HISTOIRE, HISTOIRES… - Les challenges qui se cachent derrière le Grand Prix de Saint-Cloud 2017

Courses / 01.07.2017

HISTOIRE, HISTOIRES… - Les challenges qui se cachent derrière le Grand Prix de Saint-Cloud 2017

HISTOIRE, HISTOIRES…

Les challenges qui se cachent derrière le Grand Prix de Saint-Cloud 2017

Cette année, le Grand Prix de Saint-Cloud fête le 13e anniversaire de son nouveau format. Depuis 2005, les 3ans sont en effet exclus de la course. Depuis cette date, les jeunes pousses disposent du Juddmonte Grand Prix de Paris, quinze jours plus tard, sur la même distance. Beaucoup de candidats portent, sans le savoir, l’espoir d’établir une victoire qui restera dans l’histoire.

Xavier Bougon a consacré toute sa vie aux courses, cultivant sa passion pour l’histoire de notre sport, en complément de ses activités professionnelles dans le cadre de l’Institution. Depuis le mois de janvier 2016, il vous propose une rubrique régulière consacrée à l’histoire des courses.

Depuis la fin de la Seconde Guerre, quatorze 3ans se sont imposés dans le Grand Prix de Saint-Cloud, dont une seule pouliche, Riverqueen (Luthier), qui restait sur une deuxième place du Diane. Hélissio (Fairy King), en 1996, restera comme le dernier 3ans au palmarès. La pouliche de Marcel Boussac, Corrida, avait enlevé en 1936 le Prix du Président de la République (futur Grand Prix de Saint-Cloud) avant de gagner son premier Prix de l’Arc de Triomphe à l’automne suivant. Afin de lui rendre hommage, une épreuve préparatoire au Grand Prix de Saint-Cloud porte son nom. Le Prix Corrida, labélisé Gr3 à la naissance des Patterns, est un Gr2 depuis 2004.

Le Corrida, meilleure préparatoire pour les femelles. Le Grand Prix de Saint-Cloud compte quatre femelles à son palmarès depuis 2005. Toutes avaient enlevé précédemment le Prix Corrida : Pride (Peintre Célèbre), l’année de sa deuxième place dans l’Arc, Plumania (Anabaa), troisième du Diane 2009, Sarafina (Refuse to Bend), deuxième de l’Arc l’année précédente, et Trêve (Motivator), laquelle avait déjà deux Prix de l’Arc de Triomphe à son palmarès. Trois autres gagnantes du Prix Corrida se sont classées deuxièmes dans le Grand Prix : Mandesha (Desert Style), Alpine Rose (Linamix) et Siljan’s Saga (Sagamix). La lauréate du Prix Corrida 2017, Armande (Sea the Stars) sera de la partie à Saint-Cloud. C’est une pensionnaire d’André Fabre, l’entraîneur en exercice le plus présent au palmarès de cette épreuve. Avec sept victoires, il partage le leadership avec François Mathet.

Des histoires de famille... Le temps record de la course (2’26’’15) est détenu par Moon Madness (Vitiges). Il fut établi en 1987, l’année du raccourcissement de la distance qui est passée de 2.500 à 2.400m. Moon Madness défendait les couleurs de la duchesse de Norfolk, qui montera sur la plus haute marche du podium deux ans plus tard avec son frère utérin, Sheriff’s Star (Posse), entraîné par Lady Herries, la fille de la propriétaire. Moon Madness était entraînée par John Dunlop, le père d’Edward et d’Harry. Ce dernier présente Robin of Navan (American Post) ce dimanche. Ce poulain s’est imposé, il y a deux ans, dans le Critérium de Saint-Cloud. Seul Pistolet Bleu (Top Ville) a réalisé le doublé à 2 et 4ans.

Et des histoires de casaques ! Ce dimanche, l’écurie Wertheimer présente une pouliche, Left Hand (Dubawi), deuxième du Prix de Diane l’an passé et gagnante du Qatar Prix Vermeille à l’automne. La casaque bleue et blanche figure trois fois au palmarès avec deux poulains et une pouliche (Plumania). La famille Rothschild a passé onze fois le poteau en tête, mais jamais avec une pouliche. Armande sera-t-elle la première ?

Ils se sont imposés deux fois de suite. Depuis la création du Grand Prix, en 1904, cinq lauréats ont conservé leur titre l’année suivante. Silverwave (Silver Frost), le vainqueur de l’an dernier, tentera de rejoindre ses prédécesseurs que sont Nino (Clarissimus), Tanerko (Tantième), Rheingold (Faberge), Helissio et Ange Gabriel (Kaldounevees).

En provenance de la Coronation Cup. Depuis 2005, on compte six lauréats entraînés en France et six à l’étranger (cinq anglais et un allemand). Avant 2005, douze autres étrangers s’étaient imposés. Le premier fut un représentant de la Reine d’Angleterre, Hopeful Venture (Aureole). Parmi les prétendants 2017 figurent trois chevaux en provenance d’Angleterre dont Hawkbill (Kittgen’s Joy), le troisième de la dernière Coronation Cup du champion Highland Reel (Galileo). Toujours depuis 2005, deux placés du Gr1 d’Epsom se sont ensuite imposés à Saint-Cloud la même année : Alkaased (Kingmambo) et Youmzain (Sinndar). Auparavant, six lauréats à Epsom ont fait le doublé dont les français Exbury (Le Haar) et Relko (Tanerko).

Le challenge d’Erupt. Le dauphin de Silverwave en 2016, Erupt (Dubawi), sera lui aussi au départ. Le gagnant du Grand Prix de Paris 2015 porte la casaque Niarchos, qui ne s’est encore jamais imposée. En cas de succès, il rejoindrait Maurepas (Aethelstan), Glint of Gold (Mill Reef) et Meandre (Slickly), trois vainqueurs du Grand Prix de Paris ayant réussi à faire le doublé l’année suivante à Saint-Cloud. Les deux premiers de l’édition 2016 seront donc au départ. Si cette année le jumelé est identique à l’an dernier, il rejoindrait celui de 2003, identique à celui de 2002 : Ange Gabriel devançait Polish Summer (Polish Precedent). Ange Gabriel, sous l’entraînement d’Éric Libaud, est à ce jour l’unique vainqueur issu de province. En 2017, Tiberian (Tiberius Caesar), pour Alain Couétil, va tenter de l’imiter.

L’Aga Khan peut égaler Marcel Boussac. Avec cinq victoires, Marcel Boussac est le plus titré des propriétaires. Son Altesse Karim Aga Khan peut le rejoindre ce dimanche grâce à Zarak (Dubawi). La casaque princière s’est imposée à quatre reprises, dont trois fois avec des mâles : Sheshoon (Precipitation), Shakapour (Kalamoun) qui avait dû partager la victoire avec Dunette (Hard to Beat), et Akarad (Labus), élevé par Marcel Boussac.