LE BLOC-NOTES DE FRANCO RAIMONDI - Les leçons d’anglais de maître André

Courses / 11.04.2017

LE BLOC-NOTES DE FRANCO RAIMONDI - Les leçons d’anglais de maître André

 

Chaque début de semaine, Franco Raimondi vous ouvre désormais son bloc-notes. Un carnet précieux, dans lequel il consigne les bonnes… et moins bonnes impressions de la semaine écoulée !

Al Wukair (Dream Ahead) sera le 21e français au départ des 2.000 Guinées (Gr1) depuis la victoire de Zafonic en 1993. La réussite des tricolores est excellente : Pennekamp (Bering) et Makfi (Dubawi) ont également gagné, Territories XX (Invincible Spirit) et French Fifteen (Turtle Bowl) ont pris la deuxième place, et Hermival (Dubawi) a terminé troisième. Trente pour cent des chevaux entraînés en France ont donc terminé dans les trois premiers du classique de Newmarket. Si vous aimez les statistiques, on peut ajouter que la France a eu au moins un représentant dans 14 des 24 dernières éditions et a donc fourni 7,96 % des 251 partants. L’entraînement français a trusté 6 des 42 places disponibles, soit 14,28 %. Bravo les Frenchies !

Zafonic et Pennekamp, le doublé. André Fabre est bien logiquement l’entraîneur qui a eu le plus de partants à Newmarket. Le maître cantilien a envoyé 8 de ses chevaux courir les Guinées et a remporté deux victoires (Zafonic et Pennekamp, donc !) et une deuxième place. La moitié de ses partants à Newmarket a disputé le Prix Djebel. Zafonic avait échoué à une courte tête de Kingmambo (Mr Prospector), lauréat ensuite de la Poule d’Essai des Poulains, des St James Palace Stakes et du Prix du Moulin de Longchamp (Grs1). Pennekamp, quant à lui, avait battu d’une longueur et demie un certain Bene Erit (Bering) mais sans trop séduire les Anglais, au point que sa cote est montée jusqu’à 9/2. Un chocolat ! Territories avait préparé le déplacement en s’imposant dans le Prix de Fontainebleau (Gr3) alors que Zamindar (Gone West) avait effectué sa rentrée directement dans le classique. Diffident (Nureyev) et Xaar (Zafonic) avaient déjà testé la piste de Newmarket en remportant le Free Handicap et les Craven Stakes (Gr3).

À la découverte de Newmarket. Al Wukair a quelque chose de différent des deux gagnants de 2.000 Guinées d’André Fabre : il n’a jamais couru à Newmarket (alors que Zafonic et Pennekamp y avaient remporté les Dewhurst Stakes).

La piste peut-elle le déranger ? La question ne trouvera une réponse que le 6 mai, mais on peut affirmer qu'Al Wukair a eu un vrai parcours de formation : il a débuté corde à gauche, il a remporté son premier succès black type corde à droite et, lundi, il nous a emballés en ligne droite. Il ne manque qu’un seul repère pour établir la valeur de la performance d’Al Wukair : les temps de passage. J’ai un peu l’impression de revenir en Italie, où je chronomètre les courses avec des marques comme un parasol, un buisson ou un poteau d’éclairage. À Maisons-Laffitte, on appuie sur le chronomètre à la Girafe. Ce n’est pas très précis mais c’est quand même plus exotique…

De Via Ravenna à Ribot. L’envol d’Al Wukair ne doit pas éclipser la victoire de Via Ravenna (Raven’s Pass) dans le Prix Imprudence (Gr3). Selon nos chronométrages, elle a parcouru le trajet qui sépare la Girafe et le poteau plus vite que les mâles. Les deux courses ne sont pas comparables – les pouliches ont trotté pendant 800m – mais la 3ans du haras de Saint-Pair est très bonne et a sa place dans mon cœur, pas seulement parce que Via Ravenna est une rue de la périphérie de Milan où j’ai grandi.

Via Ravenna a un petit bout d’Italie, et plus précisément de Ribot (Tenerani), dans son pedigree. Sa quatrième mère, élevée par la Razza Dormello Olgiata, est Renée Martin (Crepello), issue de Rossellina (Tenerani), l’une de trois propres sœurs de Ribot. Cette souche sort encore de temps en temps de bons chevaux et la Razza Dormello Olgiata a gardé quelques poulinières, dont Rosa Brett (Green Tune), la mère de Rovetta (So you Think) qui a tracé un bon parcours lors de ses débuts, mardi à Saint-Cloud, dans le Prix de Chaillot.

Razzia Fabre, six sur six. André Fabre a gagné toutes les courses de Groupe où il a eu un partant, c’est-à-dire six sur les huit proposées depuis le début de l’année en France. Il ne lui manque que le Prix Vanteaux et le Prix Sigy.

La course pour les femelles n’est pas son dada. Il l’a gagnée six fois mais une seule fois, en 2013, avec Ésotérique XX (Danehill Dancer), pendant notre siècle. Le sprint pour les 3ans est l’un des quatre ou cinq Groupes du programme français qui ne figure pas à son palmarès.

