CHURCHILL COOLMORE PRIX D’ISPAHAN (GR1) - Recoletos et Señor Peslier prennent rendez-vous pour Royal Ascot

Courses / 27.05.2018

CHURCHILL COOLMORE PRIX D’ISPAHAN (GR1) - Recoletos et Señor Peslier prennent rendez-vous pour Royal Ascot

PARISLONGCHAMP, DIMANCHE

Pour les amoureux des courses, il est Magic Peslier. Pour les Japonais, il est Peslier-San. Pour nous, ce dimanche, il a été el Senor Peslier avec Recoletos (Whipper), un "FR" à l’accent espagnol. La victoire de Recoletos dans ce Churchill Coolmore Prix d’Ispahan est arrivée grâce à la combinaison de deux éléments. Tout d’abord la qualité du poulain : Recoletos est bon, très bon. Ensuite, l’inspiration de son jockey qui a su se sortir d’un déroulement de course inattendu.

Il n’était en effet pas prévu que Recoletos marque un temps d’arrêt à l’ouverture des stalles et se retrouve dernier. Olivier Peslier, avec son flegme légendaire, n’a pas paniqué. Il a attendu, avant, de faire le choix de se rapprocher le long de la corde dans la fausse ligne droite, sachant très bien que l’open stretch n’attendait que lui à la sortie du tournant. Dans la ligne droite, Recoletos et Olivier Peslier ont ensuite dû compter sur l’animateur, Almodovar (Sea the Stars), qui leur est passé sous le nez en allant chercher l’appui de la corde. Le jockey n’a pas paniqué : un coup de guidon à droite et hop, le voilà à l’extérieur d’Almodovar. Recoletos a bien répondu et s’est allongé, passant son rival pour s’imposer par une longueur trois quarts. Almodovar conserve une nette deuxième place, deux longueurs devant Trais Fluors (Dansili).

Recoletos, un nouveau départ sur le mile. Cette saison 2018 est en quelque sorte un nouveau départ pour Recoletos. L’an passé, il a été l’un des meilleurs 3ans français, survolant le Prix Greffulhe (Gr2) devant Waldgeist (Galileo), puis se classant excellent troisième du Qipco Prix du Jockey Club (Gr1). À l’automne, il a ajouté un nouveau Groupe à son escarcelle en remportant le Prix du Prince d’Orange (Gr3), avant de conclure quatrième en terrain lourd des Champion Stakes (Gr1). Ce dimanche, il a remporté son premier Gr1 et Carlos Laffon-Parias, son entraîneur, a dit : « Peut-être aurait-il déjà remporté son Gr1 si nous l’avions raccourci auparavant… »

Le passé, c’est le passé, et Recoletos a tout l’avenir devant lui. L’avenir d’un excellent miler. Il va tenter de marcher dans les traces de Solow (Singspiel), Goldikova ** (Anabaa) ou encore Valixir (Trempolino), qui ont réussi le doublé "Prix d’Ispahan & Queen Anne Stakes". Ce sera un nouveau défi à Royal Ascot pour ce représentant de Darpat France, qui devra évoluer sur la ligne droite. Carlos Laffon-Parias, son entraîneur, nous a dit : « Aujourd’hui, il est mal parti et Olivier Peslier a dû changer de tactique. Mais le poulain a été suffisamment bon pour s’imposer malgré cela. Les Queen Anne Stakes sont la suite logique, si tout va bien d’ici là. Je n’ai pas trop le choix du programme en France, à moins d’attendre août et le Prix Jacques Le Marois (Gr1). »

Bonne performance d’Almodovar. Grand et puissant cheval, Almodovar prend une bonne deuxième place. Le pensionnaire de Roger Chartlon restait sur une quatrième place au mois d’avril, dans un Gr2 à Sandown, pour sa grande, très grande rentrée… Almodovar a en effet été longtemps arrêté suite à une blessure dans les Doonside Cup Stakes (L), en septembre 2016, à Ayr. Il faut plonger loin dans sa mémoire pour se souvenir qu’il avait conclu troisième des Hardwicke Stakes (Gr2 - 2.400m) en 2016, derrière Dartmouth (Dubawi) et un certain Olivier Peslier !

Ce Prix d’Ispahan est peut-être le début d’une renaissance pour Almodovar, qui peut espérer tracer son chemin sur 1.600m. Roger Charlton, son entraîneur, nous a dit : « Nous sommes ravis. Il était resté treize mois sans courir, c'est un sacré effort que nous lui demandions aujourd'hui. Il est difficile de retrouver un cheval après tant de temps. Les conditions étaient difficiles à Sandown en dernier lieu. Aujourd’hui, il l'a fait sur sa classe et sa vitesse. Je pense que la distance de ce Prix d’Ispahan était sûrement trop longue : il est certainement plus un cheval de mile. Nous avons un bon sujet mais le gagnant est meilleur. Nous gardons les options ouvertes. »

