LE BLOC NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Les 48 h de l’obstacle 2017 : un très grand week-end qui a tenu ses promesses

Courses / 07.11.2017

LE BLOC NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Les 48 h de l’obstacle 2017 : un très grand week-end qui a tenu ses promesses

 

Les 48 h de l’obstacle 2017 nous ont fait vibrer d’un bout à l’autre du week-end. Retour sur ce qu’il faut retenir de ce grand événement, en termes sportifs, et sur un aspect qui donnerait un plus pour les futures éditions.

Pourquoi ne pas relancer les clubs de supporters ?

Il y a une quinzaine d’années, il y avait de nombreux clubs de supporters qui se déplaçaient à Auteuil depuis nos provinces françaises pour soutenir Karly Flight, Jerico Vallis et bien sûr Al Capone II. C’était l’occasion de se retrouver et d’échanger entre fans, tout en remplissant facilement l’hippodrome. Et là, je m’adresse aux passionnés d’obstacle : pourquoi ne pas relancer ces clubs ? On pourrait en imaginer un pour Milord Thomas (Kapgarde), dont la popularité est très importante et qui est entraîné dans une région à forte connotation hippique. Mais il pourrait y en avoir d’autres en Charente-Maritime pour supporter les Royannais et l’armada de Saint-Augustin, dans l’Ouest, et bien sûr à Chantilly et Maisons-Laffitte. Cela donnerait l’occasion, pourquoi pas, de faire venir des villages du terroir français pour les grandes réunions d’Auteuil. L’obstacle a l’avantage de pouvoir avoir des héros qui durent et une forte communauté de passionnés en province. Servons-nous en !

Le succès des jeunes étalons français

Les jeunes étalons français ont réalisé un grand week-end à Auteuil avec les succès de Doctor Dino (Master Dino XX) dans le Prix Cambacérès (Gr1) et de Kamsin (On the Go XX) dans le Prix Maurice Gillois - Grand Steeple-Chase des 4ans (Gr1). Cela prouve que le parc étalon d’obstacle français n’est pas aussi pauvre que certains le disent.

Le show AQPS d’Auteuil

Il y avait six Groupes au menu des 48 h de l’obstacle 2017 et trois d’entre eux ont été remportés par des AQPS, le Prix La Haye Jousselin, le Grand Prix d’Automne (Grs1) et le Prix Congress (Gr2). Les deux temps forts du week-end sont revenus à Bipolaire (Fragrant Mix) et Alex de Larredya (Crillon), les deux champions entraînés par François Nicolle. Le Prix Congress a été remporté par Échiquier Royal (Martaline). De quoi faire une très belle publicité pour la race AQPS, indispensable au bon déroulement de la discipline de l’obstacle. Bipolaire et Alex de Larredya sont comme les AQPS d’antan qui ne faisaient que progresser avec l’âge et n’arrivaient à leur zénith qu’à 5 ou 6ans. La Haye Jousselin n’était plus revenue à un AQ depuis les deux victoires de Rubi Ball (Network) en 2010 et 2011. Quant au Grand Prix d’Automne, le dernier AQPS au palmarès était Questarabad XX (Astarabad) en 2009 et 2010. Cela situe un peu mieux la valeur de Bipolaire et d’Alex de Larredya qui sont partis pour durer.

Échiquier Royal est, lui, l’AQPS moderne. Précoce, il a gagné le Prix Rush, première épreuve sur les haies pour les 3ans à Auteuil, puis il est devenu samedi le premier AQPS à enlever le Congress. Surdoué, le poulain de la famille Papot a été impressionnant.

Dans ces trois Groupes remportés par les AQPS, les meilleurs du jour ont gagné, d’autant que les rythmes ont été très sélectifs avec des réductions kilométriques de 1’10 pour le Grand Prix et le Congress et de 1’14 pour La Haye Jousselin.