La razzia Fabre sur les courses de 3ans continue. Le compteur mis à jour après la réunion de ce mardi à Saint-Cloud indique 13 gagnants en 9 jours et 8 réunions depuis le 3 avril. Plus en détail, André Fabre a sellé 33 partants (réussite de 39,39 % à la gagne et de 57,57 % dans les trois premiers) en 22 courses et a gagné plus de la moitié de ces dernières.

Sea the Stars à un Groupe de Galileo. Sea the Stars (Cape Cross) a signé le jumelé gagnant d’un Prix d’Harcourt (Gr2) de haut vol, avec Cloth of Stars et Mekhtaal. Pour son frère Galileo (Sadler’s Wells), il s’agit d’un résultat de routine. Pour Sea the Stars, ce n’est pas une première, il avait déjà fait le jumelé dans les Ballyroan Stakes (Gr3) 2016 quand le Bolger Stellar Mass avait battu l’Aga Khan-Weld Almela.

Trois générations de Sea the Stars ont déjà couru les classiques et ses statistiques sont très bonnes : il a remporté le Derby et l’Irish Derby en 2016 avec Harzand, ainsi que les Oaks et le Deutsches Derby en 2014 avec Taghrooda et Sea the Moon. En plus de cela, 3 de ses rejetons se sont placés dans les classiques. Les trois générations de Sea the Stars ont eu à leur disposition 51 places dans les trois premiers des classiques (Allemagne incluse, Italie exclue) et ils en ont pris 8.

La comparaison entre sa production et celle de son illustre frère Galileo est un sujet délicat. L’étalon de Coolmore a fêté ses 20ans le 30 mars, alors que Sea the Stars est arrivé à 11 jeudi dernier, le 6 avril. Les deux ont démarré leur carrière au haras à des tarifs différents (50.000 livres irlandaises, soit 65.000 € pour Galileo et 85.000 € pour Sea the Stars) et dans des contextes différents.

Quand leurs premiers 2ans ont commencé à courir, ils ont reçu des critiques avant de faire taire les éternels mécontents. Galileo a sorti 21 gagnants de Groupe, dont 10 de Gr1, dans l’hémisphère Nord, avec ses trois premières générations. Sea the Stars est déjà à 20, dont 5 de Gr1. Les Sea the Stars les plus âgés ont 6ans, c’est-à-dire que d’ici la fin de l’année, il peut égaliser le score du match en famille et, pourquoi pas, devancer son frère.

Aidan O’Brien et Moore, zéro sur douze. Depuis le coup d’envoi de la saison de plat en Irlande, Aidan O’Brien a sellé 36 partants et a gagné six courses. Une réussite (16,66 %) pas à la hauteur de sa moyenne sur les cinq dernières saisons (22 %) mais pas catastrophique. Le problème est que le premier jockey de l’écurie, Ryan Moore, a monté douze de ces chevaux et a remporté zéro victoire. Sept étaient favoris et ils ont comptabilisé cinq places. US Army Ranger (Galileo) et Alice Springs (Galileo) ont été battus dans les Grs3 de dimanche à Naas, rien de bien grave en début de saison. En début d’après-midi, mardi, O’Brien a présenté son premier 2ans, Sioux Nation (Scat Daddy). Troisième, bien couru. Ensuite il a eu un non-placé dans un handicap, et un sixième dans un maiden pour les 3ans. Pour la "der", pas un handicap mais un maiden, Ballydoyle avait quatre partants. Le favori était Diodorus (Galileo & Divine Proportions), suivi par Belgravia (Galileo, propre frère de Ruler of the World). Ensign (Invincible Spirit) avait ses preneurs avec la monte d’Ana O’Brien et trois livres de décharge. African (Dubawi) était l’outsider du lot. Le quatuor est tombé sur une pouliche de grande classe, Tocco d’Amore (Raven’s Pass), achetée pour deux millions d’euros par Moyglare Stud, qui a laissé les autres à six longueurs. Mais Diodorus, avec Ryan Moore, n’a pas réussi à battre Belgravia pour la troisième place…

Samedi à Leopardstown, Aidan O’Brien a gagné deux des trois trials. Dans celui pour les 1.000 Guinées, Hydrangea (Galileo) a fait le train et a sauvé la victoire avec, en selle, Paddy Beggy, devant une autre pouliche de Ballydoyle, Winter (Galileo), alors que la favorite, Promise to Be True (Galileo), terminait sixième avec Ryan Moore. Les parieurs savent fouiner et la cote de la gagnante était descendue. Dans le trial pour les mâles, Taj Mahal (Galileo) est parti délaissé à 5/1, malgré Ryan Moore, et tout le monde est passé à la caisse avec Orderofthegarter (Galileo), descendu jusqu’à 5/4 et monté par le deuxième pilote, Seamus Heffernan. Et pour terminer, dans les Ballysax Stakes (Gr3), il y avait un doute entre Yucatan (Galileo), avec Ryan Moore, et Capri (Galileo), qui rendait cinq livres et avait en selle Heffernan. Le troisième Ballydoyle, Douglas Macarthur (Galileo) les a devancés mais à son tour, il n’a pas pu contrer la pointe de Rekindling (High Chaparral), un pensionnaire de Joseph O’Brien qui avait attiré quelques euros de mises et était descendu de 20 à 16/1.