Classique en Italie : les engagements gratuits ne payent pas

International / 02.04.2017

Classique en Italie : les engagements gratuits ne payent pas

Si les engagements classiques sont un indicateur de la santé des courses d’un pays, l’Italie n’est pas en très bon état. Il ne fallait pas attendre la clôture des engagements pour le Derby italien, les Oaks d’Italie (Grs2), le Premio Paroli et le Premio Regina Elena (Grs3) pour découvrir que les choses vont mal dans la Péninsule. Cette année, les dirigeants du galop italien avaient tenté quelque chose : engagement gratuit avec un droit d’entrée à la déclaration des partants. Ce changement devait générer plus d’engagements, en laissant aux propriétaires et aux entraîneurs étrangers le temps de décider au dernier moment de courir le cheval dans le Derby ou les Oaks.

L’Allemagne presque absente. Le nombre d’engagements a progressé d’une quarantaine (275 dans les quatre courses) mais celui des étrangers est passé de 49 à 45. Les Allemands – qui, en 2016, avaient pris les quatre premières places des Oaks d’Italie – ont joué les absents. Andreas Wohler a engagé dans l’équivalent italien du Prix de Diane sa pouliche Windjammer (Campanologist) et, dans le Derby, Rolando, lui aussi par Campanologist.

Henri-Alex Pantall, le seul Franco-Français. Les engagements français sont au nombre d’une douzaine mais une seule pouliche n’a pas de liens avec l’Italie, la Godolphin-Pantall Indian Skies (Dubawi), qui a ouvert son palmarès le 23 mars à Saint-Cloud. Henri-Alex Pantall nous a dit : « Indian Skies a bien gagné à Saint-Cloud et elle n’est pas engagée dans le Prix de Diane Longines, donc je trouve que le classique italien est une opportunité à saisir. »

Les italo-françaises. Les autres sont deux pensionnaires de Pascal Bary encore inédites : Rovetta (So you Think), de la Razza Dormello Olgiata, et Kitty Jones (Nathaniel), de la Scuderia Vittadini. Les autres français engagés sont entraînés dans l’Hexagone par des professionnels italiens : Alessandro Botti a engagé Mon Trésor (Kendargent) dans les Oaks et le Regina Elena, Gianluca Bietolini, Captain Ken (Kendargent) dans le Parioli alors que Medici Musician (Campanologist), représentant de Robert Ng, et Quai de Jemmapes (Kendargent) sont ses deux chevaux pour le Derby. Simone Brogi quant à lui engagé Kensai (Jukebox Jury) dans le Derby, Sivinsk (Siyouni) dans le Parioli et Fongani (Siyouni) dans le Regina Elena.

O’Brien et Weld répondent oui. Les entraîneurs anglais n’ont pas montré beaucoup d’intérêt pour l’Italie. Ils ont deux engagements dans le Derby, dont Cunco (Frankel) pour la casaque de Don Alberto, et trois pouliches dans les Oaks. L’Irlande, au contraire, a répondu présent. Aidan O’Brien a engagé neuf poulains dans le Derby et parmi eux, on trouve Diodorus (le fis de Galileo et Divine Proportions) et The Anvil (Galileo), récent gagnant. Dermot Weld a montré son enthousiasme comme l’année dernière quand il avait engagé en Italie Harzand (Sea the Stars), le futur lauréat du Derby et de l’Irish Derby. Il a quatre poulains dans le Parioli, six dans le Derby, une pouliche dans le Regina Elena et quatre dans les Oaks.