GRAND NATIONAL DE LIVERPOOL (GR3) - L’extraordinaire bravoure de Tiger Roll lui offre un Grand National

Courses - International / 14.04.2018

GRAND NATIONAL DE LIVERPOOL (GR3) - L’extraordinaire bravoure de Tiger Roll lui offre un Grand National

GRAND NATIONAL DE LIVERPOOL (GR3)

L’extraordinaire bravoure de Tiger Roll lui offre un Grand National

« À 4ans, il a gagné le Triumph Hurdle (Gr1), puis il s’est imposé en cross et aujourd’hui, il a remporté le plus Grand Steeple-Chase du monde… » Comme l’a souligné son propriétaire, Michael O’Leary, Tiger Roll (Authorized) a un itinéraire peu commun puisqu’il a montré de la précocité, gagnant le Triumph Hurdle à l’âge de 4ans. Rallongé et passé sur le cross, il venait de remporter l’étape de la Crystal Cup lors du Festival de Cheltenham. Pour sa première participation au Grand National de Liverpool (Gr3), il s’est imposé courageusement. Ce qui est peu commun également, c’est la taille de Tiger Roll. Il doit être l’un des plus petits gagnants de ce mythique handicap. Et pourtant, il saute des obstacles deux fois plus grands que lui et il donne son cœur sur la piste. Une nouvelle fois, c’est ce qu’il a fait. Après avoir patienté au centre du peloton, il s’est rapproché après le second saut du Canal Turn. Puis il a pris les commandes dans le tournant final et il s’est détaché après le dernier fence. D’ailleurs, il a creusé l’écart et a donné l’impression de pouvoir l’emporter de plusieurs longueurs. Mais son dauphin Pleasant Company (Presenting) a terminé très fort pour échouer de peu. Après développement de la photographie, c’est Tiger Roll qui a été déclaré vainqueur. Il a ainsi offert un deuxième Grand National à son entraîneur Gordon Elliott, après sa victoire en 2007 avec Silver Birch, et à son propriétaire Michael O’Leary (Gigginstown House Stud) qui l’avait gagné en 2016 avec Rule the World. Mais c’était une première pour son jockey Davy Russell, ancien premier jockey de Michael O’Leary.

Gordon Elliott, premier et troisième. En très bonne position pour accrocher le titre de Champion Trainer en Irlande, Gordon Elliott a donc gagné avec Tiger Roll, mais il a aussi pris la troisième place avec Bless the Wings (Winged Love). Il a déclaré : « J’étais nerveux. Je pensais que c’était fait, mais le deuxième a fini vite. Je vais vraiment apprécier la victoire maintenant. Tiger Roll est un cheval incroyable. Je me suis battu avec Michael O’Leary pour qu’il conserve ce cheval et ne le mette pas en retraite. C’est génial pour Davy Russell qui a perdu sa mère et est devenu père la semaine dernière… J’étais inquiet par l’état du terrain, mais j’ai été surpris par la facilité avec laquelle il a tracé son parcours. » Davy Russell a ajouté : « Tiger Roll est très économique dans ses sauts. Toute l’écurie a fait un travail merveilleux avec lui. Je tiens à dédier cette victoire à Pat Smullen» Tête de liste des propriétaires, entraîneurs et jockeys lors du Festival de Cheltenham, Michael O’Leary, Gordon Elliott et Davy Russell auront réalisé, quoi qu’il arrive, une saison exceptionnelle avec ce succès dans le Grand National qui vient parachever leur saison grandiose.

Les quatre premières places pour l’entraînement irlandais. Dans la lignée de Cheltenham, l’Irlande a fait une razzia à l’arrivée de ce Grand National en prenant les quatre premières places. Milansbar (Milan), associé à Bryony Frost, a fini cinquième, sauvant l’honneur anglais.

Anibale Fly, le meilleur français. L’élève de la famille Baty et de Freddy Lemercier, Anibale Fly (Assessor) a réalisé une très belle course dans ce Grand National 2018, après sa troisième place dans la Cheltenham Gold Cup (Gr1). Toujours bien placé derrière les animateurs, l’AQPS de John-Patrick McManus a fait un bel effort dans le tournant final en dehors. Effort qu’il a poursuivi pour se classer quatrième. Il a été le meilleur français. Ucello Conti (Martaline) a dû animer la course après le premier passage du Becher’s Brook. Il a fait bonne contenance, mais après une faute au second passage du Canal Turn, il a fait tomber son jockey Daryl Jacob suite à une autre erreur à cinq obstacles de la fin. Saint Are (Network) est tombé, gêné par un rival, au passage de The Chair.

Une souche et un père français. Tiger Roll n’est pas un french bred, mais sa famille maternelle est française. En effet, sa deuxième mère On Air (Chief Singer) s’est placée de Listed sur 2.400m en France. Exportée en Angleterre en 1992, elle a gagné sur les claies d’Haydock avant de produire Swiss Roll (Entrepreneur), elle aussi à l’arrivée de courses principales en plat et mère de Tiger Roll. Son père Authorized (Montjeu), qui fait la monte au haras du Logis, a prouvé qu’il était capable de produire au meilleur niveau en plat et sur les obstacles.