Whetstone, certainement la meilleure 3ans

Avec les Prix Cambacérès (Gr1) et Bournosienne (Gr3), nous avons vu ce qui se fait de mieux chez les 3ans, poulains et pouliches. Qui est donc le meilleur 3ans français ? C’est bien une question de journaliste ! Mais elle mérite d’être posée car le gagnant du Cambacérès, Master Dino (Doctor Dino), et la lauréate du Bournosienne, Whetstone (Saint des Saints), ne s’affronteront qu’en 2018 normalement. Une chose est sûre, les meilleurs hurdlers de 3ans sont chez Guillaume Macaire qui a fait le jumelé de la Grande Course de Haies des 3ans avec Tunis (Estejo). Visuellement parlant, la pouliche de Magalen Bryant me paraît être la plus impressionnante. D’autant plus que la réduction kilométrique est meilleure dans le Bournosienne (1’09) que dans le Cambacérès (1’10). C’est aussi le cas pour les temps des deux courses (4’09 chez les pouliches et 4’13 chez les poulains). Mais il demeure que Master Dino est en progrès et est fait lui aussi pour durer. D’une part parce qu’il est issu d’un étalon qui donne des produits qui vieillissent bien (Doctor Dino). Et d’autre part, parce que sa tactique qui consiste à venir fusiller ses rivaux en fin de parcours, après avoir attendu, devrait lui permettre de faire une longue carrière.

La boucle est bouclée avec On the Go

Le Prix Maurice Gillois - Grand Steeple-Chase des 4ans (Gr1) était le dernier Gr1 sur le steeple qui manquait à la famille Papot. Cette dernière avait déjà remporté le Grand Steeple avec Bel la Vie (Lavirco) en 2013, La Haye Jousselin (Gr1) avec Rubi Ball (Network) en 2010 et 2011 ainsique le Prix Ferdinand Dufaure (Gr1) en 2009 avec ce même Rubi Ball et en 2014 avec Fleur d’Ainay (Poliglote). On the Go (Kamsin) a bouclé la boucle. Et cerise sur le gâteau, ce succès a eu lieu avec Guillaume Macaire et Benoît Gabeur, les deux hommes qui ont joué un grand rôle dans le développement de la casaque.

A-t-il la pointure pour remporter un Grand Steeple ? Depuis 2013, le Grand Steeple des 4ans a été prolifique en premier plan, donnant deux lauréats du Grand Steeple, So French (Poliglote) et Milord Thomas (Kapgarde), et un troisième, Carriacou (Califet). J’ai le sentiment qu’On the Go a le potentiel pour accrocher un Grand Steeple. Il a tout pour lui et en premier lieu la classe. Dimanche, il a gagné en patron. Il a pris les commandes après la rivière du huit et ses sauts (même s’il est parti de loin sur la rivière des tribunes) ont été impeccables. Sa grande action en a écœuré plus d’un jusqu’à celui qui était le leader des 4ans en tout début d’année, Edward d’Argent (Martaline). Côté pedigree, On the Go est né pour faire un grand steeple-chaser puisqu’il est le neveu d’une certaine Perfect Impulse (Poliglote), deuxième du Grand Steeple et troisième de la Haye Jousselin. Enfin, ce qui ne gâche rien, il a un physique magnifique avec un port de tête assez haut, une grande action et une robe foncée qui attire l’œil.

Désir Apple’s et Roxinela, deux noms à retenir

Ce n’était pas un Groupe, mais le Prix Oenas, disputé samedi, avait réuni certains poulains avec un excellent profil. C’était le cas du deuxième, Désir Apple’s (Saddler Maker). Fautif à deux reprises en face, il est revenu terminer vite pour échouer de peu face au retour de Red Rocky (Rock of Gibraltar). Ce frère du champion Rhialco XX (Dom Alco) est doté d’un très grand modèle et il est donc tardif. À terme, il pourrait faire un cheval de Groupe. C’est aussi le cas de Roxinela (Muhtathir) qui est plus précoce que Désir Apple’s. Dimanche, elle a remporté le Prix Bernard Secly (L) avec une belle aisance. Il s’agit de la troisième victoire cet automne de la fille de Grivette (Antarctique) et certainement pas la dernière. Elle ne devrait pas terminer sa carrière sans au moins un succès de Groupe.