BREEZE UP OSARUS - Star Bloodstock fait le choix de la France

Institution / Ventes / 26.04.2017

BREEZE UP OSARUS - Star Bloodstock fait le choix de la France

 

Star Bloodstock est une écurie spécialisée dans le débourrage, le préentraînement et la préparation aux breeze up. Après avoir débuté outre-Manche, cette structure a fait le choix de s’installer en France à Saint-Pierre-des-Ifs (14), entre Rouen et Lisieux. Ce mercredi à La Teste-de-Buch, Star Bloodstock a réalisé deux des six top prices. Micky Cleere, le responsable de l’entraînement, nous a présenté ce nouvel acteur des ventes françaises.

 

Jour de Galop. – Comment votre activité et votre équipe se structurent-elles ?

Micky Cleere. – Nous sommes principalement concentrés sur la préparation aux breeze up, même si nous pouvons proposer d’autres services, comme le débourrage. La sélection des poulains est effectuée par Byron Rogers, un Australien basé aux États-Unis et moi-même. Nous mesurons leur capacité cardiaque et ils sont tous testés génétiquement. Matt Eves est le financier du trio. L’ensemble de notre équipe à l’écurie est d’origine irlandaise. Ses membres se sont vite adaptés à la Normandie, qui ressemble un peu à l’Irlande, mais en moins pluvieux ! Nous avons une vingtaine de sujets en préparation pour les breeze up sur une trentaine de chevaux au total.

Pourquoi avoir choisi la France ?

Je réponds souvent que nous sommes venus pour la gastronomie, mais aussi car ma compagne est française ! Plus sérieusement, les allocations sont ici beaucoup plus fortes et il est donc plus intéressant de faire courir en France les chevaux que nous n’avons pas vendus. Notre objectif est d’être présents pour les breeze up des deux côtés de la Manche. Il y a quelques jours, lors de la Craven breeze up, nous avons vendu un fils de Shanghai Bobby pour 125.000 Gns et un fils de Violence pour 210.000 Gns. Parmi les premiers chevaux qui sont passés chez nous, il y a Broken Stones (Requinto). En 2016, à 2ans, il a gagné deux courses et s’est classé troisième des Arqana July Stakes (Gr2) à Newmarket.

Envisagez-vous d’acheter plus de chevaux français à l’avenir ?

Absolument, c’est notre objectif, mais ils sont souvent relativement chers. Nous reviendrons certainement acheter des yearlings chez Osarus pour les repasser en vente. Il faut s’adapter au mode de préparation à la française. Les poulains sont plus "nature", moins poussés dans leur préparation qu’en Irlande ou en Angleterre, où ils ont souvent vu un hippodrome avant de passer en vente. Le jeu est donc de trouver des sujets que nous serons capable d’améliorer. Les pedigrees français s’améliorent. On trouve de plus en plus facilement des chevaux avec de la vitesse.

Quel a été votre parcours avant d’intégrer l’équipe de Star Bloodstock ?

J’ai été apprenti chez David Wachman en Irlande. Cela m’a donné l’occasion de monter plusieurs fois en course. Rapidement, j’ai bifurqué vers la monte et la préparation de chevaux pour les breeze up. Matt Eves m’a ensuite demandé de le rejoindre il y a deux ans. Nous avons commencé par vendre à Newmarket l’an dernier. Cette année nous débutons en France.