À LA UNE - L’origine d’Alpha Centauri en cinq questions

Élevage / 13.08.2018

À LA UNE - L’origine d’Alpha Centauri en cinq questions

Par Adrien Cugnasse

Douze femelles ont gagné le "Marois" depuis 1987 (soit 32 éditions). Quatre d’entre elles, Miesque (1987 et 1988), sa fille East of the Moon (1994), sa nièce Six Perfections (2003) et son arrière-petite-fille Alpha Centauri (2018), appartiennent à la même lignée maternelle. Voici l’histoire de l’incroyable réussite de cette famille en cinq questions.

[1]

La souche de Miesque est-elle la meilleure au monde ?

C’est la question que l’on peut se poser en examinant l’interminable liste de gagnants que constitue sa descendance. Vous la trouverez dans la fiche Weatherbys que nous proposons de télécharger gratuitement. Issus de cette souche, Alpha Centauri (1.000 Guinées d’Irlande) et Study of Man ** (Qipco Prix du Jockey Club) ont offert à la casaque et à l’élevage Niarchos deux classiques en moins de huit jours en 2018. Si on peut difficilement affirmer que la réussite de Miesque au haras est sans égal, il est néanmoins intéressant de la comparer avec celles d’autres juments qui font référence. Née en 1984, Miesque a donné 14 produits dont 10 gagnants. Dans sa descendance on trouve pas moins de 36 black types, qui ont décroché à ce jour 17 victoires au niveau Gr1. À titre de comparaison, Urban Sea (Miswaki), née en 1989, a donné 11 produits dont 8 gagnants. La mère de Galileo (Sadler’s Wells) et Sea the Stars (Cape Cross) est l’aïeule de 23 black types, qui ont gagné un total de 10 Grs1.

LOGO WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/alpha-centauri.pdf

[2]

D’où vient le croisement d’Alpha Centauri ?

Historiquement, Stravos Niarchos était associé avec Vincent O’Brien, John Magnier et Robert Sangester sur un certain nombre de chevaux, comme Sadler’s Wells (Northern Dancer) et Caerleon (Nijinsky). Une partie de l’élevage Niarchos est toujours installée au cœur de Coolmore et c’est là qu’ont vu le jour Study of Man et Alpha Centauri. Alan Cooper, manager des intérêts hippiques des éleveurs-propriétaires de la championne, nous a expliqué au sujet du croisement qui a donné la championne : « Le premier foal de la mère, Tenth Star [2e des Juddmonte Royal Lodge Stakes, Gr2, ndlr] était issu de Dansili (Danehill). Nous avons ensuite tenté de faire saillir la mère d’Alpha Centauri par Galileo (Sadler’s Wells). Mais ce fut sans succès et nous avons décidé de la renvoyer à un étalon de la lignée de Danehill : Mastercraftsman (Danehill Dancer). Ce croisement paraissait d’autant plus évident que ce dernier était très complémentaire d’un point de vue morphologique. » Lalliance de la lignée mâle de Danehill (Danzig) sur le sang de Miesque a déjà donné Rumplestiltskin (Moyglare Stud Stakes et Prix Marcel Boussac, Grs1), la meilleur 2ans européenne en 2005, mais aussi The Grey Gatsby (Irish Champion Stakes & Prix du Jockey Club, Grs1), étalon au haras du Petit Tellier, ou Duke of Marmalade (Juddmonte International Stakes, King George VI & Queen Elizabeth Stakes, Prince of Wales's Stakes, Tattersalls Gold Cup & Prix Ganay, Grs1).

Danehill

Danehill Dancer

Mira Adonde

Mastercraftsman

Black Tie Affair

Starlight Dreams

Rêves Célestes

ALPHA CENTAURI (F3)

Blushing Groom

Rahy

Glorious Song

Alpha Lupi

Private Account

East of the Moon

Miesque


[3]

Comment la famille est-elle entrée dans l’effectif Niarchos ?

Au mois de juin dernier, après le succès classique de Study of Man, nous avions posé la question suivante à Alan Cooper : « Pasadoble, la mère de Miesque, fut achetée 45.000 $ en 1978, à Keeneland. C’était très raisonnable par rapport aux 1,6 million de francs de Persepolis, un autre des achats de monsieur Niarchos cette saison-là. Pourquoi avait-il fait l’acquisition de Pasadoble ? »