Une histoire de famille. Dario Hinojosa (Darpat France) était présent avec son épouse, ce dimanche à ParisLongchamp, pour assister à la démonstration de son élève et représentant Recoletos. La souche maternelle de Recoletos, qui porte le nom d’une promenade madrilène, est dans la famille Hinojosa depuis plus de vingt ans. Tout est parti de Sharata (Darshaan), la troisième mère de Recoletos, achetée à Son Altesse l'Aga Khan. Dario est "entré" dans la famille à partir de la deuxième mère, Pharatta (Fairy King). Dario Hinojosa  nous a confié : « Je l’ai achetée en 1996 alors qu’elle était yearling. Elle était présentée par mon frère Felipe. Même si elle était petite, j’aimais beaucoup son pedigree. Mon frère m’avait dit qu’il avait placé un prix de réserve et qu’il n’en voulait pas moins. Elle a été très bonne en compétition, en gagnant notamment le Prix de Sandringham, qui était alors un Gr3, et s’est ensuite imposée au niveau Groupe aux États-Unis. Pharatta a donné Highphar (Highest Honor), la mère de Recoletos. »

Le choix de la France. Dario Hinojosa a donc choisi Whipper pour produire Recoletos. « C’était un croisement qui me paraissait bon. J’aime beaucoup étudier les pedigrees et je me disais que Whipper serait très bien pour Highphar car leur alliance offrait des inbreedings intéressants. J’élève pour faire courir et ne me soucie donc pas de l’aspect commercial. Et puis je m’appuie aussi sur l’avis d’Alan Porter qui est un spécialiste des pedigrees. Il m’aide et me commente les croisements qui vont bien. » C’est en Normandie que Dario Hinojosa a développé son élevage. Il se situe à Valsemé, au haras de Saint-Isidro, dans le Calvados, qu'il a acquis en 2008. Il n’a pas de chevaux de course ou d’élevage en Espagne et ne suit pas assidument l’actualité hippique ibérique. « J’ai une dizaine de poulinières au haras de Saint-Isidro. Nous avons des prés extraordinaires et le lieu est phénoménal. Ce nom a une triple signification. Avec mon frère, nous avons eu en Espagne la Cuadra San Isidro. De plus, San Isidro est le patron de la ville de Madrid où nous habitons [d’où la féria de San Isidro qui a lieu aux alentours du 15 mai, ndlr] et il y a l’hippodrome argentin de San Isidro. J’aime beaucoup Deauville et la région qui sont des endroits extraordinaires. Les courses et l’élevage ont toujours été ma passion et j’ai continuellement rêvé de posséder et d’élever un champion. J’ai acheté mes premiers chevaux de course avant de me lancer dans l’élevage il y a vingt ans. J’ai commencé avec Pharatta, puis j’ai poursuivi avec Ronda (Bluebird) qui a gagné les Falmouth Stakes (Gr2) et le Prix de Sandringham (Gr3). J’ai toujours cherché à avoir une petite opération d’élevage, avec des critères basés sur la compétition et non sur l’aspect commercial. Pour moi, c’est un hobby, une passion avant tout. Tous mes chevaux sont en France. » Dario Hinojosa a eu trois gagnants de Gr1 parmi lesquels Chinchon (Marju), vainqueur de la Singapore Cup et des United Nations Stakes (Grs1). Il a aussi élevé Istan (Gone West), lauréat de Groupe aux États-Unis. Dario Hinojosa n’a aucune activité hippique commune avec son frère Felipe, qui possède Dehesa de Milagro en Espagne et Loughtown Stud à Kildare, en Irlande. Mais les deux frères ont vu leur passion hippique naître aux courses en Espagne.

PEDIGREE WEATHERBYS : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/RECOLETOS.pdf

Le frère de Castellar. Whipper, le père de Recoletos, a gagné le Prix Morny, le Maurice de Gheest et le Jacques Le Marois (Grs1) sur la ligne droite deauvillaise. Il fait la monte au haras de Tréban. Dans sa production, on trouve des chevaux capables d’aller au-delà des 2.100m, comme le placé de Gr1 Very Nice Name. La mère de Recoletos, Highphar (Highest Honor), n’a pas couru et a aussi produit Castellar (American Post), gagnante du Prix Cléopâtre (Gr3) et qui peut nourrir des espoirs pour le Prix de Diane Longines. La deuxième mère, Pharatta (Fairy King), a gagné le Prix de Sandringham (Gr3, à l’époque) et un Gr2 sur 1.800m à Belmont Park. Pharatta est une demi-sœur de quatre gagnants black types. La troisième mère, Sharata (Darshaan), est une sœur du champion Shahrastani (Nijinsky), qui a gagné le Derby d’Epsom et le Derby d’Irlande (Gr1).

 

 

 

Mr Prospector

 

 

Miesque’s Son

 

 

 

 

Miesque

 

Whipper

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

Myth to Reality

 

 

 

 

Millième

RECOLETOS (M4)

 

 

 

 

 

 

Kenmare

 

 

Highest Honor

 

 

 

 

High River

 

Highphar

 

 

 

 

 

Fairy King

 

 

Pharatta

 

 

 

 

Sharata


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 53’’53

De 1.000m à 600m : 23’’42

De 600m à 400m : 12’’40

De 400m à 200m : 11’’50

De 200m à l’arrivée : 11’’95

Temps total : 1’52’’80

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.