TRIBUNE LIBRE - Le miroir aux alouettes

Courses / 06.04.2018

TRIBUNE LIBRE - Le miroir aux alouettes

TRIBUNE LIBRE

 

Le miroir aux alouettes

Par Patrice Renaudin, propriétaire et éleveur,

ancien directeur de la Fédération des éleveurs

 

« Dans le dernier numéro de Grain de Sel, l’association Paris-Province se réjouit de ce que l’espérance de gains d’un cheval médiocre soit inférieure à celle d’un bon cheval de plat… et de relever qu’elle n’est que de 3.400 € par an pour une valeur inférieure à 25 alors qu’elle est par exemple de 49.500 € entre 45 et 50… Encore heureux ! Mais est-il judicieux de maintenir un programme pour des chevaux qui rapporteront en moyenne moins de 290 € par mois ? C’est inciter des propriétaires à conserver des chevaux qui les ruinent à coup sûr ! Même remarque pour les chevaux de valeur comprise entre 20 et 25 et qui affichent une moyenne de gains annuels de 6.400 € !

À l’inverse, n’offrir que 9.700 € aux valeurs comprises entre 25 et 30, et 16.100 € entre 30 et 35, c’est ne pas équilibrer leurs comptes alors que ces chevaux sont de bonne qualité et appartiennent le plus souvent à des "petits" propriétaires. Il faudrait d’ailleurs arrêter de caricaturer ainsi ces propriétaires qui rêvent, comme les "grands", d’avoir un crack, ce qui leur arrive parfois alors que le détenteur d’une Peugeot 206 ne peut pas rêver de doubler une Ferrari ! Pour rester dans une comparaison automobile, même si nous préférons nos chevaux de course aux chevaux-vapeur, quand on a une voiture qui ne dépasse plus les 90 km/h et dont l’entretien est coûteux, on en change pour un modèle susceptible de "taper" le 180, surtout si l’entretien est gratuit.

Moralité : augmentons l’espérance de gains pour les 25 et plus et rangeons le miroir aux alouettes. Progressivement bien sûr, mais sans traîner quand même… »

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.