UNE LISTED POUR LES PUR-SANG ARABES À SÉVILLE

14.05.2018

UNE LISTED POUR LES PUR-SANG ARABES À SÉVILLE

Le 5 mai dernier, à l’occasion du centenaire de la naissance du cheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan, le fondateur de la Fédération des Émirats Arabes Unis, l’hippodrome de Séville a été le théâtre d’une réunion incluant des courses de pur-sang arabes, dont la 100 Years Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan Cup (L. PA). Ce champ de courses a récemment été rénové et son inauguration a eu lieu le jeudi 12 avril. Il est désormais présidé par Roberto Cocheteux Tierno et, sous sa férule, le Gran Hipodromo de Andalucia s’inscrit dans une nouvelle dynamique. L’objectif est de populariser le galop et de créer des vocations en Andalousie, où le cheval fait partie intégrante de la culture locale. Les couleurs de Roberto Cocheteux Tierno sont bien connues en France, avec plusieurs bons chevaux dans l’effectif de Xavier Thomas-Demeaulte comme Spain Burg (Shadwell Rockfel Stakes, Gr. II).

LA VICTOIRE HISTORIQUE D’AJAAYIB

C'était la toute première course black type de l'histoire de cet hippodrome pour les pur-sang arabes, organisée par le Festival du cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan. Disputée sur les 1 500 mètres de la piste en sable, la course a réuni dix partants dont plusieurs représentants tricolores. Quatrième du French Arabian Breeders’ Challenge pour Pouliches (Gr. II PA) l’an passé à Toulouse, Ajaayib (Mahabb) s’est montrée dominatrice dans la phase finale, s’imposant d’un peu plus de trois longueurs.

UN TRIO GAGNANT DE POULICHES "FR"

La pensionnaire de François Rohaut pour la casaque du cheikh Hamdan bin Rashid Al Maktoum a devancé Al Naama (Majd Al Arab) et Al Shamoos (No Risk Al Maury), deux pouliches entraînées en France respectivement par Thomas Fourcy et Charles Gourdain. Bien née, Ajaayib a remporté le deuxième succès de sa carrière sur une surface qu’elle découvrait. De quoi ravir son entraîneur, François Rohaut : « Nous n'avons pas hésité à nous déplacer lorsque nous avons vu que cette épreuve était un "Stakes", surtout qu’au papier, elle semblait disposer de la première chance de la course. Elle l’a confirmé, c’est bien. C’est une belle jument, bien née, donc nous espérons qu’elle va continuer sur cette distance car je ne pense pas qu’elle puisse aller beaucoup plus loin. En tout cas, aujourd’hui, c’est parfait. Le fait qu’elle coure bien sur le sable va peut-être nous donner des idées pour la suite de son programme. À l’étranger évidemment. »

LA SŒUR DU CHAMPION MURAAQIB

Ajaayib est très bien née puisqu’elle est une sœur utérine de Muraaqib (Munjiz), lauréat de six Groupes I PA, dont la course la plus richement dotée au monde pour les arabes purs, en novembre dernier à Abu Dhabi, pour cette même casaque et le même entraînement. Sa mère, Tashreefat (Bengali d’Albret), une jument qui s'était classée deuxième du Liwa Oasis (Gr. I PA), a également donné Barnamaj (No Risk Al Maury), deuxième des Jebel Ali Racecourse Za’abeel International Stakes (Gr. I PA) à Newbury.

Un peu plus tôt au cours de la réunion, l’entraîneur tricolore Charles Gourdain a brillé dans la quatrième manche du Sheikha Fatima bint Mubarak Apprentice World Championship (Ifhra), disputée sur la distance de 1 900 mètres. Son poulain Al Mah’Youb (Dormane) a facilement dominé la situation sous la selle de l’apprentie belge Sanne de Ceulaer. Al Neksh (Amer) s'est classé deuxième pour l’entraînement de Thomas Fourcy, tandis qu’un autre représentant de Charles Gourdain, l’inédit Haramil (Amer), a complété l’arrivée.

Charles Gourdain nous a déclaré : « Je cherchais une course pour redonner du moral à Al Mah’Youb qui avait eu une course très dure avant d’être acheté par Oman et de venir dans mes boxes. Cette course était une opportunité, même à 63 kilos, car le lot était plus facile. Le matin, j’avais vu qu’il allait dans le sable donc je n’ai pas hésité à venir ici. Haramil est un cheval très tardif et j’ai la chance que les écuries d'Oman me laissent prendre le temps nécessaire avec ce frère du bon Nafees. Il n’est pas du tout expressif le matin et nous lui avions mis des œillères lors de ses derniers travaux. C’était l’occasion de lui donner une première course face à une opposition plus modeste. Il s’avère qu’il s’est très bien comporté sans avoir le meilleur des parcours. Il doit maintenant confirmer. Enfin, Al Shamoos, troisième de la Listed, a surpris dans le bon sens. Tout comme Al Mah’Youb, elle avait eu des courses dures avant d’arriver chez moi cette année. Il fallait lui donner une course plus facile et, hormis Ajaayib qui était déclassée, la course était plus accessible pour ses possibilités. Elle s’est montrée courageuse et aurait même pu finir seconde si elle n’avait pas été gênée dans le tournant. »

UNE JOURNÉE QUI FERA DATE DANS UN NOUVEL ÉCRIN, TRÈS BEAU

Charles Gourdain n'a pas caché qu’il était séduit par l’hippodrome sévillan : « La ville de Séville est magnifique et l’hippodrome de Roberto Cocheteux a été très bien décoré et refait par sa fille. » Enfin, le professionnel palois a souligné « la bonne initiative du Festival du cheikh Mansour et de son équipe, emmenée par sa directrice exécutive, Lara Sawaya. 

 

 

 

TIDJANI

 

 

TAHAR DE CANDELON

 

 

 

 

PEHRXYLLA IBN XELIO

 

MAHABB

 

 

 

 

 

JAR ORPHATYN

 

 

JOYZELL

 

 

 

 

YFS ALMOND JOY

AJAAYIB (F4)

 

 

 

 

 

 

CHÉRI BIBI

 

 

BENGALI D’ALBRET

 

 

 

 

MANGALIE D’ALBRET

 

TASHREEFAT

 

 

 

 

 

TIDJANI

 

 

SEGLAOUI

 

 

 

 

SHADE

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.