Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Gouffern Horseman Club, un projet a cheval entre course et élevage

Courses - Élevage / 10.06.2018

Gouffern Horseman Club, un projet a cheval entre course et élevage

Ce dimanche, une centaine de personnes étaient réunies à ParisLongchamp pour la présentation des deux écuries de groupe du Gouffern Horseman Club. Elles ont l’ambition de proposer un divertissement haut de gamme basé sur les courses et l’élevage.

Jean Pierre de Gasté, entouré de l’équipe d’I.T.C. et de Philippe de Gasté, qui manage le haras de Gouffern & de La Genevraye, lancent le Gouffern Horseman Club. Il se divise en deux entités distinctes. L’écurie Chamisène GHC a un objectif d'élevage (50 parts à 20.000 €) autour de l’achat de trois poulinières à un prix moyen de 120.000 €. Le prix de chaque saillie pourra atteindre 25.000 €. Acquises en 2018, les mères seront revendues en 2020. Leurs yearlings auront pour objectif de passer en vente à Deauville. L’écurie Green Forest sera composée de trois chevaux éligibles aux primes françaises et acquis en 2018 (50 parts à 20.000 €). Les deux yearlings, confiés à Fabrice Chappet et Alain de Royer Dupré, seront acquis à un prix moyen de 130.000 €. Ils seront rejoints par un cheval à l’entraînement. Son objectif sera de prendre part à l’une des épreuves des grandes réunions de la saison, en attendant que les yearlings arrivent à maturité. Les trois chevaux seront revendus en 2020. Olivier Peslier montera en priorité, mais selon ses disponibilités, les chevaux de l’écurie.

Divertir et faire découvrir. Jean Pierre de Gasté nous a confié : « C’est le fruit d’une réflexion qui dure depuis plusieurs années. Nous avons pris le temps de voir ce qui se faisait en France et à l’étranger. Cela nous a fait prendre conscience de l’importance de "l’entertainment" dans la réussite de ce type de club dans les pays anglo-saxons. L’activité ne doit pas se limiter aux courses des chevaux de l’écurie. Gagner des courses n’est pas suffisant. Les gens ont envie d’apprendre et de s’amuser. Dans notre projet, chaque membre sera invité à prendre part, en notre compagnie, à de très grands événements comme Royal Ascot, la Breeders’ Cup, le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, le Prix de Diane Longines, le Qipco Prix du Jockey Club… mais également à visiter de grands haras. Nous voulons aussi faire vivre aux membres les coulisses de la prise de décision, en assistant au choix des saillies et des juments. Ils pourront nous accompagner aux ventes et comprendre comment nous choisissons les chevaux. Chaque personne sera accueillie comme un propriétaire à part entière. Les deux écuries seront lancées au mois d’octobre, afin que nous soyons prêts pour les ventes de Deauville et de Keeneland. »

Le lancement se déroule bien. « Nous croyons beaucoup en ce projet. Toute notre équipe travaille sur le sujet, avec en particulier Izeta Selimanjin, Alexandra Saint-Martin et Sophie Robin. Il s’agit de faire entrer de nouveaux clients dans la filière hippique. C’est ce que nous recherchons tous, et ce d’autant plus que c’est un exercice difficile. Nous avons donc pris le parti de lancer notre prospection parmi les clubs et cercles de Paris. Nous avons organisé deux réceptions à ParisLongchamp. La première avait rassemblé un peu plus de 200 personnes et ce dimanche nous sommes une bonne centaine. Cette clientèle a le potentiel pour investir. Le ticket d’entrée est à 20.000 € pour toute la durée de vie de l’écurie, soit environ 3 ans. Il couvre absolument tous les frais d’achat et d’entretien des chevaux. Les porteurs de parts ne sont sollicités qu’une seule fois financièrement lors du lancement de l’écurie. Ce tarif est plus élevé que ce que l’on peut trouver sur le marché des écuries de groupe en France. Mais l’objectif est véritablement de partir avec des chevaux de qualité. Suite à notre première réception, un nombre important de personnes ont donné suite à ce premier contact. C’est très encourageant. »