre
2012Mutahadee2eDubai TurfMike de Kock
2013The Apache2eDubai TurfMike de Kock
2014Cirrus Des Aigles2eSheema ClassicCorine Barande-Barbe
2014Vercingétorix2eDubai TurfMike de Kock
2015Star Empire2eDubai Gold CupMike de Kock
2016Mubtaahij2eDubai World CupMike de Kock
2010Imbongi3eDubai TurfMike de Kock
2011Mahbooba3eUAE DerbyMike de Kock
2014Star Empire3eDubai Gold CupMike de Kock
2014Shea Shea3eAl Quoz SprintMike de Kock

Meydan, six sur sept. C’est quand même à Meydan que Christophe Soumillon a remporté six de ses sept victoires dans la nuit de la World Cup. Le pilote y a pas mal de souvenirs : « Le Derby de Musir (Redoute’s Choice), qui a permis de renforcer ma collaboration avec Mike de Kock, et celui de Mubtaahij, que j’ai monté ensuite dans le Kentucky Derby, mais aussi le Sprint de Shea Shea (National Emblem), un cheval de vitesse exceptionnel… Et bien sûr les victoires de Dolniya (Azamour) et Vazirabad pour la casaque de Son Altesse. » Sept victoires en technicolor Soumillon, en attendant la huitième.