Quand la météo influe aussi sur le jeu

Institution / Ventes / 11.05.2018

Quand la météo influe aussi sur le jeu

Quand la météo influe aussi sur le jeu

Le PMU a mis en place un outil pour mesurer l’impact de la météo sur les lieux de vente. Il existe donc des statistiques qui permettent de mieux comprendre les fluctuations de fréquentation. Julien Hellé, responsable de la division statistique au PMU, nous a expliqué en quoi consiste leur outil : « En 2014, nous avons décidé de modéliser les données météorologiques de Paris pour comprendre les très grosses fluctuations d’affluence dans nos points de vente. En nous basant à la fois sur des données économétriques et le calendrier civil, mais aussi sportif et hippique, nous avons trouvé une variable très significative. La météo a un impact sensible sur les enjeux. » Les fortes chaleurs, mais aussi un très grand froid ne favorisent pas les déplacements sur les lieux de vente. « Lorsque nous atteignons les 20 °C, c’est notre premier niveau de malus, 30 °C, encore plus et il faut ajouter à cela les heures d’ensoleillement. Le froid a un effet moins négatif, même s’il limite les déplacements quand il fait en dessous de 2 °C. » La météo idéale pour le PMU : une température entre 0 °C et 20 °C, sans soleil.

Le PMU a effectué des estimations de perte en fonction des différents critères météorologiques. Lorsqu’il fait plus de 20 °C, le PMU perd 530.000 € sur une journée avec une moyenne de 25.000.000 € de recette. Lorsqu’il fait plus de 30 °C, c’est une perte de 1.300.000 €. S’il y a au moins 10 heures d’ensoleillement dans la journée, il faut rajouter une perte de 380.000 € à l’initiale. Enfin, si la température est inférieure à 2 °C, l’estimation de perte en termes d’enjeux est de 210.000 €.