GRAND PRIX DE SAINT-CLOUD (Gr1) : Une victoire tant attendue…

Courses / 02.07.2017

GRAND PRIX DE SAINT-CLOUD (Gr1) : Une victoire tant attendue…

Ce dimanche, Zarak (Dubawi) a enfin remporté son Gr1 en s’imposant dans le Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1), ce dimanche sur l’hippodrome du Val d’Or. Souvent attendu à ce niveau, il passe enfin la ligne d’arrivée en tête, pour sa septième tentative à cet échelon. Cette victoire était aussi très attendue par Son Altesse l’Aga Khan, qui ne s’était plus imposé dans un Gr1 depuis octobre 2016 (Vazirabad dans le Prix Royal-Oak). Enfin, ce succès permet à la casaque princière de battre le record de Marcel Boussac avec un sixième succès dans ce Grand Prix.

 

Une course avec du rythme. Robin of Navan (American Post) a animé l’épreuve dès le départ. Avant l’entrée du premier tournant, il a été relayé en tête par Tiberian (Tiberius Cesar), avec Silverwave (Silver Frost) dans son sillage. Hawkbill (Kitten’s Joy), très allant et mouillé avant le départ, s’est porté à la hanche de l’animateur, alors que le futur lauréat se faisait oublier en avant-dernière position. Dans la ligne droite, Christophe Soumillon a fait venir Zarak en progression en pleine piste. Dans un premier temps, il a lutté avec My Dream Boat (Lord Shanakill), alors que Silverwave semblait en route pour la victoire. Le pensionnaire d’Alain de Royer Dupré a successivement pris le meilleur sur ces deux chevaux pour se porter en tête à 100m de l’arrivée. Sous les sollicitations de son jockey, il a conservé l’avantage jusqu’au bout. Silverwave est deuxième à un peu moins d’une longueur.

 

On a vu le vrai Zarak. Le représentant de Son Altesse l’Aga Khan n’a couru que deux fois à Saint-Cloud. Avant cette victoire, il s’était classé deuxième du Prix Ganay (Gr1). Son entraîneur, Alain de Royer Dupré, nous a expliqué : « Il n’a pas été très heureux dans le Ganay. Ensuite, à Chantilly dans le Prix d’Ispahan, il n’a pas apprécié la piste légère et la descente. Il est satisfaisant de revoir le vrai Zarak aujourd’hui. C’est un cheval qui a besoin de temps pour se mettre en jambe. Sur cette distance, il a le temps de venir et on peut le laisser tranquille. La course a avancé et son jockey a pu le laisser faire. C’est un cheval qui a de la classe et il signe aujourd’hui certainement ce qui est sa meilleure performance. N’oubliez pas qu’il a été battu à deux reprises par un très bon cheval, Almanzor (Wootton Bassett). S’il n’avait pas croisé sa route, il aurait un Gr1 et un Gr2 supplémentaires à son palmarès. »

 

Mieux que jamais. Christophe Soumillon a déclaré au micro d’Equidia : « Il nous a déçus à plusieurs reprises, car il y a toujours eu un élément qui l’a perturbé. Nous commençons à mieux comprendre son fonctionnement. Son entraîneur essaye de l’engager au mieux, mais parfois il faut prendre les courses comme elles viennent. En dernier lieu, il n’était pas bien. Mais ce dimanche, le cheval était mieux que jamais. Il le fait car il a de la classe, mais il était au bout du rouleau à la fin. C’est un super cheval. J’étais persuadé que j’allais gagner le Jockey Club l’an dernier, mais nous sommes tombés sur un vrai crack. Il a beaucoup de vitesse et est taillé comme un miler. Zarak court bien lorsqu’il est relâché.»

 

Pas d’Arc pour Zarak ? Zarak dispose de deux engagements, les Coral-Eclipse Stakes (Gr1), le 8 juillet sur 2.000m, qui arrivent bien trop tôt, et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Au sujet de la suite de son programme, le professionnel cantilien a précisé : « Il ne devrait pas aller vers l’Arc à Chantilly, compte tenu de son manque d’affinité pour cette piste. »

 

Silvervawe regarde vers Deauville. Pascal Bary, l’entraîneur du deuxième, Silvervawe, nous a expliqué : « Le cheval court très bien. Il a eu un super parcours, a bien accéléré et n'est battu que par meilleur que lui. Il pourrait courir le Grand Prix de Deauville : nous aviserons en fonction de la forme du cheval et de l'état de la piste. Sinon il y a le Foy, la course qu'il avait remportée l'an dernier avant de prendre part à l'Arc. »

