TRIBUNE LIBRE - L’histoire des "conçus - non conçus

Courses - Institution / Ventes - Élevage / 30.10.2017

TRIBUNE LIBRE - L’histoire des "conçus - non conçus

France Galop a annoncé dans la soirée que la différenciation "conçu - non conçu" était conservée. David Powell nous a envoyé plus tôt dans la journée ce texte sur l’origine de ce concept, que nous publions.

Par David Powell

« J'ai énormément d'estime pour Georges Rimaud comme pour Jean-Pierre Deroubaix, et j'admire le travail qu'ils font pour l'intérêt général, aussi bien l'un que l'autre. L'idée de la différenciation des "conçus - non conçus" fut d'abord émise par Henri Bureau ; à l'époque j'ai été son principal avocat au Syndicat des éleveurs, et je suis donc un peu "responsable" du débat qui empoisonne, depuis sa mise en œuvre, les relations entre éleveurs.

Je voudrais faire valoir ceci :

- Toutes les primes accordées aux éleveurs, partout dans le monde, sont octroyées en fonction du lieu de stationnement du père ; je sais qu'en France nous faisons tout mieux que les autres, mais enfin quand même...

- De dire que l'on "pénalise" ceux qui font saillir à l'étranger, c'est inexact : c'est une prime modulée que l'accorde, et non une taxe que l'on fait payer ! Il s'agit donc d'un abus de langage, comme celui de dire que d'imposer un peu moins les entreprises, c'est un "cadeau" qui leur est fait : ne pas confondre prendre plus, ou donner moins....

- À l'époque, le parc étalon français faisait pitié et j'avais trouvé le différenciel insuffisant pour être pleinement efficace ; pourtant la "reprise" a été rapide et constante à la suite de sa mise en pratique ... Moi-même, j'ai du mal à y croire…

- Le léger différenciel du taux de prime, est-ce vraiment un handicap par rapport aux avantages commerciaux du parc étalon irlandais (qui s'est développé, rappelons-le, en partie grâce à un régime fiscal à l'opposé du nôtre) ?

- Cela influence-t-il de manière significative les décisions des éleveurs qui vont mieux vendre leurs produits, ou les élevages classiques qui percevront davantage de gains, donc de primes aux propriétaires et aux éleveurs dans l'absolu ?

- Une telle broutille valait-elle vraiment la peine pour les grands élevages de quitter, en claquant la porte, une Fédération qui continue à défendre leur interêt autant que celui des cotisants ? La vaccination obligatoire pour la rhinopneumonie, que nous réclamons depuis longtemps, est encore un exemple récent du travail que la Fédération fait pour nous.

- Sans parler que de vouloir revenir sur une mesure aussi populaire a mis les étalonniers et beaucoup d'éleveurs du côté des partisans de l'assistanat et de la médiocrité à Saint-Cloud, et contribué au scénario honteux auquel nous avons dû assister. »