PRIX FERDINAND RIANT - Et de trois pour Chaouia !

Courses / 18.02.2018

PRIX FERDINAND RIANT - Et de trois pour Chaouia !

PAU, DIMANCHE

 

Ils étaient huit concurrents à s’affronter dans ce Prix Ferdinand Riant, épreuve considérée comme la "consolante" du Grand Cross de Pau. Pourtant, il n’y avait qu’un concurrent cette année qui venait de participer au Grand Cross, à savoir Chicname de Cotte (Nickname). Et c’est l’AQPS Chaouia (Dream Well), grande favorite, qui s’est imposée de toute une classe. Après avoir patienté à l’arrière-garde côté corde, la pensionnaire d’Antoine de Watrigant s’est rapprochée de la tête à l’abord de la nouvelle banquette et s’est retrouvée dans le dos de Net Lady (Network), qui avait pris les commandes de la course. Les deux juments se sont ensuite détachées du reste du peloton et Chaouia a facilement débordé son adversaire dans le tournant final, s’imposant de dix-neuf longueurs devant la pensionnaire d’Emmanuel Clayeux.

« C’est une championne qui bat une autre championne ! » Antoine de Watrigant, entraîneur de la lauréate, nous a déclaré : « J’ai le sentiment du devoir accompli. J’ai dressé Chaouia sur le cross car elle était un peu barrée en steeple. Elle s’est montrée très douée dans cette nouvelle discipline. C’est une championne qui bat une autre championne [Net Lady, ndlr] ! Quand Jonathan Plouganou est revenu de la course, il l’a présentée au public comme si elle venait de gagner le Grand Cross : cela veut tout dire ! À présent, elle va partir au repos. Elle n’a que 6ans et il faut la préserver. Vous la reverrez à Pau durant le prochain meeting. » Chaouia reste donc invaincue en trois parcours sur le cross, elle qui avait auparavant gagné sur le steeple de Toulouse.

La famille d’Antoing. Chaouia a été élevée par l’écurie Maulepaire, qui est également son propriétaire en association avec Antoine de Watrigant. Sa mère, Djurjura (Akarad), n’a jamais gagné mais a pris de nombreuses places en steeple et en cross. Elle a notamment décroché une quatrième place dans le Prix Anjou-Loire Challenge (L). Djurjura ne compte que des gagnants dans sa production, dont la prometteuse Ecbatane (Balko), qui vient de faire des débuts fracassants sur les haies paloises. La deuxième mère de Chaouia, Bekkaria (Clafouti), a produit Beni Abbes (Saint des Saints), lauréate en plat, en haies et en steeple, laquelle a produit Antoing (Turgeon), quintuple vainqueur en obstacle dont le Prix Adrien Besnouin à Auteuil, déjà sous la férule d’Antoine de Watrigant. Cette très bonne souche anglo-arabe a également donné Azertyuiop (Baby Turk), lauréat du Queen Mother Champion Chase et de l’Arkle Challenge Trophy Chase (Grs1), Bipbap (Dom Pasquini), gagnant du Prix Maurice Gillois (Gr1), et Still Loving You (Poliglote), deuxième du Prix Maurice Gillois (Gr1)…

Northern Dancer
Sadler’s Wells
Fairy Bridge
Dream Well
Alleged
Soul Dream
Normia
 CHAOUIA (F6)
Labus
Akarad
Licata
Djurjura
Clafouti
Bekkaria
Charabia