Le manager des intérêts de la famille Niarchos nous avait confié : « Il était conseillé par François Boutin et mon prédécesseur, Sir Philip Payne Gallwey. Or monsieur Boutin aimait le fait qu’elle avait du sang français dans son pedigree, notamment celui de Sanctus [Grand Prix de Paris et Prix du Jockey Club, Grs1], son père de mère. De même, la mère de Pasadoble (Prove Out) était une sœur de la française Comtesse de Loir (Val de Loir) qui fut une remarquable jument de course [meilleur 3ans français en 1974, gagnante du Prix Saint-Alary, Gr1, deuxième du Critérium des Pouliches, du Prix de Diane, du Prix de l'Arc de Triomphe, du Prix Vermeille, des Washington D. C. International Stakes et des Canadian International Championship Stakes, Grs1]. Pasadoble fut dans un premier temps utilisée comme leader pour River Lady (Poule d'Essai des Pouliches, Gr1) qui s’est mortellement accidentée dans le Prix de Diane. N’étant plus, dès lors, un faire-valoir, Pasadoble a pu mener sa carrière de course pour elle-même, en remportant notamment les Prix de la Calonne et de Liancourt (Ls). Elle a pu entrer au haras et être croisée avec un étalon de monsieur Niarchos, Nureyev (Northern Dancer). C’est ainsi qu’a été conçue Miesque. Comme on dit en anglais, the rest is history ! »

[4]

Pourquoi évite-t-elle le terrain souple ?

La seule contreperformance de la carrière d’Alpha Centauri a eu lieu en terrain très souple, dans les Moyglare Stud Stakes (5e). Alpha Lupi (Rahy), sa mère, n’a pas couru mais a donné un autre black type, Tenth Star (Dansili). Ce dernier, bien qu’issu d’un père reconnu pour son manque d’affinité au souple, avait réalisé deux de ses cinq meilleures valeurs sur des pistes assouplies. Le propre frère d’Alpha Lupi, Helike (Rahy), avait gagné en terrain très souple à Saint-Cloud. Plusieurs autres produits de la deuxième mère ont été capables de bien se comporter en terrain souple. Mastercraftsman (Danehill Dancer), le père d’Alpha Centauri, a déjà donné neuf gagnants de Gr1 dans les deux hémisphères. Huit d’entre eux ont réalisé leurs meilleures performances en terrain bon ou léger. L’étalon de Coolmore compte déjà 93 black types dans sa production.

[5]

Quelle réussite au haras pour les gagnantes du "Marois" ?

Avoir une Alpha Centauri dans ses paddocks, c’est-à-dire une pouliche avec un tel pedigree et de telles performances, c’est le rêve de tout éleveur. Une victoire dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois constitue une remarquable carte de visite pour tout reproducteur en devenir. Du côté des mâles, la réussite de Dubawi (Dubai Millennium) et les remarquables premiers pas de Kingman (Invincible Spirit) au haras sont là pour renforcer l’attractivité de la plus belle course du meeting normand. Pourtant, parmi les étalons ayant remporté le "Marois" ces trois dernières décennies, il y a quelques échecs notoires. Et du côté des femelles ? Quatre des dix dernières gagnantes ont réussi à produire un cheval de Gr1 en première génération. Lianga (1975) et East of the Moon (1994), qui n’avaient pas transformé l’essai dans un premier temps, se révèlent finalement les aïeules de très bons sujets.

LES 10 DERNIÈRES GAGNANTES DU PRIX DU HARAS DE FRESNAY-LE-BUFFARD - JACQUES LE MAROIS (*)

Éditions

Jument

Nombre de black types en première génération

Détails

1975

Lianga

1

Aïeule des étalons Street Sense et Danehill Dancer

1983

Luth Enchantée

0

5 partants

1987 & 1988

Miesque

6

Trois gagnants ou placés de Gr1 : Kingmambo, Miesque's Son & East of the Moon

1993

Sayyedati

1

Un gagnant de Gr2

1994

East of the Moon

4

2e mère d'Alpha Centauri

1995

Miss Satamixa

0

2e mère de deux black types

2002

Banks Hill

2

Romantica (Prix Jean Romanet, Gr1)

2003

Six Perfections

3

Yucatan (2e Racing Post Trophy, Gr1)

2009

Goldikova

1

Terrakova (3e Diane Gr1)

2011

Immortal Verse

0

1 seul produit en piste

(*) Ésotérique (2015) n’a pas encore eu de produits en compétition

Miesque à la vente d’août 2018

Le sang de Miesque apparaît dans beaucoup de pedigrees lors de l’édition 2018 de la vente de prestige de l’agence Arqana. Mais ses descendants en ligne directe, par voie femelle, sont logiquement moins nombreux. C’est le cas de deux yearlings. Le lot 243, présenté par l’écurie des Monceaux et fille d’Australia, est une nièce de Wild Wind (3e de la Poule d'Essai des Pouliches, Gr1). La quatrième mère de la pouliche n’est autre que Miesque. C’est aussi le cas du lot 298, une fille de Gleneagles (Galileo). Sa mère est la sœur d’Alpha Centauri. Elle est présentée par le haras du Cadran.