Cobalt : Peter Schiergen suspendu neuf mois avec une mesure de sursis de cinq ans

Courses / 31.10.2017

Cobalt : Peter Schiergen suspendu neuf mois avec une mesure de sursis de cinq ans

Mardi matin, France Galop a rendu son jugement sur le cas d’Epako, un pensionnaire de Peter Schiergen testé positif au cobalt après sa victoire à Clairefontaine dans le Prix des Bleuets (réclamer), le 6 août dernier. Le poulain a été distancé. Les commissaires de France Galop ont infligé une amende de 15.000 € à Peter Schiergen qui sera aussi sanctionné « en sa qualité d’entraîneur par la suspension de son autorisation d’engager et de faire courir en qualité d’entraîneur pour une durée de neuf mois, en assortissant la durée de cette sanction d’une mesure de sursis pendant une durée de cinq ans. »

Le choix d’une sanction avec sursis. Les commissaires ont choisi une suspension avec sursis car, après une enquête vétérinaire, il a été déterminé « qu’il y a lieu, dans l’appréciation de la sévérité de la sanction, de prendre en considération le fait que la présence de cobalt a été expliquée et que les éléments du dossier ne font pas apparaître un comportement frauduleux de l’entraîneur Peter Schiergen. » L’entraîneur allemand est sanctionné pour la présence d’un taux élevé de cobalt chez son pensionnaire, mais il est aussi considéré qu’il n’y avait pas de volonté intentionnelle de dopage. Il serait donc avant tout coupable de négligence. Rappelons que le cobalt peut produire à certaines doses un effet semblable à celui de l’EPO. La présence de cobalt dans l’organisme d’Epako est liée à un complément alimentaire, le Bleedex, et Peter Schiergen a reconnu lors du jugement « qu’il aurait peut-être dû accentuer ses vérifications personnelles sur les composants et le dosage du Bleedex. »

Ce qu’implique le sursis. La mesure de sursis est incluse dans l’annexe 19 du Code des courses. Concrètement, cela veut dire que Peter Schiergen pourra continuer à entraîner. Mais si dans les cinq années qui suivent, il est en infraction sur un cas similaire, la suspension de neuf mois sera activée. La qualification d’un éventuel contrôle en "cas similaire" sera laissé à l’appréciation des commissaires de France Galop. Cela peut être un test positif au cobalt ou, au pire des cas, pour n’importe quel cas de test positif. Peter Schiergen a la possibilité de faire appel de cette décision. Pour lire l’ensemble de la décision de France Galop: 

http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/10/DEC-31-10-17-EPAKO.pdf