Ce en quoi Cyril Linette croit

Institution / Ventes / 28.08.2018

Ce en quoi Cyril Linette croit

Dans son interview à Jour de Galop, Cyril Linette a voulu faire passer un message fort : tous les espoirs sont permis, à condition de jouer sur les spécificités de notre activité et d’accepter de ne jamais séparer les courses et le pari. 

Jour de Galop. – À l’assemblée générale de la Fédération des éleveurs, vous avez parlé du fait que les courses étaient assez morcelées avec différentes marques, différentes approches. Vous avez évoqué une marque unique pour tout rassembler. Pouvez-vous préciser votre pensée ?

Cyril Linette. – Je pense que la marque PMU est la plus connue de l’univers hippique. La marque Equidia, de son côté, a une capacité à rassembler les parieurs et les acteurs des courses. Cela peut constituer un axe. Mais je n’ai pas d’idées préconçues. Ce que je crois, c’est que nous avons besoin d’une proposition claire. S’entendre sur une marque unique serait une manière de répondre à ce qui est, pour moi, la problématique de fond : que, d’un côté, les sociétés-mères acceptent leur forte dépendance aux paris ; et que de l’autre côté, le PMU reconnaisse que les courses hippiques ne sont pas un jeu de loterie mais du sport et du spectacle. Je pense que c’est sur ces points qu’il faut capitaliser et que c’est cela qu’il faut valoriser. La course ne devrait pas être cachée « sous » le pari… pas plus que le pari ne devrait être caché « sous » la course.

Comment comptez-vous procéder ?

Il faut trouver une idée pour raconter une seule et même histoire à nos clients. Prenons l’exemple d’un de nos clients, qui est allé aux courses à Deauville puis décide de faire vingt kilomètres pour aller aux courses à Cabourg. Aujourd’hui, il va voir deux disciplines différentes et vivre deux expériences différentes. Alors que ce serait notre intérêt qu’il soit accueilli dans un univers similaire. Quand on est un peu plus petit, et nous le sommes devenus, c’est en se rassemblant que l’on devient plus fort. Et on émet des signaux plus clairs.

Pour lire cet article dans son intégralité, cliquer ici