LE MAGAZINE - Grâce à Zarak, Zarkava change de dimension

Courses - Élevage / 03.07.2017

LE MAGAZINE - Grâce à Zarak, Zarkava change de dimension

 

Chère Zarkava, bienvenue dans le club très fermé des lauréates du Prix de Diane qui ont produit un gagnant de Gr1. C’est un tout petit comité qui ne compte, parmi les championnes couronnées à Chantilly, que quatre membres, cinq si on rajoute Zainta (Kahyasi), qui a produit deux chevaux de Gr1 en obstacle, Zaidpour (Red Ransom) et Zaynar (Daylami). Même en élargissant aux gagnantes des Oaks depuis 1987, on ne dépasse pas la dizaine. Mais de toute manière, les gagnants de Gr1 ne poussent pas comme les champignons après la pluie …

La vérité selon Stacelita. Il ne faut pas croire à la légende qui dit que les grandes championnes ne produisent pas bien car elles ont tout donné sur les hippodromes. Sans remonter aux grandes championnes du galop américain, avec des carrières de trente ou quarante courses, Stacelita (Monsun), nous a montré qu’on pouvait cumuler deux carrières. Cette lauréate du Prix de Diane a aussi gagné au niveau Gr1 à 4ans et 5ans. Au mois de mai, elle a encore une fois prouvé qu’une lauréate classique peut en produire une autre. La promenade de sa fille Soul Stirring (Frankel) dans les Oaks du Japon (Gr1) est une belle réponse à qui pense le contraire.

Gagner un Gr1, ce n’est pas facile. Les Grs1 sont une denrée rare. On en trouve à peine une centaine par an. En 2015, l’International Federation of Horseracing Authority a recensé 28.600 poulinières en cumulant la France, l’Irlande, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie. Si on enlève celles qui officient sur le marché de l’obstacle – un peu plus d’un tiers – on arrive à 18.000 juments. La concurrence est massive, même si les gagnantes du Diane et des Oaks ont droit aux meilleurs étalons et même si leurs rejetons bénéficient de la science des meilleurs entraîneurs. Parfois, une grande championne ne produit pas bien. Mais – sans citer de noms, je suis poli… – il s’agit de la nature qui a décidé faire une exception – qui confirme la règle –, en accord avec madame LaChance.

L’histoire de Zarkava est un exemple. Avant les débuts victorieux de Zarak XX (Dubawi), le 22 octobre 2015, on entendait déjà des bruits... « Elle a la poisse, ne donnera jamais un bon cheval. » C’était injuste et faux. Pourtant, même Federico Tesio réincarné serait capable de condamner comme poulinière une championne invaincue après trois produits qui n’ont pas vu un hippodrome. Zarkava a remis les pendules à l’heure avec Zarak. Alain de Royer Dupré a bien souligné que sans un champion comme Almanzor (Wootton Bassett), son pensionnaire aurait un Gr1 (le Jockey Club) et un Gr2 (le Guillaume d’Ornano) en plus dans son palmarès.

Zarak n’aime pas Chantilly. Une autre chose que l’entraîneur nous a apprise, c'est que Zarak n’apprécie pas le profil de Chantilly. Le poulain a couru quatre fois sans succès sur la piste cantilienne. Avec l’aide des Racing Post Ratings, on découvre qu’à Chantilly, il affiche un rating de 116 lors de sa quatrième place dans le Moulin et de 114 dans le Jockey Club. Alors que dans le Dollar (Gr2) et dans l’Ispahan (Gr1) il est resté très loin de son standard avec deux petits 109 et 93. Son succès de dimanche dans le Grand Prix de Saint-Cloud l’a poussé à 119, soit une livre au-dessus de ce qu’il avait mérité dans le Prix Ganay (Gr1). Zarkava avait couru huit fois à Longchamp et une seule fois à Chantilly, en affichant 124, sa meilleure valeur après le 129 de l’Arc de Triomphe. Si Zarak n’aime pas Chantilly, ce n’est pas à cause de sa mère…

Un indicateur surprenant. Si produire un gagnant de Gr1 est très difficile, même pour une lauréate du Prix de Diane, donner des lauréats de Groupe est plus courant. Nous avons étudié la production des vingt dernières gagnantes du Diane ayant deux produits de 3ans ou plus. La plus récente est Stacelita, la plus ancienne Lady in Silver (Silver Hawk), qui avait surpris en 1989. Les vingt championnes – il n’existe pas une gagnante médiocre du Prix de Diane – ont donné 174 produits, dont 14 ont remporté un Groupe. Cela donne 8,04 % de gagnants de Groupe par rapport aux naissances.

