Ludovic Rovisse : « Le but est de se montrer tout de suite »

Courses / 26.08.2017

Ludovic Rovisse : « Le but est de se montrer tout de suite »

Ludovic Rovisse : « Le but est de se montrer tout de suite »

Ludovic Rovisse, nouvel entraîneur, aura son premier partant, dimanche à Deauville. Ndesha (Tin Horse), propriété du haras de la Gousserie, sera partante dans le Prix Hôtel Barrière l’Hôtel du Golf de Deauville, handicap de catégorie divisé. Contacté par téléphone, Ludovic Rovisse nous a expliqué son parcours.

Jour de Galop. - Comment vous est venue cette passion des courses ?

Ludovic Rovisse. - Je suis issu du monde du cheval. Mon père est un ancien jockey. J’ai moi-même monté en gentleman-rider grâce à lui. Ensuite, j’ai tenté de quitter ce milieu pour aller à Taïwan, travailler dans le commerce. J’ai tenu six à sept mois et la passion des chevaux m’a rattrapé. Je suis revenu rapidement au bercail. Mon père, à l’époque, était le premier garçon de Philippe Demercastel, mon oncle. J’ai travaillé chez lui pendant dix-neuf ans, dont quinze en tant qu’assistant. Ensuite, je suis parti travailler à Dubaï, pendant deux saisons. J’ai travaillé pour Xavier Nakkachdji et Stéphane Chevalier. Ils étaient les entraîneurs de Prime Equestrian à l’époque. Puis, j’ai été l’assistant de Tony Castanheira pendant deux ans. Enfin, j’ai formé le premier garçon de Carina Fey pendant onze mois.

Pourquoi avez-vous décidé de passer votre licence ?

J’ai été sollicité par mes parents, mais aussi par des personnes extérieures. Je gère les intérêts de ma mère dans les courses hippiques depuis trois ans environ. J’ai aussi connu Kamel Chehboub chez Philippe Demercastel. Je me suis occupé de Spirit One (Anabaa Blue), lauréat de l’Arlington Million (Gr1). Sa famille a toujours cru en moi. Kamel m’a toujours dit qu’il me confierait des chevaux quand j’aurais passé ma licence. En plus de lui, j’ai des chevaux de ma mère et de Robert Bonaventure.

Avec combien de chevaux commencez-vous ?

J’ai six chevaux clef en main. Le but est de se montrer tout de suite. J’aurai des yearlings dans les mois qui arrivent.