Philippe Jeanneret : « L’effort demandé est réellement déséquilibré au détriment de notre filière »

Autres informations / 27.10.2017

Philippe Jeanneret : « L’effort demandé est réellement déséquilibré au détriment de notre filière »

TRIBUNE LIBRE

 

Philippe Jeanneret : « L’effort demandé est réellement déséquilibré au détriment de notre filière »

Philippe Jeanneret, le président du Comité régional Nord/Île-de-France/Normandie, nous a transmis le courrier qu’il a envoyé cette semaine au président de France Galop, Édouard de Rothschild.

 

« Monsieur le Président,

Le Comité régional Nord/île de France/Normandie souhaite vous faire part de sa vive inquiétude concernant les choix arrêtés par votre Conseil d’administration sur la prochaine baisse des allocations. Celle-ci est, semble-t-il, inéluctable après quatre années de déficits cumulés à hauteur de 121 millions d’euros !

L’effort du retour à l’équilibre budgétaire est indispensable. Mais, pour notre instance, l’effort demandé est réellement déséquilibré au détriment de notre filière et de ceux qui la font fonctionner au quotidien : les propriétaires français qui voient leurs primes réduites, les éleveurs qui comprennent mal la remise en cause d’un système favorisant l’étalonnage sur notre sol et, bien entendu, les entraîneurs pénalisés par la baisse des frais de transport et par la restriction des courses PMH.

Plus globalement, vos choix s’attaquent à une force de notre modèle, la base de la pyramide, celle qui fait les partants, donc la recette. En effet, on perçoit une politique qui aura des effets pernicieux sur notre avenir. Qu’en sera-t-il pour beaucoup de nos professionnels si la déflation de nos effectifs s’accélère ? Ceux qui sont en situation financière précaire pourront-ils survivre ?

Mais puisque vous avez décidé de faire des choix politiques clivants, une question essentielle se pose : avez-vous étudié attentivement les mesures d’impact de vos décisions ? Quel impact sur les partants, les enjeux, les naissances… ? La réponse, hélas, c’est que vos choix sont effectués non pas en fonction de l’intérêt général, mais sur des positions partisanes. En tout état de cause, la seule position raisonnable serait :

– d’appliquer un taux de baisse homogène sur l’ensemble des allocations ;

– de présenter un vrai plan de réduction des coûts de notre maison mère ;

– de mettre le PMU plus fortement à contribution.

En conclusion, Monsieur le Président, sachez entendre la forte désapprobation de notre comité et son souhait de vous voir revenir sur vos propositions.

En vous remerciant de votre attention, recevez nos considérations distinguées. »