Les championnes font mieux que les top-étalons… Si cette réussite vous paraît normale ou moyenne, il faut la comparer avec celle des mâles. La base de données du Thoroughbred Daily News est très utile pour cela. Dubawi (Dubai Millennium) tire son épingle du jeu : 74 gagnants de Groupe sur 950 produits de l'hémisphère Nord (7,79 %), Deep Impact vient derrière avec 7,69 %, Galileo est à 7,65 %. Les héros du passé, Sadler’s Wells et Danehill, sont respectivement à 7,66 % et 7,37 %. Bref, les gagnantes du Diane ont donné un pourcentage supérieur de gagnants de Groupe que les meilleurs étalons.

Neuf sur dix ont donné un black type. Dix-huit lauréates du Diane sur les vingt de notre étude (soit 90 %) ont donné aux moins un black type. Certains ont forcément déçu. D’autres ont produit des chevaux assez bons pour remporter un Groupe mais qui n’ont jamais trouvé le bon jour et sont restés placés à ce niveau. Latice (Inchinor) et Caerlina (Caerleon), pour ne citer qu’elles, n’ont pas donné un lauréat de Groupe. Mais la première est responsable de Fencing (Street Cry), placé de Gr1, et la deuxième est la mère de La Nuit Rose (Rainbow Quest), troisième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1).

Rafha, la meilleure. Le palmarès de Rafha (Kris) au haras impressionne. Elle est la meilleure reproductrice de notre échantillon et a donné trois gagnants de Groupe, dont Invincible Spirit (Green Desert). Ce dernier est à son tour devenu un étalon de tout premier plan. Un autre de ses fils, Kodiac (Danehill) a terminé sa carrière comme placé de Gr3. Mais il est un des étalons de référence sur le marché de la vitesse. Il a en effet produit 15 gagnants de Groupe avec des poulinières médiocres et son prix de saillie est passé de 5.000 € à 50.000 €.

Le regard tourné vers l’avenir. Les gagnantes classiques ont bien sûr un chemin plus facile que beaucoup de leurs contemporaines : grands étalons, grands haras, grands entraîneurs… Mais les pedigrees ne galopent pas. Et c’est la même chose pour les herbages et les entraîneurs. Le Grand Prix de Saint-Cloud de Zarak m’a soulagé et il faut désormais regarder vers l’avenir. J’ai dénombré quatorze poulains et pouliches de 2ans issus de gagnantes du Prix de Diane et des Oaks, ainsi que  23 yearlings et déjà 9 foals. Les voici consignés dans les tableaux. Utile pour occuper un après-midi de grande chaleur.

LES 2ANS ISSUS DE LAURÉATES DE DIANE ET DES OAKS
ChevalSexePèreMèrePère de mère
SportswearmFrankelCasual LookRed Ransom
Private ViewfExceed and ExcelConfidential LadySingspiel
fNew ApproachDancing RainDanehill Dancer
TaqleedfSea the StarsEswarahUnfuwain
mDubawiGolden LilacGalileo
ClooneymDansiliLove DivineDiesis
DissipatefFrankelNebraska TornadoStorm Cat
Divine ActfFrankelRamrumaDiesis
PlusfVictoire PisaSarafinaRefuse to Bend
SuryamFrankelSariskaPivotal
Belle de NeigefElusive PimpernelSnow FairyIntikhab
Darkness FallsfWar FrontWasGalileo
Setting SailmDansiliWest WindMachiavellian
ZarkamiyafFrankelZarkavaZamindar

LES 2ANS ISSUS DE LAURÉATES DE DIANE ET DES OAKS
SexePèreMèrePère de mère
fDubawiDancing RainDanehill Dancer
mGalileoDivine ProportionsKingmambo
fKingsmanLove DivineDiesis
fDubawiQualifyFastnet Rock
fGleneaglesSnow FairyIntikhab
mDubawiTaghroodaSea the Stars
mDubawiTreveMotivator
fDubawiWest WindMachiavellian
mSiyouniZarkavaZamindar
LES YEARLINGS ISSUS DE LAURÉATES DE DIANE ET DES OAKS
SexePèreMèrePère de mère
mLope de VegaGolden LilacGalileo
mDansiliLaticeInchinor
fPivotalLook HereHernando
fDubawiLove DivineDiesis
mCandy RideNebraska TornadoStorm Cat
mFrankelRamrumaDiesis
mDeep ImpactSarafinaRefuse to Bend
fDubawiSariskaPivotal
fDeep ImpactStacelitaMonsun
fKingmanTaghroodaSea the Stars
fDubawiTalentNew Approach
mWar FrontWasGalileo
fNew ApproachWest WindMachiavellian
mInvincible SpiritZarkavaZamindar