 

Armande maintenue à la troisième place. Vue au milieu du peloton pendant le parcours, Armande XX (Sea the Stars) a progressé à la corde pendant la ligne droite. À la suite d’un contact avec Doha Dream (Shamardal), ce dernier s’est décalé et Gregory Benoist a chuté. Le jockey a été transporté à l’hôpital pour subir des examens. Il se plaignait de la nuque. Après une longue enquête, l’arrivée a été maintenue. Armande décroche ainsi un premier podium dans un Gr1, pour son deuxième essai à ce niveau (elle avait été victime d’un incident similaire dans le Prix de Diane Longines 2016). Dans un communiqué, les commissaires de France Galop ont motivé leur décision: « Les commissaires ont maintenu le résultat (…) considérant que la chute (…) résultait d’un léger mouvement vers l’extérieur de Doha Dream. Celui-ci ayant déséquilibré, par son contact, Armande. La pouliche provoquant, de ce fait, un mouvement vers la corde. » Les commissaires ont par ailleurs sanctionné Adam Kirby (4e avec My Dream Boat) pour usage abusif de la cravache (150 € d’amende pour sept coups).

 

Left Hand vers le Romanet. Left Hand (Dubawi) s’est classée cinquième. Pierre-Yves Bureau, manager de l’écurie Wertheimer, nous a confié : « La pouliche court bien, elle ne craque pas à la fin, face à un vrai lot de chevaux de Gr1. Cela va dans le bon sens. Elle prouve qu'elle avait besoin de temps pour retrouver son niveau. Elle devrait courir le Romanet. »

 

Une victoire symbolique pour l’Aga Khan. Avec cinq victoires, Marcel Boussac était jusqu’alors le plus titré des propriétaires dans ce Gr1. Son Altesse Karim Aga Khan le dépasse grâce à Zarak. La casaque princière s’est imposée à six reprises, dont quatre  avec des mâles : Sheshoon (Precipitation), Shakapour (Kalamoun), qui avait dû partager la victoire avec Dunette (Hard to Beat), et Akarad (Labus), élevé par Marcel Boussac. L’Aga Khan III, grand-père de l’actuel Imam des Ismaéliens, s’était déjà imposé en 1924 avec Pot au Feu. La force des grands élevages est d’être capables de traverser les périodes moins fructueuses. Les courses et l’élevage sont un cycle, où les hauts succèdent aux bas, à condition de pouvoir s’inscrire dans la durée.

 

LOGO WEATHERBY

http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/07/Zarak.pdf

 

Un fils de la championne Zarkava. Élevé par les Aga Khan Studs, Zarak est un fils de Dubawi (Dubai Millenium), dont il est le 24e gagnant de Gr1, et de la championne Zarkava XX (Zamindar), invaincue en sept sorties et quintuple lauréate de Gr1 : Prix Marcel Boussac, Poule d’Essai des Pouliches, Prix de Diane, Qatar Prix Vermeille et Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Il est le quatrième produit de sa mère et le premier à avoir débuté. Zarkava a aussi un 3ans par Redoute’s Choice nommé Zarmitan, une pouliche de 2ans par Frankel et un yearling par Invincible Spirit. Elle est suitée de Siyouni. Zarkava est une fille de Zarkasha (Kahyasi), qui a aussi donné Zarshana (Sea the Stars), gagnante de Groupe, et Zarkandar (Azamour), lauréat de Gr1 sur les claies britanniques ainsi que du Grand Prix d’Automne (G1). Il s’agit d’une très vieille souche Aga Khan, celle de Petite Étoile (Pétition), lauréate des 1.000 Guinées, des Oaks, des Yorkshire Oaks, des Sussex Stakes, des Champion Stakes et de la Coronation Cup (Grs1). La famille remonte à l’achat de Mumtaz Mahal (The Tetrarch) par l’Aga Khan III, au début des années 1920.

 

 

   Seeking the Gold
  Dubai Millenium 
   Colorado Dancer
 Dubawi  
   Deploy
  Zomaradah 
   Jawaher
ZARAK XX (M4)   
   Gone West
  Zamindar 
   Zaizafon
 Zarkava  
   Kahyasi
  Zarkasha 
   Zarkana

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 1’24’’96

De 1.000m à 600m : 25’’66

De 600m à 400m : 12’’49

De 400m à 200m : 12’’13

De 200m à l’arrivée : 12’’52

Temps total : 2’27’76