Douze Groupes pour la France, neuf pour le reste de l’Europe

Courses / 28.08.2018

Douze Groupes pour la France, neuf pour le reste de l’Europe

Les plus cocardiers sont déjà en train de claironner : la France a dominé les épreuves black types du meeting de Deauville. En 2017, les tricolores avaient terminé à égalité avec les étrangers. (10-10). Cette année le score a tourné à leur avantage : 12 à 9. Si 10 et 10 font 20, 12 plus 9 donne 21. Rien d’anormal dans cela, cette année, il y avait un Groupe de plus à Deauville lors du meeting. Le Prix Daphnis (Gr3) a en effet été repositionné à La Touques. Les meilleurs buteurs français sont André Fabre, qui en a marqué cinq, et Freddy Head qui en a transformé trois – dont With You** (Dansili) et Polydream** (Oasis Dream) dans les Grs1.

Par Franco Raimondi

30 ans après, les pouliches font à nouveau carton plein. La France a aussi gagné (3-2) le match des Grs1. Le résultat est d’ailleurs assez étonnant. Les drôles de dames, avec leurs quatre pattes et leurs grandes oreilles, ont remporté l’ensemble des Grs1 programmés lors du meeting de la côte normande. C’est une première depuis la promotion à ce niveau du Larc Prix Maurice de Gheest en 1995. Avant cette date, on trouvait trois Grs1 ouverts à tous les sexes. Et il faut remonter à 1988 pour retrouver un carton plein féminin. Cette année-là, Miesque (Nureyev) remportait pour la deuxième fois le Prix Jacques Le Marois, Tersa (Mr Prospector) remportait le Prix Morny et Blue Note (Habitat), le Prix Maurice de Gheest. Le Prix Jean Romanet n’existait pas et le Prix Rothschild s’appelait le Prix d’Astarté (Gr2). Sa gagnante fut Gabina (Caro).

Alpha Centauri, 126 ou 124 ? La championne Alpha Centauri (Mastercraftsman) a été la star du meeting. Elle s’est envolée dans le Prix du Haras de Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois, comme on s’y attendait. L’élève de la famille Niarchos a fait même plus. Sa démonstration face aux mâles et aux chevaux d’âge a incité les handicapeurs de France Galop – comme ils l’expliquent sur leur blog – à monter son rating à 126. C’est-à-dire quatre livres de plus que sa valeur enregistrée dans les Coronation Stakes et dans les Falmouth Stakes (Grs1). La valeur française ne correspond pas à celle attribué par Horse Racing Ireland (124). Mais il s’agit d’un détail et je suis d’accord avec le rating de 126 : il ne faut pas avoir peur de rajouter deux livres sur la bascule quand on a affaire à une championne. Alpha Centauri, à 126, aurait dominé les dix derniers gagnants de cette course sur le mile, sauf Goldikova (Anabaa) qui avait mérité son 130.

Les pouliches de Freddy. Le Prix Maurice de Gheest nous a permis de retrouver une toute bonne pouliche comme Polydream. Elle aussi, aurait battu, avec son 119, tous les lauréats depuis 2009, sauf Moonlight Cloud (Invincible Spirit). Lors de son succès en 2012, cette dernière avait décroché un rating de 121. Mais ses deux autres victoires ont été créditées de 118 et 117. Quand on parle de femelles, on pense tout de suite à Freddy : With You lui a offert un cinquième succès dans le Prix Rothschild, en tant qu’entraîneur. Mais il en a aussi gagné six en tant que jockey. Cela fait un total de 11 succès. With You a bien mérité son rating de 115, soit trois livres de plus que sa valeur dans le Prix Jacques Le Marois.

Pretty Pollyanna, une classique enfin ? Le Darley Prix Morny (Gr1) sort depuis des années des bons 2ans, qui ont souvent confirmé à 3ans, comme Dream Ahead (Diktat), ou qui ont réussi comme étalons. Mais pour retrouver une gagnante qui est ensuite devenue classique, il faut remonter à 2004. En effet, Divine Proportions (Kingmambo) avait aussi remporté le Prix Marcel Boussac (Gr1) à 2ans. L’année suivante, elle avait réalisé le doublé Poule d’Essai des Pouliches & Prix de Diane – sans oublier le Prix Rothschild – à 3ans. La lauréate de cette année, Pretty Pollyanna (Oasis Dream), a décroché un rating de 117. C’est beaucoup pour une femelle de 2ans au mois d’août. Elle a gagné en pouliche qui peut tenir le mile, même si son jockey, Silvestre de Sousa, garde une petite réserve à ce sujet. Quand une pouliche possède une telle vitesse, il est difficile de tenir. Sauf si, comme je le pense, c’est une championne en puissance.

Nonza a progressé de huit kilos et demi. Le handicapeur du Racing Post est resté de marbre face au succès de Nonza (Zanzibari). Il n’a accordé à la pouliche de la famille Devin qu’un tout petit 112. France Galop a attribué à Nonza une valeur 52, ce qui correspond à 115, le même rating que sa dauphine, Urban Fox (Foxwedge). On peut discuter pendant des heures du jugement des handicapeurs, mais ce qu’il faut retenir, c’est la foudroyante progression de Nonza. Elle a démarré sa saison parfaite en affichant une valeur 42 dans une course E, sur la P.S.F. de Chantilly. C’était au mois de janvier. En comparaison avec son succès du Prix de la Pépinière (L), elle a progressé de huit kilos et demi. C’est tout simplement énorme, tout comme le talent de son jeune entraîneur…

Godolphin et la réussite d’Appleby. Godolphin, en comptabilisant le succès de Glorious Journey (Dubawi), avec la casaque de la fille du cheikh Mohammed, a remporté sept Groupes, c’est-à-dire un tiers des épreuves de ce niveau au programme. Trois de ces succès sont le fruit des performances des pensionnaires d’André Fabre. Quatre sont le fait de l’escadron Appleby. Depuis le début du meeting, le professionnel anglais a présenté quinze partants, en alignant sept victoires, dont le Prix Nureyev (L) et le Grand Prix de Deauville (Gr2), avec Loxley (New Approach), le Grand Prix de Clairefontaine (L), avec Brundtland (Dubawi), et le Critérium du Fond Européen de l’Élevage, avec Al Hilalee (Dubawi). Beyond Reason (Australia) a remporté le Prix Six Perfections (Gr3) et le Shadwell Prix du Calvados (Gr2). Appleby est très sage dans ses engagements. Il faut toujours le prendre au sérieux quand il déplace ses chevaux en France.

La catastrophe des 2ans. Le succès de la France dans le match face aux étrangers ne doit pas nous faire oublier les résultats catastrophiques avec la catégorie des 2ans. Les français ont été battus dans les quatre Groupes de cette tranche d’âge. La seule victoire, dans les trois Listeds pour 2ans, est celle de Pure Zen (Zoffany) dans le Prix François Boutin. Le programme de la réunion de reprise propose le Prix d’Arenberg (Gr3) à Chantilly, ce samedi, et, dimanche, le Prix La Rochette (Gr3) à ParisLongchamp. C’est le moment de sortir les bons 2ans et d’effacer le zéro pointé…