Highland Reel, un remplaçant… irremplaçable

Courses / 11.12.2017

Highland Reel, un remplaçant… irremplaçable

Par Franco Raimondi

Il y a vingt ans, même un peu plus, j’avais un ami quadrupède. Un équidé pour être plus précis. Son nom ? Luso (Salse). On se retrouvait sur les hippodromes du monde entier. Si, pour quelque raison, j’avais raté le déplacement, mon ami le cheval regardait autour du rond de présentation et demandait à mes confrères : « Il est où, Franco ? » Et si Luso n’était pas là, à mon tour je demandais à ses confrères ou à son entraîneur Clive Brittain – je ne suis pas très fort dans la langue des chevaux – des nouvelles de mon ami. L’amitié n’est pas exclusive et, quelques années plus tard, j’ai trouvé un autre ami, Jim and Tonic (Double Bed), qui foulait les pistes de tous les continents. Le regarder passer au galop de chasse, avec ses bandages orange fluo, heureux comme un enfant à Eurodisney, me donnait envie de voyager. Mon Falbrav (Fairy King) adoré était plus sérieux. Il ne pensait qu’à son boulot mais on a quand même bien rigolé ensemble…

Mon héros méconnu. J’ai un peu vieilli et j’ai réduit la fréquence de mes voyages. J’ai raté une amitié possible, celle avec Highland Reel (Galileo). Je ne l’ai vu que trois fois en chair et en os. C’est très peu, mais je n’ai jamais manqué une de ses courses. Pourquoi ? Parce que je suis un grand supporter des mal aimés, des deuxièmes lignes, du remplaçant qui arrive du banc et marque le but décisif. Le champion adulé par tous n’est pas intéressant. Je lui préfère le héros méconnu. Mon ami Highland Reel a bâti une grande carrière de héros méconnu.

Du banc des remplaçants… Chez Ballydoyle, lors de la saison classique, il était l’un des remplaçants, assigné à l’équipe B, celle pour la Poule d’Essai et le Prix du Jockey Club. Il ne s’en était pas si mal sorti, avec une deuxième place qui reste le meilleur classement de Ballydoyle dans le French Derby. Il est passé ensuite par les Grs3 avant de se servir de son passeport. Il arrive souvent qu’Aidan O’Brien choisisse l’un de ses 3ans, pas assez bon pour les Grs1 en Europe, pour l’exploiter autour du monde. Le premier déplacement est souvent le Belmont Derby ou les Secretariat Stakes (Gr1) à Arlington. C’est dans le très joli hippodrome inventé par D. Richard Duchossois que Highland Reel a remporté son premier Gr1.

… Aux grands voyages. Il n’a alors plus arrêté de voyager : un coup à la maison, et après l’Australie face à Winx (Street Cry), et le premier Longines Hong Kong Vase gagné à 3ans en fin de saison. Un petit break d’hiver et encore Meydan, Sha Tin, Royal Ascot, le premier Arc à Chantilly… De 3 à 5ans, il a disputé 24 courses et n’a eu droit à Ryan Moore que 15 fois. Ballydoyle avait souvent un meilleur élément que lui dans la course…

N’empêche. Il a remporté 7 Grs1 sur trois continents différents. Pas suffisant pour les parieurs, puisqu’en 27 sorties, il n’est parti favori que 9 fois, ce qui est très peu pour un cheval avec son palmarès. Même lors de ses débuts (deuxième d’un maiden à Leopardstown), le premier jockey de Ballydoyle – Joseph O’Brien à l’époque – montait un autre cheval, US Navy Seal, qui avait terminé dernier…

Il a dépassé Fighting Cirrus. En début d’année, Highland Reel était troisième dans le classement des chevaux européens les plus riches de tous les temps (en livres). Le leader, avec 6.179.490 £, était alors Cirrus des Aigles (Even Top). Il lui fallait gagner un peu plus de 833.000 £ pour passer en tête. C’était jouable mais pas garanti. Highland Reel devait gagner une grosse course (Sheema Classic, Arc de Triomphe, Breeders’ Cup Turf ou Hong Kong Vase). L’histoire n’a pas bien commencé. Il a mal couru à Meydan, il n’a pas disputé l’Arc, il est tombé sur du terrain lourd à un moment décisif de la saison. Mais Highland Reel a dépassé Cirrus avec sa troisième place dans le Longines Breeders’ Cup Turf, et il a tiré sa révérence avec 7.513.355 £ de gains. Champion !

Le classement des chevaux européens les plus riches
ChevalNé enPaysNb d'années de compétitionCoursesVictoiresGrs1Record à l'étrangerPays différents
Highland Reel2012Irlande42710722 c. 9v.7
Cirrus des Aigles2006France86722616 c. 3 v.5
Trêve2010France413961c. 0 v.2
Gloria de Campeao2003France5259214 c. 4v.5
Dunaden2006France74610318 c. 4v.7
Found2012Irlande4216311 c 3v.4

 

Winx, la plus riche du monde

La championne australienne Winx (Street Cry) est la plus riche du monde des chevaux encore en activité. Depuis la parution de la liste compilée en juin par notre confrère James Crispe de l'International Racing Bureau (cliquez sur ce lien : https://www.thoroughbredracing.com/articles/worlds-all-time-highest-earning-thoroughbred-racehorses/), la pensionnaire de Chris Waller a fait monter son compte en banque de 6.796.479 £ à 8.395.599 £. Elle a gagné ses cinq courses disputées durant le printemps australien et il lui reste encore des objectifs à la maison avant de voyager en Europe. Son adversaire est Gun Runner (Candy Ride) qui est arrivé à 7.052.950 £ après la Breeders’ Cup Classic. S’il gagne lors de sa dernière sortie avant de partir au haras, il parviendra à près de 12,5 millions de livres, pas assez pour surpasser Arrogate (Unbridled’s Song). Un deuxième succès dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe ne suffira pas à lui seul pour qu'Enable (Nathaniel), qui en est à 3.809.380 £, batte le record de Highland Reel.

 

Les records avant les allocations mammouth. Les records sont faits pour être battus, on le sait. Les champions qui ont couru avant l’époque des allocations mammouth auraient eu des comptes bien plus riches aujourd’hui. On a joué un peu avec les chiffres. Singspiel (In the Wings) a terminé sa carrière en 1997 avec 3.651.270 £, dont 2.2501.000 £ pour ses deux succès dans la Dubai World Cup et la Japan Cup. Avec les allocations offertes cette année à Meydan et Tokyo, il aurait dépassé les huit millions de livres. Mon ami Falbrav avait quitté les pistes avec 3.837.108 £ à la fin de son année de 5ans. Luca Cumani était persuadé qu’il aurait fait une autre grande saison et enrichi son compte en banque. Les allocations actuelles auraient poussé Jim and Tonic – Sha Tin lui a rendu hommage avec une course à son nom dimanche – bien plus haut que ses 3.118.996 £. Et Cirrus ? Combien aurait-il pris en places, même sans gagner, si l’Arc de Triomphe ne lui avait pas été interdit ?

Mais ce qui reste, en acte final de la saison 2017, c’est bien le record d'Highland Reel. Et surtout ne lui dites pas qu’il a été chanceux. Il commencerait à transpirer et il vous enverrait un coup de pied bien mérité.