Le mot de la fin : Mérite (Réforme, chapitre 3)

Courses / 13.05.2017

Le mot de la fin : Mérite (Réforme, chapitre 3)

Le mot de la fin : Mérite (Réforme, chapitre 3)

Hier, nous avons proposé une philosophie de réforme susceptible de guider la refonte des encouragements : encourager le mérite. C’est l’esprit même des fondateurs de notre sport, qui ont baptisé la société mère « d’Encouragement » (avec un e majuscule, s’il vous plaît) et n’avaient prévu que des prix de course pour récompenser les gagnants et les placés.

Puisque France Galop est obligée de trouver des économies, renouons avec la sagesse de nos anciens. Quand on revient aux fondamentaux, on n’est jamais très loin de la vérité et on peut travailler sereinement, sur la durée.

Notre modèle, qui nourrit les grands et les petits, les rapides et les moins rapides, est vertueux. Personne ne pense le contraire. Simplement, il s’est alourdi avec le temps. C’est une constante dans l’univers physique : les planètes et leurs satellites se chargent de particules, les baleines accumulent des coquillages à même leur peau, les entreprises se nécrosent sous les charges… et ne parlons pas de l’État ! Comme tant d’autres, notre business model de l’Institution a besoin d’être réinterrogé, de suivre un petit régime, de passer au Kärcher… Cela ne peut lui faire que le plus grand bien.

Mais pour ne pas risquer la spirale déflationniste, le cercle vicieux, il faut s’alléger sans perdre de force. D’où notre proposition de maintenir au maximum tout ce qui récompense une performance et de supprimer au maximum tout ce qui est sans lien avec le résultat de la course.

 

La suite dans notre prochaine édition : Relance (Réforme, chapitre 4).